Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

5/31/2015

"San Andreas" de Brad Peyton

Casting: Dwayne Johnson, Carla Gugino, Alexandra Daddario, Ioan Gruffudd, Archie Panjabi, Paul Giamatti, Hugo Johnstone-Burt, Art Parkinson

En salles le 27 Mai 2015

Lorsque la tristement célèbre faille de San Andreas finit par s'ouvrir, et par provoquer un séisme de magnitude 9 en Californie, un pilote d'hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s'est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l'espoir de sauver leur fille unique. Alors qu'ils s'engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l'Etat, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore...


Nous avons eu "Le jour d'après" avec une nouvelle ère glacière. Puis nous avons eu "2012" qui a surfé sur la prédiction maya concernant la fin du monde. Ensuite ça a été "The Impossible" sur le tsunami en Asie. Et aussi les tornades avec "Black Storm". Et voici maintenant l'aspect géologique avec la faille de "San Andreas" ! 

Le film commence rapidement dans le vif du sujet. Une ado est en voiture, sur une corniche: et que je fouille dans mon sac pour trouver la gourde d'eau, et que je consulte un texto sur mon portable...


Et bam elle a droit à une coulée de grosses caillasses. La voiture fini en position plus que précaire au dessus d'un ravin d'une taille assez importante. Ray intervient dans l'équipe de secours par hélicoptère. Une équipe de tournage est à bord de l'appareil et va filmer l'opération de sauvetage.


En parallèle, à l'Université, deux hommes  dont le professeur Lawrence sautent sur l'occasion: ce séisme, est l'un parmi d'autres. Sauf que cette zone n'a pas de failles. Le binôme se retrouve à un barrage et notent qu'avant les séismes, il y a un phénomène précurseur, un avertissement. Et le barrage va se prendre de plein fouet un séisme d'une amplitude supérieure à 7.

Un peu plus tard, après avoir rapporté l'hélicoptère en partie endommagé, Ray va chez Emma sa future ex-femme pour déposer le vélo à fifille Blake. Ray va apprendre de la bouche du compagnon d'Emma, monsieur Daniel un magnat de la construction, que l'emménagement est proche.


Ray, Emma, Blake et Daniel vont être séparés à cause des séismes. Ces séismes gagnent en intensité. Le professeur Lawrence réussi à faire passer à un message à la télé sur l'accroissement de la dangerosité de l'évènement, et son mouvement en lien avec la faille de San Andreas. Loin d'avoir calmé la tension de frottement de la faille, les séismes et points de tensions sont toujours là: le centre majeur n'est pas relâché.


Ray et Emma vont se retrouver, Blake va croiser la route d'un jeune homme Ben et du jeune frangin Ollie: le binôme et le trio vont bien sûr finir par se retrouver. D'un côté, Ray et Emma vont passer d'un hélicoptère, à un avion, à une voiture volée et enfin dans un bateau (montée des eaux à cause d'un séisme de plus de 9).


De l'autre côté, Blake, Ben et Ollie vont réussir à dénicher un téléphone dans une boutique du China Town de la ville pour contacter Ray: ils vont convenir d'un lieu de récupération. Sauf que l'isolement du point de rendez-vous et un tsunami va chambouler les plans. Un building, conçu par Daniel, est encore debout et abritera le groupe. Il s'avère que Ray et Emma vont retrouver le trio, après l'épopée du tsunami.


Tout est bien qui fini bien; Blake est en couple avec Ben pour le plus grand plaisir d'Ollie, Ray et Emma se sont remis ensemble. Au début du film, Daniel s'est montré comme le super beau-père (dans un jet privé il va dire à Blake qu'il ne cherche pas à remplacer son père Ray). Sauf que dans le parking, en quittant un building, un séisme va se faire crasher la voiture dans un mur: Blake va être coincée dans la voiture, Daniel part chercher des secours mais ne reviendra pas...
Mais indirectement, Daniel permettra au groupe de survivre: le trio va se réfugier dans un bâtiment en court de construction, qui une foi fini devrait être le building le plus résistant de la ville. Mais malgré la bonne volonté, ledit bâtiment va tenir le coup en tombant sur un bâtiment voisin, et finalement finir sous les eaux.


