Sorties

Edito Juin 2019

Le festival de Cannes est passé, a-t-il défié vos pronostics ? Avez-vous repéré des robes de créateurs (autant en profiter pour faire son shopping sans rien dépenser) ? D’autant plus que les beaux jours sont enfin là : il est temps de sortir les robes ! Ce n’est pas parce qu’il fait beau qu’il faut oublier de lire et de voir films et séries !

dimanche 23 juin 2019

"Parasite" de Bong Joon Ho

Casting: Song Kang-Ho, Lee Sun-Kyun, Cho Yeo-Jeong, Choi Woo-Sik, Paul So-Dam, Lee Jeong-Eun, Chang Hyae Jin, Jung Hyeon-Jun

En salles le 5 Juin 2019

Palme d'Or Festival de Cannes 2019

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s'intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d'anglais chez les Parks. C'est le début de l'engrenage: le père devient chauffeur, la soeur professeur d'art-thérapie et la mère aux fourneaux.


La famille, de quatre membres, vivent les uns sur les autres: en sous bassement avec vue sur les pavés de la rue, WC surmonté de quelques marches, à monter des cartons de pizza à la chaîne dans leur cuisine, à squatter le wifi du voisin...

L'autre famille de quatre membres également a un très grand jardin, plusieurs voitures, un salon aux baies vitrées immenses, la servante qui est sur tous les fronts de la cuisine au ménage sans oublier de divertir le petit dernier. Madame est un peu nunuche, Monsieur se fait conduire et enchaîne les réunions.


Certains vivent par procuration, en se contentant de la télé, de la presse, d'être les groupies. Eux ont décidés de franchir le pas et d'intégrer entièrement la vie de leur famille modèle. Comment passer de l'autre côté, être partie intégrante de cette vie clinquante? Il suffit simplement d'éliminer les employés de maison, et de les remplacer. Mais pour cela, il faut le laisser-passer: incroyable mais vrai, l'étudiant professeur particulier part quelques mois à l'étranger pour ses études.


Joon Ho Bong avait proposé un film catastrophe avec Snowpiercer le transperceneige en 2013, ici il plonge le spectateur dans la société Coréenne avec les deux côtés de la société: ceux qui tentent de s'en sortir, et ceux qui sont aisés.

Le film joue sur des réalités vécues en parallèle. Alors que certains pestent contre le déluge de pluie qui s'abat brutalement sur la ville, d'autres y voient l'occasion  d'écourter le week-end camping et d'organiser une garden-party.


A voir: pour la Corée à deux vitesses, pour un plan machiavélique qui part dans du grand n'importe quoi, en Coréen soutiré français pour coller à l'ambiance

A zapper: si le film Coréen soutiré français ne vous botte pas du tout

"Une haine aveugle" de Martha Grimes

L'actrice, en visite à son ex-mari Max Owen, Verna Dunn est assassinée à coups de fusil. Deux semaines plus tard, Dorcas Reese, l'employée de maison des Owen, est retrouvée étranglée. Les soupçons de la police se portent sur une certaine Jenny Kennington qui, au cours d'une promenade, avait eu une violente altercation avec l'actrice, la nuit du meurtre... Comment prouver l'innocence d'une accusée lorsque celle-ci s'enferre dans ses mensonges? Deux meurtres, deux coupables?


Martha Grimes (La jetée sous la luneLe mystère de la chambre 51) se lance dans un double meurtre, à quelques jours d'intervalles: cela ne peut qu'être une simple coïncidence, car les deux femmes sont liées à la même maison. L'ambiance prête à l'imagination: des marais asséchés puis remis à flots, un chasseur qui a deux mains gauches tellement son talent pour rater les cibles n'est plus à présenter, un aveugle grand collectionneur d'armes à feu...

La coïncidence est tellement énorme qu'il ne peut y avoir qu'un seul meurtrier: éliminer le témoin du premier meurtre par exemple. Sauf que le suspect numéro idéal a un mobile pour le second meurtre... Il va falloir ratisser large pour trouver le ou les meurtriers, quitter la ville pour approfondir des pistes.

Une enquête cohérente: les suspects sont mis face à leurs contradictions, les marais sont étudiés à la loupe de son histoire d'assèchement jusqu'aux chasses et randonnées d'aujourd'hui, les distances sont exprimées en kilomètres et en temps de parcours motorisée et pédestre...

mercredi 19 juin 2019

« Parfaite » de Caroline Kepners

Je sais tout de toi. Tu es parfaite. Je t’aimerai à la vie à la mort. Tu es à moi pour toujours. Tout a commencé par un simple achat dans une librairie.


Une femme dans une librairie, son gérant entre rangements et encaissements : un échange banal à la caisse qui sera pourtant décisif sur les événements à venir. Entres autres 2 décès dans ton entourage, un rendez-vous chez ton psy pour enquêter sur tes névroses, hacker ton adresse mail et le compte Twitter de ton copain accroc aux drogues. Tu ne le sais pas mais il est persuadé d’être le seul homme de ta vie, tu as juste besoin de te l’avouer et d’avoir quelques cailloux sur ton chemin pour finir dans ses bras.

Lorsqu’il est pris la main dans le sac, elle le traite de malade: c’est qu’elle est dans son cycle pré menstruel, elle devrait se montrer honoré qu’il lui voue un tel culte. Il ne crie pas, ne l’insulte pas et ne fait que répondre à son attitude : elle doit lui en être reconnaissante d’être ouvert à ses messages corporels. Qui est le psychopathe : les personnages cherchent à combler certains vides.

Jusqu’où irez-vous pour obtenir la personne que vous voulez ? Certains vont jusqu’à suivre leur idole à tous leurs concerts ou dédicaces, craquer leur nouveau mail, trouver leur adresse postale peu importe le lieu, collectionner des objets touchés par l’individu... Ce roman met le doigt sur l’obsession du quotidien, que rien ne semble contrecarrer et toutes les excuses sont valables pour se convaincre que tout va bien.
Qu’est-ce qui fait qu’une obsession s’encre? Nous savons ce qui pousse cette femme à avoir son attitude, nous pouvons y voir une théorie chez la réponse de l’homme: elle a un manque de reconnaissance, il est prêt à tout lui donner sans concession, le trop-plein et le vide.

samedi 15 juin 2019

"Rocketman" de Dexter Fletcher

Casting: Jamie Bell, Taron Egerton, Richard Madden, Bryce Dallas Howard, Richard Madden, Steven Mackintosh, Gemma Jones, Kamil Lemieszewski, Stephen Graham

Sorti en salles le 29 Mai 2019

Elton John, de ses premiers succès à sa consécration internationale: un film qui retrace la métamorphose de Reginald Dwight de son vrai nom, jeune pianiste prodige timide et introvertis, en superstar mondiale. 


Comment est-il passé de son nom civil Reginald Dwight au nom de scène Elton John? Qui y a-t-il derrière la bête de scène aux costumes bariolés? Qu'est-ce qui a construit ses titres? "Rocketman" met des images et des gens derrière ces questions. Alors, allons-nous sentir l'amour ce soir (ou la journée tout dépend quand vous irez voir ce film)?

Nous avons eu Bohemian Rapsody sur feu Freddie Mercury avec son extension au travers du groupe Queen, "Rocketman" s'attaque à un musicien toujours vivant qui a notamment participé à la musique du dessin animé "Le roi lion" (Can you feel the love tonight: cela vous parle?) ou encore chanté lors des funérailles de Lady Di (Candle in the wind).


Un enfant peu valorisé par sa mère, ignoré par son père: seule sa grand-mère semble accorder un certain crédit au potentiel musical de Reginald. La musique est un exutoire pour exister, sauf que son talent le fait s'entourer d'amour par intérêt: il est la vache à lait.

Des titres connus et moins connus (en tout cas moins connu en ce qui me concerne n'ayant pas écouté tous les titres d'Elton John), sous-titres en plus: un regard peut être plus approfondis sur le sens des textes grâce à la mise en contexte du texte.


La spirale destructrice, qui mélange alcool et drogues, et personne pour lui tendre la main: il va devoir toucher le fond et remonter seul, alors que le manager continue de programmer des concerts. Au final, même Bernie le parolier des premiers pas prend le large c'est bien lui qui voulait vraiment du bien à Reginald / Elton: mettre le doigt sur ce qui ne va pas, sans aller à la confrontation, et il attendra le retour du chanteur et sera présent lorsqu'il reprendra pied.


A voir: que l'on apprécie ou pas ses chansons Elton John est un pilier musical

A zapper: si l'extravagance ne passe pas déjà à la base ni les chanson ni l'homme

The handmaid's tale (la servante écarlate), saison 2

Casting: Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski, Alexis Bledel, Samira Wiley, O.T. Fagbenle, Max Minghella, Ann Dowd, Madeline Brewer, Bradley Whitford

June - Antifemmes - Fardeau - Les autres femmes - Unions - Premier sang - Après - L'ouvrage des femmes - Diplomatie - Dernière cérémonie - Holly - Postpartum - Le mot


Une saison marquée par l'affranchissement féminine. June / Defred, enceinte jusqu'aux yeux, s'évade une première fois: fugue couverte par un enlèvement terroriste (ils ont bon dos). Mais que dire lors de la seconde évasion? D'autant plus que le terme est là.


Nous découvrons la Colonie, éloignée de toute vie fertile avec enfants et des fruits et légumes, là où les femmes sont mises au rebut. Le travail, en direct avec des fumée toxiques, ne donnent pas longue vie ni prospérité: les chefs ne portent pas des masques pour rien. 


Le chauffeur est marié de force, tout comme madame d'ailleurs: ils se découvrent après avoir dit "oui", sur une estrade, madame a la tête entièrement cachée par un voile, au milieu de d'autres candidats. Ils sont remerciés pour leur bravoure, et donc il leur est alloué une femme.


Une série ne serait pas une bonne série s'il n'y avait pas des oppositions. Tandis que la saison 1 était plutôt axée sur la compréhension du cadre de vie, les évènements qui ont entraîné la situation des Servantes et des Marthas, ici la rébellion ronde. Un attentat lors de l'inauguration du nouveau Centre Rouge, l'accouchement de Defred / June hors circuit, refuser d'obéir à la Tante, tenir tête à l'Epouse, tenir tête à un conseil d'hommes...


Un ultime épisode qui montre que les femmes, quelle que soit leur position, ont un pouvoir. Le mari, peu importe son influence politique, sent qu'il perd sa place dans son propre foyer alors qu'il s'attend à avoir toute la docilité entre ses murs.

jeudi 13 juin 2019

"La glace noire" de Michael Connely

La veille de Noël, l'inspecteur Moore est trouvé sans vie dans un motel de Los Angeles. Arrivé sur les lieux, son collègue Harry Bosch se fait virer par ses patrons: c'est un suicide, point final. Bosch enquête en douce et comprend que Moore était lié à un trafic de black ice, une drogue nouvelle qui fait des ravages en Californie. Plus troublant, dans la voiture de Moore il découvre un mot qui lui est clairement destiné. Entre les deux hommes, un étrange dialogue se noue, d'outre-tombe au début, jusqu'au jour où on décèle une mouche dans le corps d'un travailleur jeté à la décharge publique...


Trafic de drogue, des mouches génétiquement modifiées, des barrios au Mexique: une enquête qui va opposer la thèse évidente du suicide face à celle moins évidente d'un règlement de compte. Même les analyses ADN doivent être sorties du contexte évident. Ce qui saute aux yeux doit être contourné avec d'autres preuves. Encore faut-il avoir un doute sérieux face à la thèse officielle pour aller chercher des preuves pour étayer une autre théorie plus officieuse.

Ce qui devait être un simple suicide, va en réalité relier plusieurs cas encore non élucidés. Il va falloir faire face à des policiers de d'autres districts, aux pots de vin, aux questions sous la veste sans dire les droits (qui entraîne les déclarations pouvant se retourner contre la personne). Quitte à assister à un évènement de tauromachie, entrer illégalement dans une entreprise: tout est possible pour assouvir sa quête de vérité, lorsque la hiérarchie a des doutes suffisants pour ne pas émettre de suite un mandat de perquisition.

La finale du roman remet à plat l'évolution de feu Moore: comment en est-il arrivé à mettre en place son plan, comment a-t-il tissé les liens qui lui ont permis de passer au travers des soupçons.

vendredi 7 juin 2019

The handmaid's tale (la servante écarlate), saison 1

Casting: Elisabeth Moss, Yvonne Strahovski, Joseph Fiennes, Alexis Bledel, Samira Wiley, O. T. Fagbenle, Madeline Brewer, Ann Dowd, Max Minghella

Defred - Jour de naissance - Retard - Nolite te bastardes carborundorum - Fidélité - La place d'une femme - De l'autre côté - Chez Jezebel - Le pont - Nuit

Une catastrophe environnementale a entraîné une baisse dramatique de la fécondité. Les Fils de Jacob, une secte politico-religieuse, en ont profité pour prendre le contrôle d'une grande partie des Etats-Unis et instaurer un nouveau régime, basé sur des interprétations extrémistes de la Bible. Dans la République de Gilead, une nouvelle hiérarchie sociale s'est installée: les hommes ont une position de pouvoir, les droits des femmes ont totalement disparu. Afin de repeupler la nation, les femmes sont divisées en trois catégories: les Epouses (femmes des dirigeants), les Marthes (s'occupent de la maison), les Servantes (au rôle de reproduction). Offred est l'une des rares femmes encore fertile, et est une servante assignée au Commandant Fred Waterford et de sa femme Serena Joy.


Des coiffes dignes des religieuses de l'Eglise Catholique, avec une longue tunique rouge écarlate. Bien distinctes, les épouses ont de longues robes d'un vert émeraude. Les Marthas se fondent dans la masse avec leurs tenues grises.

