Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

1/30/2015

Game of Thrones, saison 2

Casting : Peter Dinklage, Lena Headay, Nikolaj Coster-Waldau, Michelle Fairley, Emilia Clarke, Aidan Gillen, Iain Glen, Kit Harington, Liam Cunningham, Isaac Hempstead-Wright, Richard Madden, Sophie Turner, Maisie Williams, Alfie Allen, John Bradley, Charles Dance, Natalie Dormer, Jack Gleeson, Rory McCann, Stephen Dillian, Carice Van Houten, James Cosmo, Jerome Flynn, Conleth Hill, Charles Dance

Alors que l'hiver approche, le jeune et cruel Joffrey siège sur le Trône de Fer à Port-Réal, conseillé par sa mère, l'intrigante Cersei, et par son oncle Tyrion, nommé nouvelle Main du Roi. Mis le règne des Lannister est menacé par des attaques de tous côtés, avec deux Baratheon revendiquant la couronne, et Ronn Stark se battant sous le nom de Roi du Nord. Tandis qu'un nouveau chef émerge parmi les sauvageons au-delà du Mur, exposant Jon Snow et la Garde de Nuit à de nouveaux dangers, Daenerys Targaryen, accompagnée de ses trois jeunes dragons, tente de trouver des alliés à l'Est.


Comme pour la première saison, nous avons ici 10 épisodes d'une heure en moyenne. Cette foi, les pions se positionnent sur l'échiquier. Daenerys se retrouve dans une nouvelle cité, mais il s'avère que les dragons sont courtisés: elle va se révéler un côté reine.


De son côté, Joffrey se montre décidément toujours aussi violent. Il ira jusqu'à refuser Sansa Stark comme épouse pour la fille d'une autre famille: après tout, le père de Sansa a été révélé comme traître... Mais Sansa n'est pas pour autant libérée de la cours de Joffrey.


C'est aussi une rivalité entre un frère et une soeur de la maison de Fer; la confrontation entre Jon Snow et la population au-delà du Mur, une sorcière... Une course poursuite dans les montagnes gelées... Catelyn Stark se retrouve flanquée d'une femme chevalier. Tyrion tente de mêler amour et business.


Cette saison 2 est moins gore que la première bien qu'il y ait des scènes de coupage de têtes ou encore d'éventrations. Il s'agit ici d'asseoir son pouvoir, consolider des alliances, affirmer son pouvoir. Cette saison est plus dans la stratégie.


Comme pour le coffret de la première saison, un livret permet de comprendre la saison en court: qui, quoi, une carte de la région, un résumé de chaque épisode, le rappel des blasons de chaque maison et une liste des bonus.


Ma note: 4.75/5 quelques raccourcis ici et là (comme par exemple l'évasion de Daenerys du labyrinthe avec les dragons) mais un virage dans les relations entre les personnages et le dynamisme auquel le spectateur peut s'attendre pour une série orientée châteaux et épées.


A voir: si vous voulez voir moins de bastons sanglantes mais quand même son lot

A zapper: si vous n'avez pas compris l'intérêt de la première saison


1/28/2015

"Vampire Knight 2" de Masturi Hino

Incapable de résister à ses instincts, Zero s'est réveillé à sa nature de vampire. Yûki, qui tente de l'aider alors qu'il combat entre raison et insctinct, se rend à une fête nocturne de la Night Class et apprend ainsi un des secrets du monde des vampires. Mais le retour d'un homme qui connaît le passé de Zero risque de tout faire précipiter...


Ca y est, nous sommes dans le vif du sujet vampirique : Zero a des difficultés avec son identité, les pulsions qui vont avec ses crocs, les tentations... Il ne veut pas se faire aider mais il n'est pas forcément prêt à recevoir une balle dans la tête.
En parallèle, nous en apprenons un peu plus sur les Vampire Hunters et le passé de certains personnages. Les codes du monde de la nuit est assez rigide.

La Day Class est moins présente que dans le premier volet. Il est évident que Matsuri Hino n'aurait pas mis "Vampire" dans le titre de la saga sans mettre l'accent sur ce type d'individu. Autant le premier livre était une introduction aux deux parties de l'Académie, autant ici Matsuri Hino tente de faire comprendre au lecteur le pourquoi des états d'âmes des personnages.

C'est une quête entre ce que l'on est attendu de faire, ce que l'on veut faire et ce que l'on peut faire. Un tiraillement, un questionnement, des rappels à l'ordre tout au long de l'histoire sans tomber non plus dans les clichés.

Ma note: 4.75/5 le sujet commence à avoir du mordant ! Matsuri Hino arrive à mêler le côté école avec l'aspect vampire: un très bon équilibre entre le poids d'une vie particulière et la vie régulière d'un étudiant.

1/25/2015

"Vampire Knight 1" de Matsuri Hino

A l'académie Cross, internat réputé, la Night Class n'est composée que de beaux et brillants élèves. Mais derrière leur apparence de lycéens ordinaires, se cachent en réalité... des vampires ! Yûki et Zero sont tous deux des Gardiens, chargés de protéger ce secret. Yûki, convaincue d'une coexistance pacifique possible entre humains et vampires, prend son rôle très au sérieux... Alors que Zero nourrit une haine féroce contre ceux qu'il voit comme des monstres.


Comme dans tout manga: le concept de la B.D avec la lecture à l'envers. Le lecteur se retrouve dans une école où deux groupes cohabitent; les diurnes et les nocturnes. Et bien sûr un incident mordant ne tardera pas à arriver... Avec à la clef une épée de Damoclès pour l'humaine ayant été mordue...

Matsuri Hino apporte dans ce premier volet une introduction avec l'Académie, le passé de certains personnages, des tensions et impulse la suite de l'histoire (l'incident mordant). L'histoire se découpe en cinq nuits: La night class de l'Académie Cross, Le secret de Zero, Le vampire des vampires, La promesse, Une jeune fille si précieuse. Chaque nuit apporte une pierre sur un personnage, la création d'un vampire ou encore les lignées de vampires.

Matsuri Hino apporte sa patte dans le monde des histoires vampiriques, monde qui regorge déjà de pas mal d'histoires dans ce domaine. Entre TrueBlood, Dracula Untold, Vampire Diaries, Van Helsing et j'en passe, Matsuri Hino met le vampire en manga et ça tient la route.

Ma note: 4.5/5 un manga en noir et blanc qui se contente d'histoire entre les personnages sans aborder les cours (alors qu'il s'agit tout de même d'une Académie): un petit exemple de cursus aurait apporté une petite touche académique. Par contre le côté internat ressort très bien tout comme le rapport avec la hiérarchie.

1/24/2015

"Dans les bois" d'Harlan Coben

Paul Copeland a mis vingt ans pour accepter l'idée que sa soeur, comme trois autres adolescents cette nuit-là, est morte assassinée dans le camp de vacances du lac Charmaine. Même si deux corps seulement ont été retrouvés dans les bois, les chances de revoir Camille vivante se sont évanouies avec le temps. Aujourd'hui, Paul est à la morgue et c'est tout son passé qui lui saute à la gorge. Devant ses yeux, un espoir fou. Le cadavre d'un homme. L'autre adolescent porté disparu...


Faire son deuil sans savoir ce qui s'est passé ni avoir de corps: pourtant Paul Copeland a été de l'avant. Mais bien sûr le passé va refaire surface lorsque l'un des disparus refait surface sur une table à la morgue. Vu que le corps de Camille n'a jamais été retrouvé, tous les espoirs sont possibles: pourquoi ne serait-elle pas en vie après tout? Et avec l'arrivée inespérée de ce corps rouvre l'enquête et il va s'agir d'une plongée dans des secrets: les familles des victimes ne seraient pas aussi blanches que ça (surtout lorsqu'un frère des victimes est handicapé), la belle-famille... Tout est possible puisque la colonie de vacances est une histoire de famille.

Harlan Coben mène ici une plongée dans ce que l'on pourrait appeler un cold case: un cas bouclé mais au final pas si cold que ça (si l'on fait à part du corps de l'ado soit disant disparu...). C'est une plongée dans un cas que l'on voudrait résolu, des blessures qui reviennent, des retrouvailles.

Dans un sens, "Dans les bois" soulignent le besoin d'aller de l'avant, les blessures de ne pas savoir, un deuil inachevé du fait d'absence de cadavre et de pistes sérieuses. Mais est-ce une bonne chose cette réouverture de cas? Oui et non. Oui pour se reconstruire. Non au vu des dommages colatéraux qui se révèlent. Mais l'un sans l'autre... Est-ce possible?

Ma note: 4.25/5 il manque un truc dans la réouverture du cas de la colonie de vacances: un peu plus autours de l'enquête à l'époque par exemple ou pourquoi ces adolescents là. Il y a des bribes de la vie de Camille pendant les vingts ans de disparition et ses ombres: cela souligne le besoin de passer inaperçu.

1/22/2015

Game of Thrones, saison 1

Casting: Sean Bean, Lena Headey, Kit Harington, Jason Mamoa, Mark Addy, Emilia Clark, Nikolaj Coster-Waldau, Peter Dinklage, Harry Loyd, Michelle Fairley, Alfie Allen, Aidan Gillen, Sophie Turner, Maisie Williams, Jack Gleeson, Isaac Hempstead-Wright, Richard Madden, Charles Dance, David Bradley, John Bradley, Kristian Nairn, Natalia Tena

Un vaste monde dans lequel l'été s'étend sur des décennies, et l'hiver peut durer une vie entière. Du Sud calculateur et des terres sauvages de l'Est, jusqu'au Nord gelé et à l'ancien Mur qui protège le royaume des ténèbres, les puissantes lignées des Sept Royaumes sont engagées dans une bataille pour le Trône de Fer. Il s'agit d'une histoire de duplicité et de traitrise, de noblesse et d'honneur, de conquête et de triomphe. Dans la course pour le trone de Fer, il faudra vaincre ou mourrir.


 La série Game Of Thrones (ou GoT) est inspiré de la saga littéraire de George RR Martin. Comme dans toute adaption ou inspiration, il y a des prises de liberté. Pour avoir lu le premier livre avant d'avoir vu cette première saison, les libertés ne m'ont pas du tout choquée bien au contraire.

Nous retrouvons dix épisodes d'une heure chaque. Un guide est présent dans le coffret, ce qui permet de comprendre les liens entre les personnages: Maison Stark, Maison Baratheon, Maison Lannister, Maison Arryn, Maison Targaryen, Clan des Stark, La cour royale, domestiques et alliés des Targaryen. C'est aussi une carte de ce monde qui n'est pas le notre: nous y retrouvons par exemple Winterfell ou Port-Réal. Au-delà des présentations, ce guide explique brièvement chaque épisode comme nous avons pu le voir pour les coffrets de la série The X-Files, mais ici en moins développé.


Le spectateur est plongé dans un monde que l'on pourrait assimiler au Moyen Âge: épées, cavalcades à cheval, une cour Royal, des batailles... Mais dans un monde qui n'est pas le notre: un peu à la Tolkien, nous avons ici une bande de terre immense avec ses familles, sa structure géographique et ses intrigues propres. Une identité à part.


Ce qui est intéressant avec cette saison (et certainement dans les autres à suivre) est que les personnages les plus droits ne sont pas forcément ceux qui vont rester. Les personnages les plus impliqués dans les manigances semblent avoir plus de chances de pouvoir survivre.


En effet, Eddard Stark (Sean Bean) se retrouve catapulté Main du Roi (le Roi Robert) sauf que le Roi va mourir suite à une partie de chasse: Eddard Stark se retrouvera relégué au rang de traitre car soit disant il se serait arrangé pour trafiquer la lettre des derniers voeux du Roi. Eddard Stark finira décapité, et sa tête sur un pic: sa fille Sansa se retrouvera engagée auprès du rejeton devenu roi Joffrey Baratheon et devra regarder la tête de son père.

C'est aussi Viserys Tergaryan qui finira brûlé... Car Karl Drogo a décidé de lui mettre une couronne d'or sur la tête mais l'or chaud. Soit dit en passant, Viserys a "vendu" sa soeur Deanerys à Khal Drogo pour pouvoir récupérer une armée et le trône qui lui est dû.


Un peu à la "Avatar" de James Cameron, Daenerys va apprendre la langue du peuple de Khal Drogo. C'est aussi l'apprentissage des codes propres à chaque famille: Sansa va faire de son mieux pour se fondre dans le rôle de Dame tandis qu'Arya est attirée par des activités masculines. L’ascension d'un roi dont la légitimité est mise en doute en fin de saison. Les éléments de chaque maison sont en place sans pour autant larguer le spectateur.
Osha (Natalia Tena, vue dans son rôle de Tonks dans "Harry Potter") va être autorisée à être libérée de ses chaines, certes en restant esclave, en restant proche de Bran Stark. Des perspectives sont données, mais pas forcément de façon évidente: Daenerys finira par être respectée et Osha récupérera un semblant de liberté.


Ma note: 4.75/5 pas un seul épisode sans sa dose de violence et ça m'a semblé un peu lourd parfois. Le spectateur est facilement happé par les intrigues. Nous sommes quand même dans une série avec présence parentale indispensable: à ne pas mettre entre toutes les mains.


A voir: si vous adorez les mondes créés de toutes pièces (comme Le Seigneur des Anneaux ou Le Hobbit), si vous n'avez pas une dent contre les histoires d'épées

A zapper: si les histoires d'épées et de châteaux flanqués de dragons ça vous dépasse



1/13/2015

"Remède mortel" d'Harlan Coben

New York, fin des années 1980. Le docteur Harvey Riker a peut être découvert un vaccin contre le sida. Une formidable avancée qui, cependant, gêne certains intérêts et lobbies. La mort de l'associé d'Harvey et les meurtres sauvages de deux de ses pateints pourraient bien être une menace personnelle.


Le sida, une des plus grandes maladies qui persiste toujours. Et si un remède était trouvé? Les convoitises... Et pourtant, une clinique de très petite envergure semblerait être sur la bonne voie. Et pourtant, il s'avère que l'un des membres de l'équipe médicale a pris de très grandes précautions en laissant un dossier ni plus ni moins qu'à Bangkok. Le lecteur plonge petit à petit dans ce qui semble être une histoire politiquo-médicale...

Harlan Coben fait en sorte que les soupçons peuvent porter sur un médecin ou un groupuscule (il y a un groupe chatolique très virulent) ou un politicien (d'ailleurs un sénateur va faire face au diagnostique du sida pour son fils): tout est possible. Et la personne à l'origine des tueries n'est pas forcément la personne que l'on croit...

Et le titre alors. Un remède est censé guérir et non pas achever. Sauf que le lecteur apprendra que le remède fonctionne plutôt pas mal mais chez les souris. Et les individus, entrants dans la clinique pour se faire soigner, sont soit sains (donc sans besoin de traitement contre le sida) soit le traitement agrave la maladie après une courte periode de rémission.
Ma note: 4.75/5 un peu de technique sur l'ADN, une quête médicale mêlée à la politique et un groupuscule religieux: Harlan Coben apporte ici un espoir qu'un jour le soin du sida soit possible (après tout dans ce livre il est écrit que ça passe pour les souris de laboratoire) mais en même temps cela semble loin.

1/06/2015

"Plaidoyer pour les animaux" de Matthieu Ricard

Nous tuons chaque année 60 milliards d'animaux terrestres et 1 000 milliards d'animaux marins pour notre consommation. Un massacre inégalé dans l'histoire de l'Humanite qui pose un défi éthique majeur et nuit à nos sociétés: cette surconsommation aggrave la faim dans le monde, provoque des déséquilibres écologiques, est mauvaise pour notre santé.
En plus de l'alimentation, nous instrumentalisons aussi les animaux pour des raisons purement vénales (trafic de la faune sauvage), pour la recherche scientifique ou par simple divertissement -corridas, cirques, zoos).
Et si le temps était venu de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos "concitoyens" sur cette terre? Nous vivons dans un monde interdépendant où le sort de chaque être, quel qu'il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s'agit pas de s'occuper que des animaux mais aussi des animaux.
Cet essai lumineux met à la portée de toutes les connaissances actuelles sur les animaux, et sur la façon dont nous les traitons. Une invitation à changer nos comportements et nos mentalités.


Matthieu Ricard couvre, en 308 pages: un historique des relations entre humains et animaux, l'élevage industriel, l'impact de l'alimentation carnée sur la pauvreté / l'environnement / la santé, une plongée dans les abattoirs, les excuses pour l'exploitation des animaux (comme par exemple manger de la viande pour être en bonne santé), les facultés de l'animal et de l'homme, les jugements moraux, l'expérimentation animale, le trafic de la faune sauvage (l'ivoire des éléphants par exemple), le diverstissement (avec entres autres les cirques ou encore la corida et les zoos).
Les notes et la bibliographie sont impressionnantes: des pages 311 à 359. Ce qui montre un certain travail de recherche: Matthieu Ricard ne balance pas des informations comme ça, pour faire du sensationnel. Il rajoute sa touche philosophique.

Matthieur Ricard va citer différents points de vues tout au long de son essai: Descartes, Thomas Tryon, Berardin de Saint Pierre (écrivain et ami de Rouseau), Isaac Newton, Voltaire ou encore George Bernard Shaw Colin Tudge chercheur de la London School of Economics. Pour leurs écrits, le fait d'être végétarien ou carnivore.

Il n'est pas le premier, et il ne sera sans doute pas le dernier, à tirer l'alarme sur les conséquences de la surpêche ou la corida. La preuve en est: l'accroissement du nombre d'organisations protectrices des animaux et de l'environnement. WWF, PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), SPA (Société Protectrice des Animaux), ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), la fondation Brigitte Bardot, One Voice, 30 millions d'Amis, Greenpeace... Pour ne citer que ceux-là.

Matthieu Ricard aborde une exemple d'alternative: le Cirque du Soleil. Des spectacles sans animaux, autour de l'acrobatie, de la musique, du chant. Au vu du succès du Cirque du Soleil, il semblerait plus que probable que rien n'est totalement impossible.

Ma note: 5/5 même si l'objectif n'est pas de prôner le véganisme ou le végétarisme, Matthieu Ricard met le doigt dans une façon de repenser notre rapport aux animaux qui sont doués d'une sensibilité. Une sensibilité qui leur est certes propre, mais prendre en considération les autres êtres vivants. Sans pour autant arrêter d'être canivore du jour au lendemain, Matthieu Ricard permet une réflexion pour considérer différemment notre consommation.


Pour plus d'informations autour de Matthieu Ricard, moine bouddhiste tibétain ayant réalisé son premier voyage en Inde en 1967, photographe / Auteur et engagé humanitaire avec son association Karuna-Shechen: http://www.matthieuricard.org/

1/03/2015

"Le trône de fer (1)" de George RR Martin

Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis que, en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le Duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles: le trône est en péril. Stark, qui s'est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L'heure est grave, d'autant qu'au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles rôdent d'étranges créatures.


Le roi Robert, la reine Cersei, Eddard, Jon Snow, la Main du Roi, Winterfell, le Mur... George RR Martin a créée tout un monde, tout comme l'a fait JRR Tolkien avec "Le Hobbit" et "Le seigneur des Anneaux": des lieux sortis tout droit de l'imaginaire. Tout en gadant un cadre réaliste: des batailles à l'épée, des cheveaux, des tournois... Dès les premiers chapitres, le lecteur est plongé dans les intrigues: tout juste le temps de se familiariser avec les personnages, les liens, les lieux que ce monde de châteaux et d'épées est plongé dans plusieurs tourments.

Les personnages ont différents grades et donc des places à tenir: tout y est très codifié. Il y a certains personnages qui tente de ne pas rester là où ils doivent être, d'autres qui restent à leur place, ou encore être considéré comme bâtard (illégitime) donc considéré comme à part alors que le personnage veut réclamer une place "comme il devrait être": George RR Martin a mis en place des personnages qui se complètent, avec différents caractères.
C'est aussi des animaux: cheval, oiseau ou encore loup-garou. Se déplacer, transmettre des nouvelles ou animal de compagnie: chaque animal a son rôle à tenir.
Un monde, au final, auquel il est facile de se plonger et de s'identifier aux personnages, aux mises en situations. George RR Martin a mis sur papier un monde qui n'est pas le nôtre tout en restant proche de ce que nous connaissons.

Ma note: 4.75/5 pas toujours évident de suivre car le vocabulaire est particulier mais les intrigues sont très bonnes et se mêlent très bien. Ce premier volet est dynamique que ce soit dans les rapports humains abstraits (dialogues) que physiques (combats).

"Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu" de Philippe De Chauveron

Casting: Christian Clavier,Chantal Lauby, Ary Abittan, Medi Sadoun, Frédéric Chau, Elodie Fontan, Frédérique Bel, Julia Piaton

En salles le 16 Avril 2014

Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale sont des parents plutôt "vieille France". Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d'esprit...Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois. Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.


Nous avons eu "Le bon, la brute et le truand". Voici "Le rebeu, le chinois, le juif et le black". En bref, un couple a 4 filles et chacune d'elle va se marier avec ce que l'on appelle la diversité. Mes trois premiers mariages auront lieu à un an d'intervalle. L'officialisation de la relation de la dernière va mettre le feu au poudre dans le couple Verneuil.


Les conversations à table vont être animées: ça va se jouer sur les clichés de chaque communauté. Mais chacun va mettre de l'eau dans son vin. Jusqu'à ce que Charles (le black) débarque (et bien sûr les parents, la frangine à la clef à l'occasion des préparatifs du mariage). Les trois maris déjà installés, avec la paix entre les ménages soit dit en passant, vont se mettre en tête de bloquer le quatrième. Pour finallement l'intégrer mais ca sera le clash entre Mme et Mr Verneuil: la situation du couple Verneuil va très fortement compromettre le mariage de la petite dernière.


Rien de tel qu'une partie de pêche et une cellule de dégrisement pour remettre les choses dans l'ordre. Tout est bien qui fini bien. Nous connaissons "jamais deux sans trois" mais au final c'est le quatrième mariage qui va tout faire rentrer dans la paix, la tranquilité. Tout le monde va finalement s'apprécier.


Ma note: 4.5/5 En d'autres termes, "Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu" est une comédie autours de l'intégration de toutes les origines. Ca roule sur les clichés (qui sont d'ailleurs débatus) sans trop tomber dans du lourdingue indigeste. Un petit coup de vapotage en passant, un petit coup de pub pour Skype (la musique de l'appel est largement reconnaissable), mais à part ça le film ne joue pas la carte du placement de produits.


A voir: si une comédie autours de 4 mariages mais sans l'enterrement (de Mike Newell ndlr) ça vous botte (par contre on a quand même les tête d'enterrement)

A zapper: si le coup de 4 mariages avec 4 hommes issus de la diversité ça vous sonne trop cliché