Après bien sûr un arrêt cardiaque de la part de Blake: ce qui rappelle le drame familial (la soeur de Blake est morte noyée). Le couple Emma et Ray a déjà vécu la perte d'un de leurs enfants, ce n'est pas pour survivre aux séismes et en plus faire face à la mort de leur deuxième enfant.


Le spectateur voit donc plusieurs évolutions: le professeur à l'Université qui s'avance sur l'étude des séismes, Emma / Ray, Blake / Ben / Ollie. Chacun apporte une pierre à l'édifice: le phénomène d'un point de vue scientifique, le côté secouriste, les jeunes adultes en quête de survie. Un très bon équilibre.


Ma note: 4/5 une très bonne musique, un très bon casting. Ça sent tout de même le déjà vu: le tsunami rappelle celui de New York dans "Le jour d'après", la chute des buildings comme des dominos ressemble parfois à "2012", le coup du tsunami inspiré de "The Impossible"... Bref un mix de ce que l'on a pu déjà voir,  mais avec l'idée de la faille d'Andreas donne au film une nouvelle dimension (heureusement). Au casting, nous avons Carla Gugino, qui était dans Sucker Punch, et Dwayne Johnson qui mène Fast & Furious et a été le Roi Scorpion dans Le retour de la momie.


A voir: si vous êtes dingues de films catastrophes, si vous n'êtes pas blasés de voir ce type de film en mode block buster à l'américaine à gros renforts d'effets spéciaux

A zapper: si l'aspect un peu réchauffé de films précédents ça vous calme un peu, si vous trouvez qu'après le coup du climat et des mayas et des tornades ça fait un enième film catastrophe axé environnement ça fait un peu beaucoup


5/23/2015

"Balade entre les tombes" de Scott Frank

Casting: Liam Neeson, Dan Stevens, Boyd Holbrook, Olafur Darri Olafsson, Maurice Compte, David Harbour, Brian Bradley, Whitney Able

Interdit aux moins de 12 ans

Ancien flic, Matt Scudder est désormais un détective privé qui travaille en marge de la loi. Engagé par un trafiquant de drogue pour retrouver ceux qui ont enlevé et assassiné sa femme avec une rare violence, Scudder découvre que ce n'est pas le premier crime sanglant qui frappe les puissants du milieu... S'aventurant entre le bien et le mal, Scudder a traquer les monstres qui ont commis ces crimes atroces jusque ans les plus effroyables bas-fonds de New York, espérant les trouver avant qu'ils ne frappent à nouveau...


Liam Neeson campe un ex-agent de la police: Matt. Mais pas que: cet incident qui l'a fait démissionné. Le début du film le spectateur voit un homme barbu, aux cheveux filasses, dans un bar. Un trio vient descendre le barman, Matt part à la poursuite du groupe.


Quelques années plus tard, c'est un Matt propre sur lui qui apparaît. Détective à son compte et sans licence, il est sollicité suite à une disparition sodée par la mort de la captive. Des méthodes forcément à part puisque non officiel. Le premier cas: le mari a déposé 400 000 euros, et sa femme a été tuée. Cela remonte à la veille.


Mais le frère du mari va être confronté à la disparition de sa fille de 14ans, tandis que madame est alitée en mode légume. Les mêmes personnes sont responsables des deux cas. Sauf que pour la fillette, Matt est mieux préparé: il a déjà bien avancé dans la première enquête: il s'agit donc pour lui d'avoir les arguments pour mener la danse.


Au cours de cette plongée dans le monde des trafiquants, Matt va rencontrer TJ un adolescent abonné au foyer et traînant au maximum à la bibliothèque. Il va s'avérer être un très bon allié: il maîtrise les recherches sur Yahoo, est joignable sur un téléphone portable...


Le spectateur va finir par apprendre pourquoi Matt n'est plus de la police: lors de la poursuite du trio impliqué dans la mort du barman, une des balles va ricocher et tuer une fille... Matt a été décoré pour avoir éléminé le trio, mais peine sur la conscience, Matt a préféré tirer sa révérence. C'est aussi un homme tourmenté par l'alcool.


Le spectateur est non seulement plongé dans l'enquête de Matt, mais aussi parmi le groupe responsable des enlèvements et des meurtres. Ça va d'ailleurs virer au règlement de compte intra groupe.



Ma note: 4.75/5 une enquête dans les méandres des trafiquants de drogues, des dégénérés de la gente féminine et de dépeçage, mais aussi pour Matt faire son chemin de croix quant à son passé, un ado qui va finir par trouver une voie. Matt et TJ vont impacter l'un sur l'autre, le frère va tenter de révélé son amour de toujours: "Balade entre les tombes" ce n'est pas qu'une enquête policière.


A voir: si vous êtes inconditionnel de Liam Neeson, si vous adorez l'ambiance glauque plus ou moins latente

A zapper: si les enquêtes dans les méandres de la société très peu pour vous


5/19/2015

"A quelques secondes près" d'Harlan Coben

A 16ans, Mickey Bilotar a vécu son lot de tragédies: la disparition de son père, les graves difficultés de sa mère, l'installation chez son oncle Myron, avec qui il ne s'entend pas. Mais le cauchemar ne s'arrête pas là. Alors qu'il se demande toujours ce qui est réellement arrivé à son père, il apprend que son amie Rachel a été retrouvée blessée par balles, chez elle, et décide immédiatement de remonter la piste de l'agresseur. S'il n'a pas hésité jusque-là à se mettre en danger pour aider ceux qu'il aime, Mickey sait aussi que la curiosité se paie cher. A quelques secondes près, tout peut basculer...


Un grave accident de la route a coûté la vie au père de Mickey. Ce dernier se retrouve avec un casier judiciaire car mêlé à une bagarre dans un night club, alors qu'il est mineur (entres autres). Rachel se fait agresser et la mère décède. Une mystérieuse femme habite dans une maison, dont les murs s'avèrent être couverts de photos, dont celle d'un garçon disparut quelques décennies plus tôt. Mickey a de quoi s'interroger : un aimant à drames?
Chacun a son lot parmi le groupe d'adolescents. L'on apprend que l'une est la fille d'une célébrité. Que la mère de l'autre est en fait à l'origine de l'accident avec l'arme à feu. La question qui se pose: que dire, dans quelle mesure?

La finale reste mitigée, comme la réalité. Mickey rejoint l'équipe de basket mais il n'a pas fini sa quête sur son père et Abeona, et doit vivre avec certains secrets dont certains touchent son groupe d'amis. Quel prix à payer pour garder un certain équilibre? C'est la question qui est posée et débattue par des personnages: la vérité est-elle toujours bonne à dire? Ce qui laisse penser que Mickey cherche peut-être une vérité qui devrait rester enterrée.

"A quelques secondes près": un événement peut survenir en quelques secondes, le temps d'un battement de cils. Mais certains événements impactent trop pour prétendre à une très faible probabilité d’occurrence événementielle. Justement: en quelques secondes un contact peut se créer et entraîner dans sa spirale d'autres personnes. Y a-t-il un hasard? Nous disons bien que les premiers instants avec quelqu'un donnent une opinion. Mickey, tout comme d'autres personnages, ont émis des hypothèses et sont arrivés à des conclusions plus ou moins erronées: parce que untel a des tatouages ou untel a telle fréquentation. "A quelques secondes près" Mickey aurait pu découvrir d'autres informations dans un dossier, ou évité un incendie. Sauf que sans ces éléments, l'histoire n'aurait pas lieu.

Ma note: 4.5/5 j'aurais apprécié quelques pages sur le passé de Mickey: un avant / après accident de voiture, son arrivée chez l'oncle et dans le nouveau lycée par exemples. Pour mieux comprendre Mickey. Cependant, Harlan Coben réussi à mêler des personnages qui permettent de semer le doute: l'on en vient à croire que le père de Rachel est lié au trafic de drogue, que untelle est peut-être battue car un tatouage a changé de couleur...

5/18/2015

"Taken" de Pierre Morel

Casting: Liam Neeson, Maggie Grace, Famke Janssen, Xander Berkeley, Katie Cassidy, Olivier Raboudin, Jon Gries

Interdit aux moins de 12ans

Que peut-on imaginer de pire pour un père que d'assister impuissant à l'enlèvement de sa fille via un téléphone portable? C'est le cauchemar vécu par Bryan, ancien agent des services secrets américains, qui n'a que quelques heures pour arracher Kim des mains d'un redoutable gang spécialisé dans la traite des femmes. Premier problème à résoudre: il est à Los Angeles, elle vient de se faire enlever à Paris.


D'un côté Bryan assiste à l'anniversaire des 17ans de sa fille Kim. De l'autre, l'ex femme Lenore avec le nouveau mari qui a organisé l'anniversaire en grand. Même du temps de son service, Bryan n'a jamais raté un anniversaire de Kim, et d'ailleurs le cercle fermé de Bryan souligne que Kim va bientôt partir pour l'université, et ce sera une autre chanson... Mais rien n'y fait: Bryan a plaqué le job pour tenter de créer un lien avec Kim, il est exclus d'arrêter.


Kim va proposer à Bryan un déjeuné, mais Lenore sera là: une autorisation de sortie du territoire est en jeu. En effet, Kim veut aller visiter Paris, elle ne sera pas seule bla bla bla... Bryan va céder mais il se rendra compte, à l'aéroport, que Kim a un tout autre programme: l'Europe. Eh oui, U2 est en concerts ! Et les groupies ne manqueraient pour rien au monde U2, jusqu'à les suivre dans plusieures villes comme Londres et Paris.


Bryan va un peu flipper lorsque Kim va tarder à téléphoner. Et c'est pile à l'occasion de cet appel que le drame va se produire: Amanda, la meilleure amie, va se faire kidnapper, et les kidnappeurs partent en fouille de l'appartement. L'erreur du binôme Kim et Amanda? Avoir accepté de partager un taxi avec Peter...


Fuyez le naturel, il revient au galop ! Bryan va tout juste avoir le temps de briefer Kim pour obtenir un maximum d'informations, et filera dans un jet privé pour Paris. Et là, non seulement Bryan va faire face au réseau de traite des femmes, mais en plus les relations qu'il a vont s'avérer être pourries.


Sur la route, son contact haut placé est derrière un bureau. La veste de Kim est retrouvé dans un préfabriqué, où des filles sont menottées et passablement shootées. Amanda est retrouvée au siège de la mafia, morte et les bras couverts de piqûres, seringue au sol.  Autant dire que l'esprit de Bryan va carburer sur l'état de sa fille. Il va finalement dénicher le lieu où sa fille est: Kim est mise en vente. Au bénéfice d'un cheik.


Des bastons et cavalcades de très haute volée: dans des immeubles, à bord d'un bateau, conduite à contre-sens, sur les axes de Roissy, dans une carrière... En passant, Bryan n'oublie pas de glaner quelques conseils auprès d'une starlette de la chanson pour sa fille Kim.


Ma note: 4.75/5 ce premier volet de la franchise Taken met la barre très haute. Le scénario tient parfaitement la route: l'on découvre des implications, l'on creuse en même temps que les personnages. Le spectateur se prend au jeu de la quête haletante pour retrouver Kim, et surtout dans quel état sera retrouvé Kim: Amanda est morte dans de mauvaises conditions mais des filles sont dans des conditions encore plus précaires.


A voir; si vous êtes inconditionnel de Liam Neeson qui gère comme à l'accoutumée dans son rôle de tête d'affiche

A zapper: si comme d'habitude il va y avoir une happy ending malgré le contexte très glauque, si cette happy ending vous semble tirée par les cheveux


5/17/2015

"Elephant" de Gus Van Sant

Casting: Alex Frost, John Robinson, Elias McConnell, Eric Deulen, Jordan Taylor, Carrie Finklea, Nicole George, Brittany Moutain

Interdit aux moins de 12ans

En ce jour d'automne, les lycéens, comme à leur habitude, partagent leur temps entre cours, footbal, photographie, potins etc. Pour chacun des élèves, le lycée représente une expérience différente, enrichissante ou amicale pour les uns, traumatisante, solitaire ou difficile pour les autres. Cette journée semble ordinaire, et pourtant le drame couve...