Les contacts les uns aux autres est très codifié: Béni soit le fruit, que le Seigneur ouvre, Sous son oeil... Les Servantes se déplacent toujours en binôme. Les liens trop proches provoquent des changement de binôme: la surveillance est de mise.


Les Epouses sont officiellement reconnues comme déficientes pour la reproduction: les Servantes écarlates prennent le relais et sont suivies de près pour leurs cycles. Ainsi, la nuit intime coïncide avec l'ovulation. Afin de parfaire ce lien particulier, l'Epouse est présente à l'acte: assise sur le lit, la Servante sur le dos et la tête entre ses cuisses, Monsieur s'affaire. Autant dire que tout est millimétré et tout se fait par intérêt: aucune perte d'énergie à essayer n'importe quand. Et histoire de couronner le tout, lorsqu'une Servante accouche, toute la congrégation est présente.


Au-delà des naissances, il s'agit d'un jeu d'apparences. Il y a énormément de sujets tabous, voire même réprimés dans la violence. L'homosexualité n'est pas tolérée et est soumise à un châtiment. La stérilité est forcément du fait des femmes: lorsqu'une Epouse soumet l'idée que son mari pourrait avoir un problème, elle fait l'objet de regards et sous-entendus lourds.


Les Servantes ne doivent pas se retrouver seule avec Monsieur, le contact physique n'est toléré que la nuit où l'ovulation est optimale et en présence de l'Epouse: l'épouse tenant les mains de la Servante pendant que Monsieur s'affaire... L'Epouse est même présente à l'accouchement, uniquement lorsque le bébé est sur le point de naître, en enlaçant de ses jambes la Servante en plein travail.

Autant dire que l'intimité est sujet qu'à reproduction et dans un cadre strict. Une fois que la Servante a été utile à une famille, elle est transférée ailleurs et immédiatement remise dans le cadre de ses fonctions d'utérus sur jambes.


Vu comme cela, il ne s'agit que de perpétrer le genre humain, justifié par une loi intraitable et des illuminés religieux. Des familles ont été séparées, des manifestants ont été réprimés par les armes. Les textes bibliques font jurisprudence au quotidien, avec l'analyse que l'on veut bien en faire.

Tout au long de la saison, chaque épisode propose des flash-backs dans le passé des personnages. Nous comprenons mieux l'arrivée de la loi biblique, de la codification des Servantes notamment avec leur formation au Centre Rouge.


A voir: pour une société où la politique dépend de la religion, où chacun et chacune est remisé à un rôle bien précis (reproduction ou représentation en public)

A zapper: si vous n'aimez ni le rouge écarlate ni le vert émeraude

« Half Moon Street » d’Anne Perry

En cet automne 1891, Londres semble bien triste au commissaire Thomas Pitt, depuis que sa femme Charlotte est partie se reposer à Paris. Mais il n’a guère le temps de sombrer dans le spleen, car la découverte du corps d’un homme habillé en femme dans une barque, sur la Tamise, l’entraîne dans une nouvelle aventure pleine de mystère. Qui était la victime ? Pourquoi cette mise en scène ? Aidé de l’irascible sergent Tellman, Pitt fouille les consciences et les mœurs de la haute société, arpentant les coulisses des théâtres où se jouent les pièces d’un certain Oscar Wilde. Gentlemen et ladies irréprochables peuvent parfois cacher de bien dérangeantes vérités...


Un roman assez engagé sur la cause féminine: la censure au théâtre face à des spectateurs choqués de voir en scène les émotions des femmes, contraires aux moeurs et bienséances qui veulent que Madame doit être protégée par Monsieur et rester discrète en dialogue. Le théâtre n’est que la face lumineuse de la société de cette fin 1800 car un grondement sous-jacent est sur le point de craqueler ces figures lisses: le mouvement est déjà en marche.

Mais ces apparences sont trompeuses : un cloisonnement entre ce que l’on attend de vois et ce qui se passe une fois la porte fermée. La haute bourgeoisie bien pensante s’adonne à des mises en scène de domination intime qui sont photographiées, mais ce sujet prude est révélateur de la réalité de certains couples (alors qu’eux mêmes clament haut et fort rien du tout à ce sujet car ce n’est pas un sujet à aborder à table). Un meurtre va obliger des personnes bien pensantes à mettre cartes sur table.

Des envies de liberté qui ne regardent que soi, vouloir s’émanciper du carcan de la société, penser en dehors de la boîte : enquête et débats théâtraux soulèvent des sujets qui font écho à nos débats de 2019, à savoir les rapports entre individus de sexe opposé ou de même sexe. Les échanges ne tranchent pas en faveur ou défaveur d’une position, ce qui laisse le lecteur se faire sa propre opinion.