Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

3/31/2015

"Big Eyes" de Tim Burton

Casting: Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston, Kristen Ritter, Jason Schwartzman, Terence Stamp, Jon Polito

En salles le 18 Mars 2015

"Big Eyes" raconte la scandaleuse histoire vraie de l'une des plus grandes impostures de l'histoire de l'art. A la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l'art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater: ces toiles n'avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier. Le film se concentre sur l'éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s'attribuant tout le mérite de son travail.


Tim Burton et les yeux: Charlie et la chocolaterie (les lunettes de Wonka ndlr), Frankenweenie, Corpse Bride, L'étrange Noël de Mr Jack... Il y a du passif. Il n'est donc pas étonnant que Tim Burton s'attque à Big Eyes. Mais oubliez l'extravagance habituelle du réalisateur: nous sommes ici, dans la surdimension des yeux certes, mais dans un décors digne de Edward aux mains d'argent. D'ailleurs le village de l'introduction y ressemble fortement.


Bref. Margaret est dans ce petit patelin, une bourgade, dans les 50's. Elle emballe des affaires et embarque sa fille. C'est par là que tout commence. Margaret débarque dans une autre ville américaine, où une de ses amies habite. Elle se déniche un boulot dans une fabrique de meubles... Et se fait aborder sur un marché après avoir tiré le portrait à un gamin.


Le binôme va se mettre très vite en ménage, et se marier tout aussi rapidement. Et monsieur va rapidement révéler son côté baratineur. Margaret va tomber sur le pot aux roses à l'occasion d'un passage inopportun dans le bar où Walter a réussi à obtenir des murs pour exposer. Et c'est parti pour la spirale: monsieur fait vendre, madame peint.


Tim Burton apporte ici une spirale psychologique. Le spectateur voit que Margaret essaye de s'affirmer mais se faire une raison: comme le dira le prêtre au confessionnal, c'est le mari qui est le maître de la barque et il serait bon qu'elle se fie au jugement de son mari.

 C'est ainsi que Margaret se retrouvera reléguée sous les toits. Grâce à l'argent, la famille va emménager dans une demeure gigantesque (avec piscine quand même) et un chien (le stéréotype de la famille). Margaret aura le droit de s'enfermer, seule, dans une pièce au rez-de-chaussée. L'isolement.


Après une dizaine d'année à ce rythme, Margaret s'enfuit à nouveau avec fifille qui a bien grandit. A Hawaï, île même où Margaret et Walter ont fait leur voyage de noces. Même si la rupture a été physique, un lien psychologique reste fort. Et ce sera le début d'un procès. Walter va finalement perdre tout crédit lors de cette confrontation.


Ma note: 4.75/5 le binôme Walter fonctionne à merveille, l'emprise de la spirale du mensonge ronge les deux personnages et cela se révèle de façon différente. La peinture va se craqueler. Tim Burton sort ici de ses déliriums à la "Alice au pays des merveilles" ou "Corpse Bride", n'a pas fait appel à Johnny Depp et la mayonnaise prend !


A voir: si vous voulez voir encore des yeux mais de façon différentes, si vous êtes inconditionnels de Tim Burton

A zapper: si vous préférez garder en tête les mondes barrés de Tim Burton


3/30/2015

"Divergente 2: l'insurrection" de Robert Schwentke

Casting: Theo James, Shailene Woodley, Octavia Spencer, Kate Winslet, Jai Courtney, Zoe Kravitz, Ray Stevenson, Miles Teller, Ansel Elgort

En salles le 18 Mars 2015

Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réogarnisée autour de 5 factions (Audacieux, Erudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Erudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d'alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l'ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société? La découverte d'un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l'équilibre des forces...


Tris et Quatre sont chez les Fraternels, avec Peter et Caleb. Un éclat entre Tris et Peter vont remettre en question leur présence parmi les Fraternels, pour qui la violence est absente. Mais l'arrivée des forces de la ville, forces menées par Eric, vont mettre en fuite Tris, Quatre et Caleb. Tandis que Peter reste du côté de la force citadine.


Une nouvelle arme de détection des Divergents est utilisée dès cette arrivée chez les Fraternels. Mais ce n'est que le début: une nouvelle puce traqueur va permettre à l'armée de traquer encore plus les Divergents. Cette nouvelle génération de puce va se faire assoupir les non Divergents mais, comme tout Divergent qui se respecte, cette dernière caste restera insensible aux effets de la puce. Jeanine en a toujours après les Divergents pour ouvrir une boîte qui contient un secret. Secret qui, selon Jeanine, permettra de donner un nouveau tournant à la vie dans la ville.


Il s'avère que Tris est Divergente à 100%, contrairement à certains congénère: lors d'une traque au Siège des Sincères, grâce à la dernière génération de révélateur de Divergence, il est révélé qu'un homme est Divergent à 10% et une fillette à 40%. Tris va passer les tests pour toutes les factions, si elle réussie, la boîte révèle ce qu'elle a à révélé.


C'est aussi un peu d'intimité entre Tris et Quatre, peu avant que Tris ne décide de se rendre à Jeanine. Une sorte de au revoir. Nouvelle coupe de cheveux aussi pour Tris, à la suite d'un cauchemar. Eric est toujours dans les parages, mais moins que dans le premier volet: en effet, dans le 1er film Eric est entres autres chargé de former les nouvelles recrues, tandis qu'ici dans "L'insurrection" il est surtout en traqueur.


Le spectateur découvre, tout comme Tris et d'autres personnages, que la mère de Quatre est en fait toujours en vie et pourquoi elle a décidé de disparaître. Elle est leader parmi les sans faction. Cela montre que même si nous croyons connaître quelqu'un, il y a toujours une part d'inconnu.


Le niveau de simulation est beaucoup plus poussé que dans le premier volet. La partie "Audacieux" permet à Tris de faire des vols plannés un peu partout, de faire face au feu et de s'exploser dans du béton. La partie "Sincère" va révéler que Tris n'est pas aussi confiante qu'il n'y paraît. Et ainsi de suite. Une sorte d'introspection: découvrir ses capacités, reconnaître ses failles, se pardonner.


Le cube va finalement révéler son message, car Tris va vouloir craquer la simulation jusqu'au bout. Les perspectives vont être complètement différentes pour la suite de "Divergente" car il s'avère que la vision de Jeanine concernant la dangerosité des divergents tombe à l'eau. Que va-t-il advenir d'Eric, et des autres supporters du pouvoir en place, qui jusque là traquait les divergents?



Ma note: 5/5 du rythme, du rythme et encore du rythme, avec des pointes d'émotions. Le casting prend donne du volume aux personnages. La confrontation est réelle. La musique est très bonne. Les éléments s'enchaînent de façon soutenu.


A voir: si vous avez déjà suivi le premier volet, si vous avez adoré le premier phénomène

A zapper: si vous n'avez pas vu ou lu le premier volet, si vous n'avez pas compromis l'intérêt du premier opus



3/29/2015

"L'appel du coucou" de Robert Galbraith

Lorsque le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée, dans un quartier chic londonien, l'affaire est vite classée. Suicide. Jusqu'au jour où John Brostow, le frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Cet ex-lieutenant de l'armée, revenu d'Afghanistan amputé d'une jambe, est au bout du rouleau: sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée, un naufrage. Aidé par une jeune intérimaire finaude, virtuose de l'Internet, il reprend l'enquête. De boîtes e nuit branchées en palaces pour rock stars, Strike va passer de l'autre côté du miroir glamour de la mode et du people pour plonger dans un gouffre de secrets, de trahisons, de manœuvres inspirées par la vengeance.


Dès le début, Robert Galbraith va présenter le meurtrier de Lula: son frère. Enfin... Lula ayant été adoptée, il ne s'agit pas de son frère de sang mais ils ont été élevés ensemble quand même. Et pourtant, Robert Galbraith va mettre en place une enquête qui va permettre au lecteur d'avoir des suspicions sur d'autres personnages.

John va en fait signer une sorte d'appel à l'aide: il a tué son frère Charlie, maintenant Lula sa soeur adoptive et Rochelle une amie proche de Lula. Relégué au second plan, John a atteint un point de non retour. Il va réussir à mettre au point un plan machiavélique puisque les témoins l'ayant vu chez Lula la nuit de l'accident sont minimes, voire inexistants (doutes sur l'état psychologique des témoins et des vidéos de vidéosurveillance entres autres).