Inspiré d'un fait divers parmi tant d'autres, Gus Van Sant revient sur une fusillade dans un établissement américain. Une fusillade comme il y en a son nombre chaque année. Mais au-delà de la fusillade, c'est la vie au lycée. Chacun va à ses occupations, comme une journée normale, banale.


Le groupe de filles à la cantine avec ses considérations alimentaires. La photographie dès qu'il y a un créneau de libre. Aller promener un chien. Confesser avoir le béguin pour un mec. Aller au sport en pantalon alors qu'il faut être en short. Gus Van Sant montre le lycée dans toute sa variété. Certes assez cliché, stéréotypé mais le lycée auquel tout spectateur pourrait s'identifier: pour avoir mis à l'écart une nana au physique un peu à part, pour avoir été dans un groupe dont la minceur est une préoccupation,...


Et le drame qui plane: la fusillade. Les gars qui sont marginaux, mais après tout chaque ado a sa marginalité. Mais eux, ce sera différent: ils vont marquer les esprits. Cela ira même un peu plus loin que la simple fusillade: l'un d'eux va confier à son binôme ne jamais avoir embrassé de fille... Et ils s'embrasseront, nus, sous la douche.


La musique reste discrète: il n'y a pas besoin de plus pour souligner l'ambiance, les états d'âme. Une ambiance très à l'américaine dans les décors, les styles vestimentaires, le vocabulaire. J'aurais apprécié un peu plus de cours quand même, et pas seulement un après sport: la cantine, la bibliothèque ou le hall d'entrée à la longue ça fait un peu restreint... Les groupes existent plus ou moins en cours, tout comme les blâmes ou les leaders. Cela aurait permis de pousser un peu plus les relations entre les uns et les autres.


Ma note: 4.75/5 Gus Van Sant ne se contente pas de brosser un drame, mais aussi les quotidiens d'ados. Il faut un peu suivre le rythme car les plans se mélangent au fil des ados qui se croisent. La musique souligne très bien les atmosphères, les considérations parlées ou pensées, une excitation latente... Un peu plus de cours aurait balancé avec les considérations adolescentes d'inter-cours.


A voir: si vous êtes passionnés de films tirés de faits réels, si vous êtes en forme pour suivre les passages d'un plan A à un plan B puis au C pour revenir au A et passer au D qui revient au C puis au B (vous voyez ce que je veux dire)

A zapper: si vous avez déjà votre dose de faits divers catastrophiques, si vous n'êtes pas sûr de pouvoir suivre le rythme


5/14/2015

"La vie est facile, ne t'inquiète pas" d'Agnès Martin-Lugand

Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux "Gens heureux lisent et boivent du café", son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.
Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser: les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.
Aura-t-elle le courage d'accepter un autre chemin?



Dans "Les gens heureux lisent et boivent du café", nous avions quitté Diane après son séjour houleux en Irlande et sa reprise en main à Paris. Nous pouvions nous demander ce qui pourrait lui arriver: Edward allait-il sonner à sa porte un beau matin, Diane allait-elle vraiment avoir une vie de couple à Paris, ou peut-être allait-elle retourner en Irlande. Beaucoup d'axes d'évolutions étaient envisageables car Diane semblait regonflée pour aller de l'avant.

Dans la suite de ce premier volet, Agnès Martin-Lugand donne la réponse. Olivier est là, mais Diane est-elle vraiment dans la relation? Il suffit que le retour d'Edward, à l'occasion d'une exposition à Paris, pour déjà tout remettre en question. L'annonce de la maladie d'Abby va faire retourner Diane en Irlande. Et Diane est loin, très loin, du compte: Edward, à l'issue d'une relation d'une nuit (soirée où il était passablement ivre), a mis en cloque une nana. Et cette nana est morte de maladie... Diane va donc se confronter à une Abby un peu plus faible, à Edward en mode papa et à un Duclan qui va s'attacher à elle (à Diane quoi)... Première piqûre de l'attachement de Diane à Edward. Cela n'a pas l'air d'ébranler plus que ça Diane, mais déjà les certitudes se fissurent. Le deuxième séjour irlandais, à l'occasion des funérailles d'Abby, va faire replonger.

Diane finira par vendre son café littéraire, Félix va avoir des vues sur le nouveau boss, et à peine trois mois après l'emménagement en Irlande voilà que Diane se retrouve enceinte d'Edward (elle qui était certaine de ne pas pouvoir être mètre à nouveau). L'amour n'est pas un long fleuve tranquille !

Ma note: 5/5 un livre tout aussi prenant que le premier volet, dans une continuité logique. La mise en couple de Diane avec Olivier peut permettre au lecteur de se demander si vraiment c'est une relation durable: même si certaines personnes tournent la page facilement, Diane et Edward ont vécu quelque chose d'assez intense qui à mon avis ne peut s'oublier en un an.

5/05/2015

"Avengers" de Joss Whedon

Casting: Robert Downey Jr, Scarlett Johansson, Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Chris Evans, Jeremy Renner, Tom Hiddleston, Stellan Skargard

En salles le 25 Avril 2012

Nick Fury, directeur du S.H.I.E.L.D l'organisation qui préserve la paix au plan mondial, cherche à former une équipe de choc pour empêcher la destruction du monde par le Tesseract. Il réunit Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Hawkeye et Black Widow. Le Tesseract est convoité par ni plus ni moins que Loki, le (demi) frère de Thor.


Chacun mène sa vie: Black Widow est en mission, elle est chargée de retrouver Hulk au milieu d'un bourbier asiatique,... Chacun se retrouve et rapplique. Pas de temps à perdre: en quelques minutes tout le monde est là et briefé sur la situation.


Une réunion de légendes Marvel: chaque personnage va apporter ses capacités pour tenter d'éliminer la menace, menée par Loki. Ce dernier va d'ailleurs mettre de son côté le Professeur, connu pour avoir des atomes crochus avec Thor ("Thor" 1 et 2 ndlr avec Nathalie Portman). Sauf que chacun a son caractère et forcément ça ne va pas forcément faire bon ménage, à l'avantage de Loki.


L'éternelle rancoeur entre Thor et Loki, des tempéraments très marqués: autant dire que les 2h15 du film ne manque pas de prises de paroles animées et d'effets spéciaux. Surtout que la finale a lieu en plein New York.


Le spectateur fan de Tolkien retrouvera par exemple Legolas, surnom donné par Iron Man pendant la bataille finale (toujours la finesse des jeux de mots au bon moment). Dans une version un peu plus poussée car l'arc a un viseur. Et dans un monde de nos jours. Avec une ambiance de personnages irréels. Bref. Vous suivez?


Le groupe va finir par bosser dans la même direction. Loki s'entête (même si nous savons très bien qu'il va se prendre une raclée). Des personnages hypnotisés par Loki vont reprendre leur état normal pour la bataille de New York.


Un casting convainquant, une musique qui colle très bien, un rythme très soutenu et des légendes Marvel. Une trame basique du grand-méchant-qui-veut-tout-faire-sauter mais le challenge réside dans le groupe à se coordonner et à utiliser les atouts de chacun.


Ma note: 4/5 qui a peur du grand méchant vert? Nous reprenons ici l'opposition entre Thor et Loki, l'envie de Loki pour sa revanche et sa domination, flanqué de personnages mythiques estampillés Marvel. Voilà pour résumer "Avengers". La mayonnaise prend: chacun a son caractère mais au final chaque élément est utilisé à profit.


A voir: si vous voulez voir les légendes Marvel dans un même film

A zapper: si vous ne voyez pas l'intérêt de tous les réunir

5/04/2015

"Battleship" de Paul Berg

Casting: Rihanna, Liam Neeson, Taylor Kitsch, Alexander Skarsgard, Brooklyn Decker, Tadanobu Asano, Hamish Linklater, Jesse Plemons

En sales le 11 Avril 2012

Océan Pacifique. Au large d'Hawaï, l'US Navy déploie toute sa puissance: envoyer des signaux à l'intention d'une planète lointaine. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface des eaux, suivie par des dizaines d'autres dotées d'une puissance de destruction inimaginable. Qui sont-ils vraiment? La bataille pour la survie de notre espèce va débuter en mer.


Les êtres venus d'ailleurs ont toujours fasciné: E.T l'extra-terrestre, The X-Files, La guerre des mondes... Voici maintenant Battleship ! Une base a repéré une planète pouvant abriter la vie, sauf que cette planète est trop loin pour envoyer un signal: un satellite relais est donc chargé d'amplifier le signal terrestre vers cette planète. Mais est-ce une bonne chose? Bien sûr que non.  Combien de films ont montré des aliens sympa? Très peu., une minorité.


Toujours est-il que le film démarre comme beaucoup d'autres: tout va bien dans le meilleur des mondes. Le jeune couple batifole et se verrait bien marié, le gars de l'armée apprends en début de mission qu'il se fera viré de retour sur la terre ferme... Chacun va à ses occupations habituelles, tentant d'arriver à l'heure à un événement ou analyser les débris venus de l'espace.


Mais l'approche d'objets non identifiés sur la terre, provoquant d'énormes dégâts, va changer la donne. Un débris de très grande envergure va agir comme un iceberg: une partie sous l'eau, et une partie hors de l'eau. Et cet événement arrive tandis que l'US Navy est en exercice: cela fait-il parti du programme ou non? Un trinôme va s'approcher, déclenchant le début des hostilités.


Les trois bâteaux de l'US Navy vont se retrouver bloquer sous un champs de forces: 2 vont se faire descendre, le dernier encore à flot va tenter le tout pour le tout. La communication entre les deux côtés de la sphère est impossible. Il apparaît que les attaques armées des aliens se porte contre les armes. Faisons la paix?


Du côté terre, ça tente d'empêcher la communication entre la première salve alien et l'extérieur. C'est qu'ils ont de la suite dans les idées ces étrangers venus de l'espace: monopoliser les moyens de communications. Pourquoi? Pour faire venir le reste de la population. Mais bien sûr les humains décident de sauver leur peau, en tout cas de faire leur maximum pour bloquer l'invasion.


Quelques spécimens vont se faire capturer et analyser. Ils ont une allure humanoïde qui est hyper sensible à la lumière du soleil. D'où l'harnachement particulier, avec un point d'honneur sur le casque. Point sensible sur lequel les personnages tentent de jouer.


Donc nous avons d'un côté les humains qui réunissent des observations pour éradiquer les envahisseurs, et les envahisseurs qui se croient tout puissant. Un schéma basique: les gentils qui réfléchissent et les méchants qui débarquent en force. Est-ce que la mayonnaise prend? Beaucoup d'effets spéciaux: l'artillerie lourde est de sortie. Peut être trop lourde: les roquettes ennemies qui ressemblent à des suppositoires, les boules torpilles qui ont leur propre intelligence... Certes, une autre intelligence donc d'autres technologies mais quand même: avec des têtes et mains typées humains, autant coller à l'emploi, à savoir garder un côté humain.


En dehors de ça, les forces, sans vraiment de contact, arrivent à des conclusions qui permettent de s'en sortir. Diviser pour mieux régner: les aliens pensaient sans doute diviser les humains pour mieux asseoir leur pouvoir. Ca a été l'effet inverse: chaque division a permis un renversement de l'invasion.


En parallèle, nous avons quelques éléments attaque et extra attaque. Un couple qui veut officialiser, demander la main de la belle au père, les rapports hiérarchiques au sein de l'armée, célébrer les vétérans, re-mobiliser les vétérans...



Ma note: 4/5 un schéma basique, des effets spéciaux très lourds, encore une action dans le territoire américain mais une nouvelle forme d'aliens, de nouvelles technologies extraterrestres. Ca se regarde même si parfois l'on peut avoir du mal à y croire. Un casting qui tient plutôt bien la route et une très bonne musique: de ce côté là rien à dire.


A voir: si vous adorez l'idée d'aliens, si vous voulez voir une nouvelle théorie d'envahisseurs, si vous voulez voir ce que rend Rihanna en actrice, si vous êtes fan de Liam Neeson

A zapper: si ce concept d'envahisseurs venus d'une autre planète ça a déjà été chauffé et réchauffé