Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

7/20/2015

"Jules" de Didier Van Cauwelaert

Alice est une femme aveugle, Jules est son chien guide. Zibal est en poste dans une fourgonnette Ladurée à Orly. Le monde est petit.


Alice s'est arrêtée au stand Ladurée prendre des macarons, l'un des parfums (fraise tagada) n'est pas disponible. Alors qu'elle s'apprête à embarquer, un agent de sécurité veut absolument mettre Jules en soute et s'est attelé à vouloir faire entrer le chien dans le box spécial animal soute. Zibal intervient: malgré les protestations de la sécurité (l'avion est chargé et le pilote a décidé qu'animal guide d'aveugle ou pas Jules ira en soute) Zibal fera plier. Jules accompagnera Alice en cabine. Sauf que le voyage d'Alice a un but médical: une implantation de cornée... Et elle retrouvera la vue. Jules sent le changement, et il sera réaffecté à une autre famille. Mais c'est sans compter sur la détermination du chien et de Zibal. Le trio va se retrouver en Normandie. Là où tout va se jouer.

Didier Van Cauwelaert apporte ici un roman émouvant. Le chien guide d'aveugle n'est pas qu'un chien guide d'aveugle: au changement physique de sa maîtresse, il va chercher un palliatif. Zibal est un scientifique non reconnu à sa valeur: Jules va lui redonner la confiance. Alice va réussir à aller de l'avant.

Ma note: 5/5 un très beau livre, qui peut accompagner un voyage en train ou en avion, à lire à la plage ou au bord de la piscine. "Jules" transporte le lecteur dans les relations humaines et avec l'animal. Au final, chacun va trouver une nouvelle place. Le livre se fini par une double page "notes de l'auteur" sur les chiens guide d'aveugles: une touche personnelle.

7/19/2015

"Sils Maria" d'Olivier Assayas

Casting: Juliette Binoche, Kristen Stewart, Chloe Grace Moretz, Lars Eidinger, Johnny Flynn

En salles le 20 Août 2014

A 18ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui a conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre la pièce, mais cette fois de l'autre côté du miroir, dans le rôle d'Helena...


Valentine est l'assistance de Maria: l'aider à répéter ses lignes, la lecture des propositions (pub pour des lunettes ou encore la couverture d'un magazine). L'aider à gérer le divorce et un décès. Mais l'arrivée de cette proposition de rôle va bouleverser l'équilibre établis.


Des hauts et des bas vont jalonner ce parcours vers la pièce de théâtre, dont Maria va tenter d'arrêter le process, mais trop tard: engagée jusqu'au bout. Valentine va aussi se demander ce qu'elle fait là, avec Maria. Questions existentielles et répétitions de répliques: deux heures à ce rythme.


C'est aussi l'actrice Jo-Ann Sellis qui dois endosser le rôle de Sigrid, le rôle que prenait Maria vingt ans plus tôt. Plutôt habituée aux rôles cinématographiques de science-fiction et aux frasques dans la presse, cela semble être un tournant. La rencontre entre les deux femmes, Jo-Ann et Maria, va s'avérer plutôt calme et vont entamer le travail toutes les deux.


C'est aussi une histoire avec un serpent de brume qui se repend parfois dans les montagnes. Des promenades alors qu'il neige, mais aussi par une très belle météo. Une approche banale de la vie, qui rappelle que peut importe son statut la vie est la même pour tout le monde.


Le spectateur a quand même le droit à l'aspect théâtre: c'est bien joli de répété et de se poser des questions existentielle, de divorcer. Mais il y a les répétitions des répliques comme trame de fond. Les répétitions sur scène vont quand même être montrées. Maria va même se voir proposer un projet de film, avec des mutants.


Ma note: 3.5/5 un film lent mais qui permet de voir les différentes assimilations qui découlent des interractions entre les personnages. Les différents paysages vont souligner les états d'esprits, les sautes d'humeur. L'objectif de ce film est que l'interprétation d'un texte varie selon le point de vue: le personnage de 20ans croit que celui de 40ans est mort, mais celui de 40ans a peut-être simplement disparu... Les perspectives ne sont pas les mêmes, les tempéraments sont différents: la mission de Maria est de comprendre et d'accepter ces nuances.


A voir: si vous appréciez les films très calme et très lent, si vous voulez voir Kristen Stewart (TwilightBlanche Neige et le chasseur) avec la cigarette à la main, si vous voulez voir Juliette Binoche et Kristen Stewart prenant une baignade dans un lac

A zapper: si vous pensez qu'il y a un risque d'endormissement, si les répétitions d'une pièce de théâtre ça vous gonfle et ce malgré un décor magnifique


"Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Felix Herngren

Casting: Robert Gustafsson, Iwar Wiklander, David Wiberg, Mia Skäringer, Jens Hultén, Alan Ford, Ralph Carlsson, Bianca Cruzeiro

En salles le 28 Mai 2014

Le jour de son 100ème anniversaire, un homme s'échappe de sa maison de retraite pour une cavale rocambolesque, certain qu'il n'est pas trop tard pour tout recommencer à zéro. Débute alors une aventure inattendu et hilarante aux côtés d'un escroc, d'un vendeur de hot-dogs, d'une rousse et d'un éléphant...


Petit retour en arrière. Le chat d'Allan est mort ainsi que des poules, il a donc décidé de faire sauter le renard. Et voilà Allan bon pour la maison de retraite. Mais avant ça, il a voulu faire un essais d'un explosif sur une colline: sauf qu'un monsieur a voulu se soulager au même endroit et a donc sauté... Voici Allan en hôpital psychiatrique. Allan ira ensuite voir un ratiologue. C'est ainsi qu'il a été opéré de ses parties pour éviter de contaminer quelqu'un (en d'autres termes, s'il procréée, il n'y a pas de risque que le bébé soit atteint de déviances). Il a été en Espagne, a fait sauté des ponts, a rencontré un dictateur (alors qu'il devait le faire sauter).


Autant dire que le centenaire en a vécu des vertes et des pas mûres. Il se fait donc la malle le jour de son centenaire. Ras-le-bol de cette vie plate. Allan part donc par la fenêtre de sa chambre. Les auxiliaires de vie de la maison de retraite se retrouvent embêtées: le gâteau était à la pâte d'amande, le parfum préféré d'Allan, si elles avaient su elles auraient pris une forêt noire ce qui est préféré par la grande majorité des pensionnaires.

Ce film est basé sur le roman de Jonas Jonasson, autant dire que les attentes sont élevées. Le caractère du centenaire, les rebondissements, les répliques, les rencontres: l'ensemble sera-t-il aussi piquant que la version papier?


Allan, avec sa vivacité d'esprit, se rend à la gare. Il demande au guichetier n'importe quel moyen de transport pour aller n'importe où. Et une racaille veut absolument rentrer aux toilettes avec une valise énorme: Allan se retrouve chargé de surveiller la valise pendant que la racaille fait sa commission. Et bien sûr Allan va partir avec la valise, en bus, pour un bled paumé au milieu de nul part.


Un habitant de Byringe (ça se prononce Buringueuh) va voir passer le centenaire et lui proposera le couvert pour se reposer et faire la causette. Sauf que la racaille propriétaire de la valise va se pointer: il aura droit à un séjour en chambre froide par moins vingt degrés. Le nouveau binôme va alors se pencher sur le contenu de la valise: assez d'argent pour se la couler douce. Mais bien sûr que non, ça ne sera pas tranquille.


Et la cavale débute. La police recherche le centenaire, la mafia recherche la valise pleine d'argent et le binôme errent. Message à la radio, enquête de voisinage, témoignage du guichetier... "A qui appartiennent les choses" telle est la question qui sera posée: à qui appartient l'argent de la valise. Tout est voué à changer de main, d'après Allan. "On croit connaître les gens mais en fait on se fait une idée des gens". Un peu de philosophie en court de cavale, ça ne fait pas de mal.


Le cadre suédois est respecté de par les noms. L'histoire respecte le livre de Jonas Jonasson. Les différents axes restent clairement définis: la mafia, la police, la cavale, le mort dans la chambre froide... Les allers et retours dans le passé d'Allan permettent de comprendre son évasion: il a toujours aimé faire sauter des choses, il a été au contact de politiciens comme par exemple Oppenheimer ou encore le physicien Popov. avec un penchant pour la nourriture et la boisson.


Ma note: 5/5 une pépite d'aventures made in Suède. Un film haut en couleurs, à la hauteur du livre de Jonas Jonasson. L'essence du livre se retrouve ici. Les noms, l'éléphant, la rencontre de la valise à la gare, les rencontres au fil de la cavale... Espagne, Russie, Paris en Mai 68, la chute du Mur de Berlin, la Suède: les paysages sont variés. Le profil du gang est assez typique: le chef, l'homme de main un peu niaiseux sur les bords avec un cheveu sur la langue. Cours de langue au passage: espagnol, russe...


Allan adore tout faire sauter, des politiciens (Franco, Oppenheimer ou encore Staline) lui ont donné des opportunités de faire sauter (des ponts...), un passage au goulag avec Einstein (où il n'y a pas une seule bouteille de Vodka)... Le Allan actuel en a marre de la maison de retraire. Quel est le rapport entre son passé et son actuel? A vous de le découvrir !


A voir: si vous avez été fan du livre, si vous voulez voir la cavale d'un centenaire dans des endroits perdus en Suède, si vous voulez savoir comment enlever des balles de pistolets du popotin d'un éléphant

A zapper: si vous avez déjà ras le bol de l'ambiance Ikéa, si vous n'êtes pas fan des ambiances nordiques en général

7/17/2015

Les nouveaux héros

En salles le 11 Février 2015

A partir de 3 ans

Un petit génie de la robotique, Hiro Hamada, découvre qu'un complot criminel menace de détruire la ville de San Fransokyo. Avec l'aide de Baymax, le robot infirmier créée par son défunt frère, et de ses amis, Hiro va tout faire pour sauver la ville et sa population de l'infâme Yokai...


Tadashi, le grand frère de Hiro, est geek invétéré. Il a d'ailleurs créée Baymax. A l'occasion d'une soirée, Hiro se fait recruter par l'université de Tadashi. Mais un incendie va changer le court des choses: Tadashi va mourir. Hiro va hériter de Baymax.


Le premier contact va s'avérer locace. Baymax va reboucher des trous avec du scotch, se lier avec le chat, apprendre des expressions... Le dialogue est assez particulier entre Hiro et Baymax. Le robot est d'ordre médical, tandis qu'Hiro est de genre gamin.


Mais rapidement le complot va arriver. Un individus masqué manipule des minis robots. Soit dit en passant, les mini robots qu'Hiro avait présenté à la soirée où son frère est mort... Drôle de coïncidence...


Avec ses amis et Baymax, Hiro va découvrir un complot: la fille du méchant masqué avec servie de cobaye lors d'un test... Et pas n'importe quel test: celui de la distorsion. Relier deux anneaux, séparés par du vide. Sauf que l'expérience aura mal tourné...


Une musique tendance électro, un monde geek, des personnages hauts en couleurs: "Les nouveaux héros" a trouvé un très bon cocktail. Un scénario simple bourré de pépites d'humour, d'émotion et d'action. L'imagination débordante d'enfants geek va affronter le monde.


Le complot déjoué, Hido va prendre la relève de l'oeuvre de son frère: Baymax s'est sacrifié pendant la mission... Mais a laissé derrière la clé USB. Hido va ainsi recréer un Baymax. Et c'est comme s'ils ne s'étaient jamais séparés, comme si l'aventure était toujours là: la clef renferme la clef d'un lien particulier.


Ma note: 4.75/5 les amis, une touche de famille, un drame: et voilà Hiro plongé dans un complot. Mais il va trouver une force qu'il ne se connaissait peut être pas. Un très bon film d'animation, dans un décors futuriste tout en restant réaliste. C'est vrai que le coup des enfants qui sauvent le monde discrétos, à l'abris des regards et des doutes des parents ça peut paraître un peu limite mais bon...


A voir: si vous voulez rencontrer un robot médecin, si le coup du robot médecin maladroit et touchant ça vous tente

A zapper: si ça fait un énième film d'animation, si le coup du robot qui se dégonfle mais ne crève pas ça vous dépasse


7/16/2015

"Faute de preuves" d'Harlan Coben

Journaliste dans une émission de télé-réalité, Wendy piège n direct les prédateurs sexuels. Sa dernière prise, Dan Mercer, un éducateur pour adolescentes: tout l'accable, on le soupçonne même de meurtre. Mais les preuves font défaut. Wendy le sent bien, quelque chose ne tourne pas rond. Et si elle avait été manipulée? Si Dan était innocent? La jeune femme va alors se pencher sur le passé de Dan, ses années d'étudiant à Princeton, ses quatre amis inséparables... Des amis avec qui il a tout partagé, même le pire...


La télé-réalité: l'on pourrait se dire que les présentateurs sont prêts à tout pour vendre. Comme la presse people. Ici, Wendy a pour objectif de faire tomber des prédateurs sexuels qui agissent sur des mineures. La mise en scène du dernier cas, celui de Dan Mercer, montre que la mise en scène est quand même là pour en jeter plein les yeux: une maison isolée en fin de journée, les caméras avec les spots...
Mais le doute va survenir. Wendy va alors creuser. Et elle va devenir la cible de rumeurs sur internet, elle sera débauchée pour être réembauchée. Prouver que les preuves ont été disposées par vengeance, sans réelles preuves tangibles...

Le cercle d'amis ou de connaissances est souvent ceux avec qui nous faisons les 400 coups. Ce qui est le cas ici. La meilleure arme pour Wendy: obtenir des aveux, avec un micro. Parce que l'instinct ne suffit pas mais ça peut aider à obtenir des moyens.

Harlan Coben mène ici une enquête dans le flou total: un cadavre manque, les preuves montrent que Dan est coupable, un proche de Dan a été accusé de détournement de presque 3 millions... Le lecteur, tout comme Wendy, passe d'un cas suspect à un autre sans trop savoir pourquoi mais en se disant que ça pourrait servir à quelque chose: innocenter quelqu'un, Dan ou pas Dan.

Au fur et à mesure, la trame va évoluer. Dan étant mort, qu'est ce que ça peut faire qu'il soit réhabilité? Être accusé à tort de détournement de fond, qu'est ce que ça peut faire puisque l'individu n'a pas été condamné à une peine de prison? Wendy fait face à des personnes qui veulent tourner la page, aller de l'avant. Les duretés de la vie sont derrière, irréversibles.

Ma note: 4.5/5 les apparences sont trompeuses: des preuves peuvent être placées pour faire tomber quelqu'un. C'est ce que va mettre à jour Wendy. Parfois il faut suivre son intuition.

7/15/2015

PAL et PAV 2015

PAL et PAV 2015, c'est ici ! Pour la Pile A Lire et la Pile A Voir, que pouvons-nous retrouver? 2015 a été très riche en lectures et en visionnages (que ce soit au cinéma ou chez moi). J'ai fais une sélection d'incontournables, une sorte de bilan, pour finir l'année en beauté.


Qui est qui: "Maman a tort" de Michel Bussi


Un enfant de 5ans affirme que sa mère n'est pas sa mère. Un psychologue scolaire, la police, un gang... Michel Bussi mène ici une course contre la montre : une réussite. Le lecteur plonge petit à petit dans un cas qui est plus complexe qu'il n'y paraît: au-delà d'une déclaration d'un enfant, il y a autre chose, un problème enfouis depuis plusieurs mois.
Un très bon roman policier où le lecteur se prend à imaginer les liens, le dénouement. Une immersion dans plusieurs axes (la famille, le gang, le psychologue, la police, l'avion...) qui reste clair: il y a des chassés croisés de lignes d'évolutions mais sans perdre le lecteur en court de route. 


La suite littéraire: "La vie est facile ne t'inquiète pas" d'Agnès Martin-Lugand

La suite de "Les gens heureux lisent et boivent du café" était sous-entendue: la voici ! Revenue de son séjour en Irlande, Diane a repris les reines de son café littéraire. Elle va rencontrer Olivier, et l'amour semble avoir sonné à sa porte. Mais bien sûr, lorsque l'on croit que le calme est là, une nouvelle déferlante arrive...


Agnès Martin-Lugand donne de nombreux rebondissements: Diane va rencontrer Olivier ce qui lui donne de l'espoir pour refaire sa vie pour de bon, mais il va y avoir le retour d'Edward, la maladie d'Abby, il y a aussi un enfant en jeu... Agnès Martin-Lugand apporte ici des événements qui peuvent nous arriver, auxquels nous pouvons nous identifier. Tout en apportant une touche d'espoir. Une ode à la seconde chance.


Une histoire qui a du chien: "Jules" de Didier Van Cauwelaert

Une rencontre à Orly, au comptoir Ladurée, entre le vendeur, un chien et une femme aveugle. Les événements vont être chamboulés: la jeune femme va retrouver la vue, suite à une opération... Le chien va vivre une crise existentielle, tandis que le jeune homme va tenter de retrouver la femme...


Des perceptions de la vie selon trois axes, au final tout le monde y trouvera son bonheur. A sa façon. Chacun va s'inspirer des autres et inspirer les autres.


L'évènement avec une enquête: "Mourir sur Seine" de Michel Bussi

L'Armada à Rouen, des matelots assassinés, des journalistes, la police, une légende de pirates... Tout ça se passe à Rouen, par huit millions de passants.


Oui un autre Michel Bussi, c'est dire si cet auteur a été, pour moi en tout cas, une révélation littéraire (merci à ma bibliothécaire). Les lignes de l'enquête vont avancer différemment selon les personnages. Inspiré d'un fait réel: l'Armada de Rouen.


Un problème temporel: "Demain" de Guillaume Musso

Emma et Matthew s'échangent des mails, et décident de se rencontrer... Sauf qu'ils vont se rater. Pourquoi? Elle vit en 2010 et lui en 2011. Vont-ils réussir à se rencontrer?

Cette rencontre va marquer les deux individus. Emma va échapper à sa propre mort et Matthew va changer de point de vue sur sa défunte femme. A quoi tient le tournant d'une vie? Et si nous pouvions revenir en arrière? Guillaume Musso aborde ici la distorsion du temps avec succès.

Problème d'identité: "Amnésie" de Margot Dalton

Lorsqu'elle se réveille dans un lit d'hôpital, Meg Howell a tout oublié du terrible accident de voiture auquel elle a réchappé et des quelques mois qui l'ont précédé. Que faisait-elle près de Salt Lake City au volant d'un luxueux cabriolet, elle qui travaille dans un casino de Las Vegas? Et comment expliquer que tout le monde s'obstine à l'appeler Lisa Cantelini, et à affirmer qu'elle est l'épouse d'un riche homme d'affaires de la région?


La détermination de prouver son identité: le vol d'identité est malheureusement une réalité. Ici, les personnages profitent (provoquent) d'un accident de la route pour discréditer quelqu'un. Les révélations, petit à petit, tissent une histoire machiavéliquement réussie.


Au cinéma, il y a eu quelques pépites, que ce soit en animation ou non.

Le film parodie de James Bond: "Kingsman services secrets" avec Colin Firth et Samuel L Jackson


Colin Firth campe un agent secret Kingsman. A l'occasion du décès en mission de Lancelot, une session de recrutement est lancée: il va jeter son dévolu sur le fiston.
Ce film va montrer le préquel du recrutement tout en montrant le méchant, le recrutement, l'entraînement des candidats, la mission. Un film qui est donc complet, contrairement à James Bond où le spectateur "se contente" d'une mission.


L'intelligence artificielle: "Ex Machina"

À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante  : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.


L'intelligence artificielle: un étudiant geek sur les bords est appelé pour déterminer si une robote peut être assimilée à un être humain. D'interactions en interactions, un lien va se créer entre l'étudiant et la machine, ce qui va ravir le boss. Mais la machine va rapidement dépasser le maître...
Il y a eu plusieurs films sur l'intelligence artificielle, mais ce film est vraiment à part: le design, la conscience robotique... Ce film est déroutant de réalisme. Oubliez tout ce que vous avez pu voir sur l'intelligence artificielle et les robots.


La suite de la franchise: M:I Rogue Nation avec Tom Cruise, Simon Pegg, Rebecca Ferguson

L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.


Un cinquième opus qui maintient le très haut niveau de "Protocole Fantôme". Tom Cruise en apnée vaut le détour. Le thème reste bien sûr le même. Des courses poursuites de haute voltige.


Le film quête de soi, inspiré de faits réels: Everest avec Jake Gyllenhall, Sam Worthington

Inspiré d'une désastreuse tentative d'ascension de la plus haute montagne du monde, Everest suit deux expéditions distinctes confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l'homme ait connues. Luttant contre l'extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l'épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut.


Une épopée de très haut niveau et un casting à la hauteur. Ce film est très bien équilibré: environ la moitié du film s'articule autours de l'arrivée et les 3/4 de l'ascension, l'autre moitié est dédié à la catastrophe sur la finale de l'ascension.


Le préquel animé: Les minions

Nous pouvons rire jaune. Eux, ils sont jaunes. Eux? Les Minions, au service de Gru. Mais avant Gru, les Minions ont fait leurs armes ! Et ça n'a pas été de tout repos...


Les minions, origines ! Ils sont à la recherche d'un boss: dinosaure, yéti... Tout y passe ou presque. Apprenez une nouvelle langue, le Minion, fortement inspiré de l'espagnol (me semble-t-il). C'est aussi les origines de ces personnages jaunes.


L'animation tiré d'un livre: Le petit prince

Une mère et sa fille emménage dans un nouveau quartier, à côté d'un vieillard un peu particulier... Ils vont retracer l'histoire du Petit Prince, de St Exupéry.


(Re)trouvons notre âme d'enfant avec ce film tiré du livre de Saint Exupéry. "Dessine moi un mouton" n'a pas été oublié. Une histoire qui lie une enfant et un vieil homme, tandis que la mère veut absolument que sa fille intègre une école prestigieuse.


La finale : Hunger Games, la révolte partie 2

Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène…


Une finale très forte, très marquante: des scènes d'action très rythmées, des relations humaines qui évoluent, des tactiques qui s'adaptent.


L'exposition Harry Potter, à la cité du Cinéma, métro 13


Une plongée dans l'univers du sorcier le plus célèbre. Retrouvez des objets, des costumes, des décors tirés de la saga: la grosse dame qui bouge, l'entrée du Grand Hall, la robe de bal d'Hermione, des tenues de Quidditch, Buck...
Il faut tout de même compter 20€ pour l'entrée adulte et un petit budget pour la boutique souvenir: 40€ pour les 6 photos souvenirs avec la copie digitale ou encore 42€ pour la carte du Maraudeur et 70€ pour le pendentif retourneur de temps d'Hermione.


La très bonne surprise de l'année: "Comment c'est loin" d'Orelsan et Christophe Offenstein

 Après une dizaine d’années de non-productivité, Orel et Gringe, la trentaine, galèrent à écrire leur premier album de rap. Leurs textes, truffés de blagues de mauvais goût et de références alambiquées, évoquent leur quotidien dans une ville moyenne de province. Le problème : impossible de terminer une chanson. À l’issue d’une séance houleuse avec leurs producteurs, ils sont au pied du mur : ils ont 24h pour sortir une chanson digne de ce nom


Oreslan se lance dans la réalisation, et se met en scène avec les éléments qui forment son monde musical. Un film dans la justesse: les capacités, les envies mais au final on en est où? Dans une vie de procrastination, de potes...


Pas plus convaincue que ça: "Grey" d'E.L James

"Cinquante nuances de Grey" vu par Christian. Un copier coller des dialogue et du contrat entre Anastasia Steele et Christian Grey, des intrusions dans les pensées de Christian quand même. Mais cela reste sans surprises, forcément.


7/11/2015

"Seras-tu là?" de Guillaume Musso

San Francisco. Elliott, médecin passionné, ne s'est jamais consolé de la disparition de d'Ilena, la femme qu'il aimait, morte il y a trente ans. Un jour, par une circonstance extraordinaire, il est ramené en arrière et rencontre le jeune homme qu'il était, trente ans plus tôt. Il est revenu à l'instant décisif où un geste de lui peut sauver Ilena. Et modifier l'implacable destin qui a figé son sort à jamais.


Revenir en arrière pour changer une phrase, une rencontre: qui ne l'a jamais souhaité? Elliott a eu cette possibilité, à l'occasion d'un sauvetage lors d'une mission de l'ONU. Un vieillard, qui avait amené un enfant défiguré, a demandé à Elliott son vœu le plus cher. Le vieillard s'est absenté quelques minutes, pour revenir avec une fiole contenant 10 pilules. A utiliser avec précaution. Ne pas s'éloigner de leur utilisation première.

Guillaume Musso se fait confronter le soixantenaire Elliott, condamné par un cancer à un stade avancé, avec son lui trentenaire. Mais chaque incursion dans son passé va faire prendre conscience à Elliott qu'on ne peut jouer impunément avec le destin: même s'il sauve Ilena, elle fera une tentative de suicide et succombera, ce qui provoquera une brouille avec Matt le meilleur ami d'Elliott par exemple.

De fil en aiguille, Elliott va devoir faire attention à sa façon d'impacter sa vie, ses proches. Matt va être la clé: il réalisera qu'Elliott avait parlé de dix pilules mais Elliott n'a évoqué que neuf voyages dans le passé... Un indice va mettre Matt sur la voie et pourquoi pas empêcher Elliott de mourir d'un cancer dû au tabagisme et le réunir à Ilena (qui ne mourra pas: pas une crise d'une orque ou d'une tentative de suicide ou bien d'autre chose d'ailleurs).

Elliott va se lier avec un chien, Rastaquouère, après l'avoir percuté avec sa voiture. Et pourtant Elliott n'aime pas les chiens. Un premier changement chez ce personnage. Et ce ne sera pas la seule modification de ce personnage et dans l'environnement.

Ma note: 4.75/5 Guillaume Musso montre qu'on ne badine pas avec son passé, qu'il faut composer son futur avec ses regrets. Pourquoi pas s'imaginer des scénarios: "et si...". Après tout, et si tout ne s'était passé que dans la tête d'Elliott, en phase terminale d'un cancer? Il pourrait s'imaginer comment sa vie aurait pu être si les choses s'étaient passées différemment. Quel serait alors le meilleur scénario?

7/10/2015

"Maman a tort" de Michel Bussi

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul... Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent qu'à un fil, qu'à des bouts de souvenirs, qu'aux conversations qu'il entretient avec Gouti sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Quel l'engrenage se déclenche. Que les masques tombent.


Quel est le lien entre un enfant de 3ans1/2, dont la mémoire reste aléatoire et non figée, avec un braquage?

La parole des enfants est de plus en plus prise en considération et presque à hauteur d'une parole d'adulte. En tout cas, prise avec sérieux. Alors quand Malone affirme que sa mère n'est pas sa mère, Vasile le psychologue scolaire, pris d'un doute face à des affirmations qui se succèdent et restent les mêmes sans contradictions, préfère assurer ses arrières et faire appel à la police pour mener une enquête. Cette enquête va prendre une tournure particulière: le cas de Malone est relié à un braquage...

Michel Bussi apporte ici un croisement entre des vies. D'un côté, un couple désespéré suite à un incident domestique: leur fils est tombé dans les escaliers, affectant son cerveau. De l'autre, un groupe met en place un braquage. Un intermédiaire va proposer un échange d'enfant, le temps que le contre-coup du braquage se calme un peu.

Et si le Malone "original" n'était pas tombé dans les escaliers? Que serait devenu l'autre enfant, embarqué malgré lui dans le braquage (témoin, à deux ans et demi, des manigances)? Et Marianne, qui a fait une fausse couche suite à un accident de la route, et qui ne pourra plus jamais être enceinte? Des coïncidences de vies, des rencontres qui changent un parcours: comme dans la vraie vie.

Le couple adoptif va se fissurer. Les braqueurs vont se disperser. La meilleure amie de la policière va se faire la malle avec le gamin. La policière va se mettre en couple. Des vies qui vont s'impacter les unes sur les autres comme un jeu de domino.


Ma note: 5/5 un chassé croisé de personnages qui tient la route. Les sentiments qui se dégagent sont variés et réalistes: perdre pied, trahison, faire face à son enfant qui sera un légume à vie, un psychologue face à son intuition... Michel Bussi réussi à faire impacter un parcours sur un autre. Des coïncidences qui font la vie.

7/09/2015

"Les profs 2" de Pierre-François Martin-Laval

Casting: Isabelle Nanty, Didier Bourdon, Kev Adams, Pierre-François Martin-Laval, Arnaud Ducruet, Stéfi Celma, Raymond Bouchard, Fred Tousch, Gaia Weiss

Sorti au cinéma le 1 Juillet 2015

Les pires profs de France débarquent en Angleterre pour une mission ultra-secrète. Avec Boulard, le roi des cancres, ils sont parachutés dans le meilleur lycée du pays, et ils vont appliquer leurs célèbres méthodes sur la future élite de la nation. L'enjeu est énorme: de leur réussie dépendra l'avenir du Royaume tout entier... Cette année: aux meilleurs élèves, les pires profs quand même !


La mission: Vivienne, la petite-fille de la Reine d'Angleterre Elizabeth II, s'avère être une cancre. Et pourtant elle est dans la meilleure école du pays. Elle doit absolument réussir ses examens de fin d'année, au risque d'être la risée de toute l'Angleterre. Le ton British est d'ailleurs donné dès le début du film: l'hymne chanté au début de la journée, le style du bâtiment, la discipline.


Les profs n'ont en rien changé leurs méthodes d'enseignement. Après tout, ils ont sauvé un établissement en France, alors quand on les met dans la meilleure école du Royaume-Uni, c'est que forcément ils sont doués ! En plus, tout le monde doit parler français en leur présence, et non l'anglais: c'est que la méthode française est supérieure ! Il faut être au top: la méthode a fait ses preuves en France, on la transfère outre Manche avec tout ce qu'il faut: la langue, le style vestimentaire, la méthodologie.


Tandis que les profs montrer le face-à-la-classe et la tablée à la cantine, sans oublier les 8 heures de chants grégoriens du dimanche, Boulard va montrer l'envers du décors des gamins: le dortoir, l'ambiance avec ses voisins de tablée... Et forcément, il va y mettre du sien pour donner un nouveau rythme. Après tout, il n'y a pas qu'en cours qu'il faut appliquer l'approche française.


Sauf que Vivienne va déserter, faire preuve d'insolence... Et, après un semestre de laisse-aller, la directrice va donner un bon coup de pression sur l'équipe enseignante: tout le monde risque de finir empaillé, comme le chat de la directrice. Vivienne ne va pas à l'école, ce sera donc l'école qui ira à Vivienne. Boulard, proche de Vivienne, connaît tous les points de planque.


"Les profs 2" n'a pas créée le concept: après Boulard comme boulet dans le premier volet, ici nous avons Vivienne. Après le gamin français à la traîne, c'est la version British. L'histoire est donc sans grandes surprises. Mais il a fallu s'adapter au contexte anglais: les décors, l'uniforme à l'école, le côté rigide (hymne), les traditions (le sport comme l'aviron).


Ma note: 4/5 une histoire sans surprises mais la sauce British permet de passer un très bon moment, sans trop sentir le réchauffé (Boulard est juste remplacé par Vivienne et les profs français gardent la même ligne de conduite).


A voir: pour la version à l'anglaise du premier opus, si vous voulez entendre parler français avec un accent anglais

A zapper: si vous avez peur du copié / collé par rapport au premier opus