Les éléments se mettent en place et soulèvent des secrets, des questions sans réponses, des liens peu évidents. Les personnages interrogés, mis en relations soulignent des potentiels meurtriers tout en défaisant ces certitudes.

Le seul élément que je ne comprends pas: le titre. Pourquoi le coucou? Pourquoi l'appel? Le coucou est un oiseau dont les origines sont incertaines, tout comme Lula: elle ne connait pas ses parents biologiques. L'appel peut être vu par un appel à ses origines, d'où l'on vient pour savoir où l'on va.

Ma note: 4.75/5 JK Rowling, sous ce pseudo Robert Galbraith, surprend: bien que depuis Harry Potter il y a eu Une Place A Prendre, elle signe ici une très bonne enquête policière. Le lecteur se prend au jeu de l'enquête, des liens qui se tissent, des personnages qui craquent: et pourtant, dès le début, le meurtrier s'est montré. C'est le meurtrier même qui va relancer l'affaire.

3/08/2015

"La famille Bélier" d'Eric Lartigau

Casting: Louane Emera, Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosnino, Roxane Duran, Luca Gelberg, Ilian Bergala, Stephan Wojtowicz

En salles le 17 Décembre 2014

Dans la famille Bélier, tout les monde est sourd sauf Paula, 16ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l'exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de prépare le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l'éloignement de sa famille et un passage inévitable à l'âge adulte.


Paula et Mathilde s'inscrivent à la chorale du professeur Thomasson parce que Gabriel s'y inscrit (et que Paula a légèrement des vues sur Gabriel). Thomasson a une légère obsession sur Michel Sardou. Mathilde ne va pas passer l'étape de sélection dans la chorale. Quant à Paula et Gabriel un duo va les attendre pour le spectacle de fin d'année.


Mais en parallèle Paula fait face aux parents et au frangin sourds. Donc langage des signes. Mais la ferme aussi et les marchés pour vendre les fromages. Bref, un contraste assez fort. Le père Rodolphe veut la place du Maire, la télé débarque. Maman Gigi fait tout un foin quand fifille Paula a ses périodes pour la première foi. Quand les parents découvrent que Paula a un don pour le chant...


Le frère Quentin s'imagine dans la chambre de sa soeur. Mathilde apprend la langue des signes avec frangin (voire plus si affinités) et donnera un coup de main sur le marché (ce qui s'avérera être un désastre). Paula va aussi découvrir les joies des règles (eh oui même ça y passe).


L'on découvre la vie quotidienne, les aspirations, les frustrations des uns et des autres: le prof qui s'imagine à Paris, la mère qui ne peut pas encadrer les entendants, Quentin qui est travaillé par les hormones et se voit dans une chambre plus grande, Paula qui a envie de passer le concours mais se sent redevable par rapport aux parents...


Ma note: 4.5/5 Une histoire très bien montée entre le désir et l'affirmation de soi, parmi les protagonistes. La musique, très axée Michel Sardou certes, vaut le détour car revisitée. Avec en prime le langage des signes, peut être un peu trop rapide parmi les acteurs. Un peu comme "LOL" (Sophie Marceau, Christat Theret...) mais en moins mélo et avec une évolution véritable: Paula. Dommage que des acteurs muets n'aient pas été engagés, cela aurait été crédible et non restrictif.


A voir: pour Louane chantant "Je vole" en voix et langage des signes, pour Karin Viard en dialogues signes (ce qui change des dialogues parlés)

A zapper: si le coup du doublon langage des signes / voix tout au long du film ça vous gave à l'avance, si vous avez peur de l'intoxication de Michel Sardou (ou si vous êtes déjà intoxiqué).


3/06/2015

"Bridget Jones: l'âge de raison" d'Helen Fielding

"58.5kg (ne suis qu'un bourrelet), jules: 1 (hourra!)..." Le grand retour de la plus célèbre et la plus névrosée des trentenaires londoniennes. Bridget Jones et ses éternelles bonne résolutions: perdre au moins cinq kilos, arrêter de fumer et de boire du chardonnay. Elle a enfin quitté le clan des parias de l'amour mais découvre à quel point l'important est moins de trouver l'amour... que de le garder !


Bridget part en vacances en Thaïlande avec Shaz, avec passage par la case prison à la clé. Mark va se voir mettre le grappin par Rebecca: finalement Rebecca finira avec un homme blindé aux as mais fera du rentre dedans à Mark en regrettant de ne pas être avec lui. Mark préfère Bridget. Mais aussi du mariage dans l'air et les parents de Bridget en cure de désintoxication. La mère de Bridget veut absolument emmener fifille au magasin de couleur pour déterminer les bons tons de vêtements. Bridget va faire face à une arnaque pour les travaux de son appartement et verra très grand pour le sapin de Noël.

Helen Fielding conserve le style journal intime avec ses abréviations, ses passages plus ou moins développés. La couverture souligne très bien l'orientation de l'histoire: Bridget aura les vacances et la prison thailandaise, pour ensuite projeter d'y retourner avec Mark car ce dernier a un cas à traiter.

Ma note: 4.5/5 les péripéties sont très bien développés, j'aurai apprécié savoir comment Mark et Bridget se seraient débrouillés en Thaïlande.

Game of Thrones, saison 4

Casting: Peter Dinklage, Emilia Clarke, Richard Madden, Kit Harington, Nikolaj Coster-Waldau, Iain Glen, Aflie Allen, Sophie Turner, Isaa Hampstead-Wright, Rory McCann, Michelle Fairley, Aiden Gillen, Natalie Dormer, Stephen Dillan, Carice Van Houten, Liam Cunnigham, Conleth Hill, Rose Leslie, Sibel Kekilli, Kelly Ingram, Caran Hinds, Michael McElhatton, Oona Chaplin, Lena Headey, Jack Gleeson, Charles Dance

Alors que l'inébranlable Stannis Baratheon continue de reconstruire son armée à Peyradragon, un danger plus proche encore arrive du Sud à Port-Réal, pour assister aux fiançailles de Joffrey, en la personne d'Oberyn Martell, la "Vipère Rouge", qui hait les Lannister. Au Mur, la Garde de Nuit semble dépassée par l'armée de sauvageons de Mance Rayder, qui, dans son village, entraine un ennemi plus redoutable encore... Qui plus est, Daenerys Targaryen, accompagnée de son féroce trio de dragons et de son armée d'Immaculés, est prête à libérer Meereen, la plus grande ville esclavagiste de l'Est. Cela pourrait lui apporter une force colossale pour mettre à bien son plan ultime; récupérer le Trône de Fer.


Joffrey a finalement épousé Maergery, mais finira empoisonné au banquet... La faute retombera sur Tyrion, d'autant plus que Sansa va se retrouver en fuite. Jaime fera évader Tyrion, malgré Cersei (cette dernière aura révélé la liaison entre Jaime et elle au paternel...) et Tyrion ira tuer Shae à cause du sale coup qu'elle a fait au procès.


Sansa va voir sa tante se marier avec Pyter Baelish, pour qu'en fait ce dernier jette la tante par la porte de la Lune. D'ailleurs, Sansa ira protéger Pyter lors de son jugement; il est soupçonné d'avoir tué la tante... Et un rapprochement entre Sansa et Pyter se fait.


Les sauvageons partent à l'assaut du Mur. Tout le monde au Mur est au taquet, les décisions prises ne sont pas forcément les bonnes... Jon Snow se retrouve face à la sauvageonne Ygritt: aucun des deux ne réussira à tuer l'autre, c'est un compagnon de Jon Snow qui va faire la besogne. Sam s'avère être très attaché à Gilly et au bébé.


Une quatrième saison où la bataille stratégique prend plus de place que la stratégie pure. Des personnages s'en vont (la sauvageonne), d'autres viennent (la Montagne). Daenerys est contrainte d'enfermer deux de ses dragons après un incident. Jorah est congédié par Daenerys. Bref, les choses se clarifient: les positions sont plus claires par rapport aux motivations de certains personnages.


A voir: si vous avez déjà suivi le reste de la saga, si vous avez adoré haïr Joffrey mais que vous voulez voir comment son trépas va impacter les événements

A zapper: si vous n'avez rien suivi des autres saisons, si vous voulez continuer de haïr Joffrey (quitte à le haïr autant qu'il soit toujours là)