Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

vendredi 11 avril 2014

"Les garçons et Guillaume, à table !" de Guillaume Gallienne

Casting: Guillaume Gallienne, André Marcon, Françoise Fabian, Diane Kruger, Götz Otto

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.


Guillaume est persuadé d’être une fille, ce qui est très encouragé par sa mère (voire même plus large d’ailleurs). Le père tente d’inverser la vapeur avec le sport: mettre le fiston au foot, au judo ou autre (n’importe quoi de viril), ce à quoi Guillaume répondra « le piano ». Lorsque Maman dira à Guillaume « qu’il y a plein de gens qui sont heureux… » mais qui? « des homos, des gays quoi ne fais pas plus l’idiot que tu ne l’es ». Guillaume pourra remercier une soirée entre filles pour avoir le déclic: la phrase « les filles et Guillaume à table » et la rencontre avec Amandine.


Guillaume se construit au travers du regard des autres pour arriver à la conclusion qu’il est hétérosexuel, ce qui est contraire à ce que la grande majorité de l’entourage cherche à instaurer. Cette quête passera par deux pensionnats pour garçons, la tentative d’inscription au service militaire, une intrigue dans une boîte de nuit gay, un passage en Espagne, une cure thermale et pas mal d’autres confrontations avec le monde qui l’entoure.


Ce film souligne le conditionnement de l’éducation, mais quelque part aussi peut être un oedipe à résoudre. Le terme « coming out hétéro » est pour moi inaproprié: il s’agit d’une construction de soi face au désir maternel d’avoir une fille et non un garçon. En parallèle, le scénario est très bien ficelé: des mouvements entre la scène d’un théâtre, les apparitions inopinées de la mère, l’évolution de Guillaume… Le tout mêlé à des répliques cultissimes, des scènes drôlement improbables.


Guillaume Gallienne signe une comédie tantôt humoristique tantôt touchante. Le mélange mère / fils est comme un miroir: Guillaume copie toutes les mimiques, expressions, postures de sa mère, ce qui d’ailleurs provoque des confusions dans la famille. Le rythme est idéal: ni trop rapide, ni trop lent, le sujet est développé sans tomber dans des situations qui trainent.


Ma note: 4.5/5 parfois quelques clichés un peu trop basiques. Un très bon film sur l'identification oedipien, freudien ou ce que vous voulez. Guillaume Gallienne est excellent dans son rôle et celui de sa mère.


A voir: si vous adorez la dégaine de Guillaume Gallienne, si vous voulez voir comment Guillaume Gallienne gère dans son rôle et celui de sa mère

A zapper: si cette histoire d'identification à la mère vous trouvez ça chelou, si vous trouvez que quitte à avoir une femme autant avoir une actrice


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire