Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

dimanche 13 avril 2014

Sister Act, au Théâtre Mogador, par Whoopi Goldberg & Stage Entertainment

20 ans après le succès mondial du film dont il est tiré, le musical Sister Act triomphe à Londres en 2009 devant plus d’1 million de spectateurs euphoriques. Il poursuit sont tour du monde à Milan, Vienne, Hambourg et Broadway où il a reçoit 5 nominations aux Tony Awards®. Coproduit par Whoopi Goldberg et Stage Entertainment (LE ROI LION, CABARET, MAMMA MIA!), Sister Act est l’événement de la rentrée 2012 à Paris. Grâce à son humour décalé et ses chansons disco/gospel, Sister Act vous conduira directement au 7ème ciel ! Textes et chansons en français.


Les ouvreurs et vendeurs de souvenirs avaient des tenues en noir et blanc faisant clairement référence aux tenues des nonnes. Dans la demi-heure précédant le début du spectacle (session de 15h), la salle se remplit à un flux constant: je suis prête à dire que la salle était complète, à peut être 2 sièges prêts. Un des vendeurs de programmes souvenir a chauffé la salle 2 minutes avant l’arrivée du chef d’orchestre et le levé de rideau.
Dès les premières notes, nous voilà dans le show: le levé de rideau dévoile Dolorès en chant dans le cabaret du boss. Tout s’enchaîne comme dans le film: le meurtre, l’échapatoire dans le couvent, l’intégration difficile ainsi que les rejets de la Mère Supérieure, le départ de Dolorès, le concert devant le Pape (le chef d’orchestre a enfilé la tenue). La musique est vraiment parfaite: les Soeurs partent d’un niveau casserole puis prennent conscience de leur voix pour éclater en tant que groupe mais aussi lors des solos respectifs.
La justesse des voix étaient irréprochables. Les costumes exceptionnels: adaptés aux différents tableaux, au contexte de l’époque et du quartier ainsi que des Ordres de l’Eglise. Les mouvements des tableaux étaient fluides, cohérents, logiques dans la trame de l’histoire. Le public a été transporté: les rires et les applaudissements étaient d’un enthousiasme dingue. La troupe a été demandée: une chanson en extra et trois salutations au public. Nous retrouvons tout à fait le dynamisme et l’émotion du film, ainsi que l’histoire (bien sûr adaptée aux possibilités de la scène).

Que dire à part qu’il faut absolument le voir. Les spectateurs sont transportés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire