Sorties

Edito Janvier 2019

Les fêtes se sont bien passées? Janvier, les nouvelles résolutions ou vous ajustez au fur et à mesure? En ce qui me concerne ce sera toujours des lectures et des séances au cinéma, quelques séries télévisées de temps en temps pour varier les plaisirs. Un passage au salon de la plongée à Paris qui a lieu du 11 au 14 Janvier: l'occasion de refaire le plein de matériel, de voyages aquatiques ou de simples conseils.

lundi 14 avril 2014

"James Bond - GoldenEye" de Martin Campbell

Casting: Pierce Brosnan, Sean Bean, Famke Jansen, Izabella Scorupco, Judi Dench, Robbie Coltrane

A la suite d'un incident sur une base censée être fermée, 007 est à la poursuite d’une carte informatique, nommé Goldeneye, capable de brouiller tout dispositif électronique, avion, train, ordinateur, téléphone… dans un rayon de 1 000 kilomètres. Une personne a été témoin du drame.


Dans une base en Russie. 007 et 006 sont en mission. 006 se fait tuer, 007 fait exploser la base à 3 minutes au lieu de 6. Pour quitter la base, 007 vole un avion.
Course de voiture sur les hauteurs de Monaco qui se termine au Casino. Le lendemain, il y a l’inauguration de l’hélicoptère capable de passer incognito. Le général se rend, avec son assistante; sur une base au milieu de nul part, dans la neige, à bord de cet hélicoptère. Avec son assistante, il récupère le GoldenEye et tout fait sauter.


La guerre technologique est une réalité: ce James Bond, sorti en 1995, a su capter une tendance. Tout comme la série télévisée The X-Files a su donner une piste sur les phénomènes et la vie inexplicables. Le cadre Russie post-URSS souligne cette avance: oui il y a de la technologie, mais on peut l’utiliser autrement. L’avancée technologique fait face à un double niveau: les personnes suivant le mouvement, et les personnes prenant une longueur d’avance, le troupeau rattrape, puis il y a de nouveau un groupe qui prend de l’avance…


La prise de pouvoir fait tourner la tête: le Général veut aller au delà de ce qui lui a été donné. Il veut plus de joujoux, plus de contrôle. Ego? Confiance? Au vu du personnage de Xenia Onatopp, je pencherai pour une tendance SM inassouvie: le Général retranscrit ce manque dans une technologie pour des fins violentes


C'est aussi 006 qui sort des rangs du MI-6: il s'avère être complice du général Ourumov. A sa manière, mais il aurait dû mourir lors de l'explosion de l'usine, ce qui n'est pas le cas: 006 a dû être utile à Ourumov, et inversement.


Fidèle à lui même, Bond, James Bond, est le tombeur de ses dames tout en menant à bien une mission avec tout juste une égratignue. La musique est reconnaissable entre milles. M est surtout présente vocalement. La plongée dans la Russie post URSS avec le dévelopement de technologies furtives est logique.


Ma note: 4/5 l'ambiance russie est bien présente tant par les décors que les accents de certains personnages, la musique jamesbondienne plonge le spectateur dans l'univers propre à James Bond. Le côté russophone est un peu manquant, bien que les décors rappellent le contexte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire