Sorties

Edito Août 2018

C'est au tour des aoûtiens de se déplacer sur les routes, en train ou en avion. A moins que vous ne partiez avec un sac sur le dos, à vélo ou à pied, pour un tourisme autrement. Le 15, férié, est un mercredi: cela donne l'occasion d'un week-end prolongé, ou de poser une semaine de congés. La culture est toujours là ! PAL et PAV 2018 vous donne toujours une idée des points forts à rattraper, ou à redécouvrir. Sans oublier les articles de temps en temps sur une lecture ou une série télé.

lundi 14 avril 2014

"James Bond - GoldenEye" de Martin Campbell

Casting: Pierce Brosnan, Sean Bean, Famke Jansen, Izabella Scorupco, Judi Dench, Robbie Coltrane

A la suite d'un incident sur une base censée être fermée, 007 est à la poursuite d’une carte informatique, nommé Goldeneye, capable de brouiller tout dispositif électronique, avion, train, ordinateur, téléphone… dans un rayon de 1 000 kilomètres. Une personne a été témoin du drame.


Dans une base en Russie. 007 et 006 sont en mission. 006 se fait tuer, 007 fait exploser la base à 3 minutes au lieu de 6. Pour quitter la base, 007 vole un avion.
Course de voiture sur les hauteurs de Monaco qui se termine au Casino. Le lendemain, il y a l’inauguration de l’hélicoptère capable de passer incognito. Le général se rend, avec son assistante; sur une base au milieu de nul part, dans la neige, à bord de cet hélicoptère. Avec son assistante, il récupère le GoldenEye et tout fait sauter.


La guerre technologique est une réalité: ce James Bond, sorti en 1995, a su capter une tendance. Tout comme la série télévisée The X-Files a su donner une piste sur les phénomènes et la vie inexplicables. Le cadre Russie post-URSS souligne cette avance: oui il y a de la technologie, mais on peut l’utiliser autrement. L’avancée technologique fait face à un double niveau: les personnes suivant le mouvement, et les personnes prenant une longueur d’avance, le troupeau rattrape, puis il y a de nouveau un groupe qui prend de l’avance…


La prise de pouvoir fait tourner la tête: le Général veut aller au delà de ce qui lui a été donné. Il veut plus de joujoux, plus de contrôle. Ego? Confiance? Au vu du personnage de Xenia Onatopp, je pencherai pour une tendance SM inassouvie: le Général retranscrit ce manque dans une technologie pour des fins violentes


C'est aussi 006 qui sort des rangs du MI-6: il s'avère être complice du général Ourumov. A sa manière, mais il aurait dû mourir lors de l'explosion de l'usine, ce qui n'est pas le cas: 006 a dû être utile à Ourumov, et inversement.


Fidèle à lui même, Bond, James Bond, est le tombeur de ses dames tout en menant à bien une mission avec tout juste une égratignue. La musique est reconnaissable entre milles. M est surtout présente vocalement. La plongée dans la Russie post URSS avec le dévelopement de technologies furtives est logique.


Ma note: 4/5 l'ambiance russie est bien présente tant par les décors que les accents de certains personnages, la musique jamesbondienne plonge le spectateur dans l'univers propre à James Bond. Le côté russophone est un peu manquant, bien que les décors rappellent le contexte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire