Sorties

Edito Juin 2019

Le festival de Cannes est passé, a-t-il défié vos pronostics ? Avez-vous repéré des robes de créateurs (autant en profiter pour faire son shopping sans rien dépenser) ? D’autant plus que les beaux jours sont enfin là : il est temps de sortir les robes ! Ce n’est pas parce qu’il fait beau qu’il faut oublier de lire et de voir films et séries !

mardi 29 septembre 2015

"Source Code" de Ducan Jones

Casting: Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan, Vera Farmiga, Jeffrey Wright, Michael Arden, Cas Anvar

Sorti au cinéma le 20 Avril 2012

Colter Stevens se réveille en sursaut dans un train à destination de Chicago. Amnésique, il n’a aucun souvenir d’être monté dedans. Pire encore, les passagers du train se comportent avec lui avec familiarité alors qu’il ne les a jamais vus. Désorienté, il cherche à comprendre ce qui se passe mais une bombe explose tuant tout le monde à bord. Colter se réveille alors dans un caisson étrange et découvre qu’il participe à un procédé expérimental permettant de se projeter dans le corps d’une personne et de revivre les 8 dernières minutes de sa vie. Sa mission : revivre sans cesse les quelques minutes précédant l’explosion afin d’identifier et d’arrêter les auteurs de l’attentat. A chaque échec, les chances de pouvoir revenir dans le passé s’amenuisent.
Alors qu’il essaie d’empêcher l’explosion, ses supérieurs lui apprennent qu’un deuxième attentat est en préparation en plein cœur de Chicago et qu’il ne s’agit plus de protéger les quelques passagers du train mais la ville toute entière. La course contre la montre commence… 


 Revenir en arrière pour modifier le court des évènements: qui n'a jamais fait ce souhait? "Et si j'avais fait les choses comme si ou comme ça": qui ne l'a jamais pensé ou dit? Colter Stevens va revivre un certain nombre de fois cette séquence d'explosion, en revenant toujours au même point. Il doit trouver des indices et empêcher cette explosion.


Au fur et à mesure des renvois, il va se prendre au jeu et tenter de collecter des indices pour enrayer l'attaque à la bombe. Pas à pas, Colter arriver à identifier des suspects et fini par toucher au but... Mais des questions vont finir par surgir: pourquoi lui, quel est ce programme? Surtout que Colter va se souvenir d'un élément crucial: sa mission en zone de guerre, mission à laquelle il a été très gravement blessé...


Colter aura beau se forger un point de repère en une femme (une passagère assise en face de lui), sa mission de stopper l'attaquer va virer à la vendetta: cette femme, son origine à lui. Il se fera rappeler à l'ordre...


Et d'ailleurs l'ordre va essayer de maintenir le sujet test, à savoir Colter, dans le circuit. Si cette phase de test fonctionne avec Colter, elle pourrait être étendue ou approfondie. Bref, le gouvernement peut donner l'ordre de continuer ou d'arrêter ce programme qui vise à donner une seconde chance à certains individus de l'armée...


Ma note: 3.5/5 l'idée de base du film est pas mal: Colter a été choisi contre son gré pour ce programme, l'idée est de redonner un sens à la prolongation de la vie dans certains cas (la majorité des organes vitaux est encore actif, faut-il couper toute alimentation ou prolonger la vie?).


A voir: si vous êtes inconditionel de Jake Gyllenhal, si vous êtes d'accord avec le fait que littéralement changer le court des choses est de la science fiction

A zapper: si changer l'histoire doit rester hypothétique dans votre tête

samedi 26 septembre 2015

"Everest" de Baltasar Kormakur

Casting: Jake Gyllenhaal, Jason Clarke, Josh Brolin, Emily Watson, Robin Wright, John Hawkes, Michael Kelly, Sam Worthington

Sorti au cinéma le 23 Septembre 2015

Inspiré d'une désastreuse tentative d'ascension de la plus haute montagne du monde, Everest suit deux expéditions distinctes confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l'homme ait connues. Luttant contre l'extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l'épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut. 


L'Everest n'est pas à présenter. S'y attaquer est l'aspiration de nombreux escaladeurs, mais peu ont la possibilité de le faire. Et plusieurs y ont laissé leur vie lors de l'ascension. "Everest" revient sur l'épopée de l'un de ces groupes. L'arrivée au Népal, le briefing, et le départ. La montée se passe plutôt bien: par palier, pour laisser le temps à l'organisme de s'adapter à la raréfaction de l'oxygène. Occasionnellement un des participants ne se sent pas bien et redescend, ou la météo bloque l'avancée.


Chacun a ses motivations, ses questionnements: la japonaise qui a gravit 6 des 7 montagnes les plus hautes (il ne manque plus que l'Everest à son compteur), l'homme qui a essayé 2 fois mais n'a pas pu aller jusqu'au sommet et voudrait cette fois voir son rêve aboutir, celui qui part bien que sa femme soit enceinte...


Alors que la descente est entamée par une majorité des participants de groupes différents, un des hommes veut à tout prix aller jusqu'au bout malgré le faible niveau d'oxygène disponible sur lui... Et c'est alors qu'un orage très violent monte de la vallée...

Le spectateur est plongé dans la course contre la montre pour tenter de récupérer les personnes bloquées, en montagne, avec plus ou moins d'oxygène et plus ou moins de fatigue. En même temps, c'est tenir au courant les familles de ce qui se passe.


Le film se termine par des photos du groupe qui a inspiré ce film: ce qu'ils sont devenus (mains gelées, naissance...), la photo souvenir d'avant l'ascension... Cela donne une autre dimension à ce film: cela rappelle qu'il est inspiré de faits réels.


Un film très bien équilibré: le spectateur est tout de suite plongée dans le vif du sujet avec le départ du groupe et le débriefing sur place, ainsi que l'ascension prennent la moitié du film environ. L'autre moitié (grosso modo) est consacrée au drame.


Ma note: 5/5 un film aux paysages et à la mise en scène grandioses, la violence météorologique est impressionnante. La musique balance très bien l'ensemble. Le casting souligne très bien les différents tempéraments.


A voir: si vous êtes tenté par l'ascension de l'Everest en restant tranquille dans un siège, si vous voulez voir un film tiré de faits réels, pour Keira Knightley qui montre qu'elle peut faire autre chose qu'une pirate dans Pirates des Caraïbes

A zapper: si l'extrême ne vous attire pas du tout, si vous ne voulez pas voir Jake Gyllenhal en guide montagnard barbu



vendredi 25 septembre 2015

"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso

Ethan, Céline, Jessie. Un homme, une femme, une enfant. Trois personnages au bord du gouffre. Qui vont se croiser, se détruire et s'aimer.


Ethan quitte sa fiancée dans les rues de New York. Pour la retrouver une quinzaine d'années plus tard. Jessie va entrer dans son cabinet, pour s'y tirer une balle suite au refus d'aide d'Ethan. Céline, la mère de Jessie, et une ex d'Ethan. Une femme, dans un lit, aux côtés d'Ethan: ce dernier n'a aucun souvenir de qui est cette femme. Et la happy ending habituelle est évitée: et Jessie vont continuer la route tandis qu'Ethan va mourir.

C'est aussi l'histoire d'une transplantation cardiaque suite à une altercation. Une grossesse, un mariage malheureux évité et une ado qui va tenir le coup. Voilà le monde créée par Guillaume Musso. Et non sans raison : ces trois personnages ont un lien. Ethan va revivre la même journée trois fois de suite, et doute de la revivre une quatrième fois. Pourquoi? Réparer ce qui a été fait: il est le centre de ces relations.

Ma note: 4/5 un peu difficile à suivre: les allers et venues dans le re-vécu de la journée et des flashbacks dans le passé, mais une histoire qui donne envie de croire que l'on pourrait revenir en arrière pour avoir un meilleur scénario. Mais en ce demandant jusqu'à quel point?

dimanche 20 septembre 2015

Vice Versa

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie... 


Joie est la première a être là, et va être une sorte de porte parole. En effet, au final, il y aura Joie, Colère, Tristesse, Dégoût et Peur à gérer Riley depuis son cerveau. Tout se passe plutôt bien... Jusqu'au jour où les parents de Riley organisent ni plus ni moins qu'un déménagement. Et Tristesse va semer la zizanie, qui va emmener Joie dans les souvenirs de Riley... sauf que la disparition de Joie va dérégler Riley...


Joie et Tristesse vont avoir un parcours semé d'embuches pour aller à la mémoire centrale... Pendant que les repères de Riley (famille, hockey entres autres) s'écroulent les uns après les autres... Colère, Dégoût et Peur essayent comme ils peuvent de gérer les dérèglements au Siège.


Les personnages d'émotions sont adaptés à chaque personnages: ils sont très enfantins chez Riley, ils ont des allures matures chez les parents et ressemblent d'ailleurs aux parents, c'est aussi une touche finale avec d'autres personnages. La vendeuse de pizza, le chien, le chat, l'acheteur de part de pizza, le garçon sur le banc de touche au hockey... Ce qui montre des émotions propres à chacun, avec une représentation spéciale.


Quant aux souvenirs, ils sont retenus dans des billes colorées: chaque couleur rappelant l'émotion associée. C'est aussi tout un monde qui a bercé l'enfance de Riley: son personnage imaginaire (un mélange d'éléphant, de chat et de dauphin entres autres), une forêt de frites ou encore une licorne.


C'est aussi bien sûr la vie en dehors de la tête des personnages. Chaque évolution parmi les émotions va entraîner une mimique faciale, une réplique particulière et donc les uns et les autres vont interagir d'une certaine façon.


Une très belle histoire, qui se conclut par un équilibre entre les émotions: chaque souvenir se teinte d'un mélange de deux ou plus émotions. Il n'y a jamais tout l'un ou tout l'autre. Et les émotions vont aussi mieux cohabiter.


Ma note: 5/5 une très belle histoire qui permet de mieux aborder les chamboulements: ils sont vécus différemment, se complètent plus ou moins, cherchent à prendre leur place. Certains souvenirs peuvent être plus ou moins gais, peuvent se modifier selon les influences.


A voir: par les inconditionnels des films d'animation Pixar tous âges confondus

A zapper: si le coup de donner des visages à des émotions et des souvenirs dans des billes ça vous dépasse


dimanche 13 septembre 2015

"Amnésie" de Margot Dalton

Lorsqu'elle se réveille dans un lit d'hôpital, Meg Howell a tout oublié du terrible accident de voiture auquel elle a réchappé et des quelques mois qui l'ont précédé. Que faisait-elle près de Salt Lake City au volant d'un luxueux cabriolet, elle qui travaille dans un casino de Las Vegas? Et comment expliquer que tout le monde s'obstine à l'appeler Lisa Cantelini, et à affirmer qu'elle est l'épouse d'un riche homme d'affaires de la région?
Est-elle victime de troubles de la personnalité, comme l'affirme son médecin, ou d'une incroyable méprise? Soudain étrangère à elle-même, Meg sent que la clé de l'énigme ne peut résider que dans son passé récent - celui dont le souvenir se refuse désespérément à elle. Mais à mesure qu'elle cherche à en savoir plus, une sourde angoisse la saisit. Car la vérité pourrait bien signer son arrêt de mort, sans qu'elle ait la moindre chance d'en réchapper...





Après un accident de la route, il semblerait des plus logiques d'avoir des troubles psychologiques. Mais tout le monde veut la faire casquer pour une Lisa... Y compris la psychanalyste Dr Wassermann: elle va affirmer que la personnalité de Meg était sous-jacente depuis un moment déjà, lors de séance de Lisa. Ce docteur va même affirmer avoir parler avec une Meg Howell... Qui s'avère avoir le même profile d'enfance que Lisa: une adoption. Lisa aurait donc assimilé la vie de Meg...

Margot Dalton apporte ici une double enquête: Lisa / Meg tente de découvrir qui elle est vraiment, de l'autre l'entourage qui martèle à qui mieux mieux qu'il y a un déséquilibre psychologique suite à l'accident.

Ma note: 5/5 une enquête haletante sur fond de déterminisme personnel: Margot Dalton maintient le suspens très longtemps. Le lecteur est happé par doutes, révélations, éléments troublants semés au fur et à mesure de l'histoire, au fur et à mesure que Lisa / Meg creuse.

Vampire Knight 12, de Matsuri Hino

Yûki et Zero se revoient à l'occasion d'une réception nocturne. Une année s'est écoulée depuis leur séparation. Que peut bien ressentir Zero pour Yûki, qui vient d'être présentée comme la jeune soeur de Kaname, le nouveau chef politiques vampires. Au coeur de cette tourmente émotionnelle, un sang pur agit de manière suspecte...


Yûki est mise en garde: tout le monde lui fera des courtoisies mais pas toujours à bien. Yori, liée amicalement à Yûki, est officialisée comme amie de Yûki et donc comme une sorte d'intouchable. Un hunter est retrouvé mort. Un fond de suicide forcé.

Matsuri Hino dévoile ici un autre envers des vampires: le côté mondain. Cet aspect domine l'ensemble de l'histoire, avec quelques considérations du type être un bébé vampire face aux autres plus anciens. Un monde très codifié, qui a ses règles sous-entendues.

Vampire Knight 11, de Matsuri Hino

Une année s'est écoulée depuis la grande bataille de l'Académie Cross. Zero continue d'aller en cours tout en chassant les vampires tueurs d'humains, tandis que Yûki se cache au palais des Kuran. C'est dans ce contexte que s'ouvre la première réunion interraciale entre le nouveau Sénat des vampires et la Guilde des hunters.


La Night Class n'existe plus à l'Académie Cross, la Day Class a eu droit à un effacement de mémoire total sauf pour quelques élèves. Un bal se prépare dans le palais des Kuran: Yûki y reverra sa très bonne amie, tout en devant rester digne de son rang d'aristocrate vampire.

Matsuri Hino grimpe d'un cran l'évolution de Yûki: elle semble peu encline à vouloir se mettre au sang mais accepte sans trop de problèmes son rang de vampire au sang pur. Un nouveau rapport entre humains et vampires doit s'établir après cette tentative dans l'Académie Cross, qui est désormais revue et corrigée tant pour les cours que pour les dirigeants.

Vampire Knight 10, de Matsuri Hino

Au coeur de l'Académie dévastée, Zero pointe son arme sur Yûki. La vampiresse de sang pur et le chasseur... Pris au piège du destin tragique qui a fait d'eux des ennemis, quelle sera leur décision? Quant à Kaname et à la Night Class, qui ont déclaré la guerre au Sénat, l'heure de changer le cours de l'histoire est venue.


Ni Yûki ni Zero ne veut presser la détente, ne veut tuer l'autre. Le Bloody Rose est toujours là. Maître Kaname fait face à une question existentielle: transformer ou non quelqu'un en vampire. Yûki prend de l'aplomb en tant que vampire au sang pur.

Matsuri Hino conforte l'idée que l'Académie n'a été qu'une parenthèse. Les personnages doivent en quelque sorte prendre part au monde réel, qui est prise de position. D'autant plus que la Night Class n'est plus vraiment d'actualité... Un transfert vers un monde beaucoup plus adulte, beaucoup plus mature, vraiment loin de l'Académie.

Vampire Knight 9, de Matsuri Hino

Alors que Zero est toujours sous le choc d'avoir appris que Yûki est en réalité un vampire de sang pur, Kaname lui ordonner de tuer Rido. Zero refuse, et pourtant... De son côté, Yûki, bien décidée à défendre l'Académie, se retrouve face à Rido. Quel est le but de ce vampire si dangereux? Et si par devoir Kaname se résout à quitter l'Académie, la Night Class, elle, se dresse pour la protéger.


Yûki prend possession d'une arme, Artémis. Une confrontation entre Yûki et "l'oncle" Rido. La gémellité pèse. L'Académie est vue, par certains vampires, comme un buffet à disposition. Le Bloody Rose prend l'énergie d'un vampire.

Masturi Hino apporte ici un opus assez sombre, tant dans la dominance de la nuit que dans les rapports les uns aux autres. L'Académie n'est qu'un simulacre de paix. Le pseudo calme qui semblait tenir, certes qu'à un fil mais quand même, est définitivement renversé. Chaque personnage est appelé à prendre une véritable place, à trancher.

samedi 5 septembre 2015

"American Ultra" de Nima Nourizadeh

Casting: Kristen Stewart, Jesse Eisenberg, Topher Grace, Connie Britton, Walton Goggins, John Leguizamo, Bill Pullman, Tony Hale

Sorti au cinéma le 19 Août 2015

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
 
Une comédie d’action à propos de Mike Howell dont la vie paisible et sans ambition avec sa petite amie Phoebe se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, Il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre. 


Mike et Phoebe sont un jeune couple un peu particulier. Mike travaille dans une supérette, au parking désert, dont le pote Rose a une allure un peu défoncé. Phoebe a les cheveux orange (ou similaire) et se défonce. Mike se définit comme un arbre qui arrête une voiture: il empêche Phoebe d'avancer.


Jusqu'au jour où Victoria Lasseter reçoit un appel: Mike va être éliminé dans les 24 heures. Elle se pointe donc dans la supérette et tente de faire passer un message à Mike: une histoire de balle à attraper... Mike se pose des questions sur l'état mental de la dame, mais son cerveau a une sorte de court-circuit, juste quelques secondes...


Et là bam des individus sont en train de trafiquer sa voiture, et Mike se retrouve à les éliminer, là comme ça, comme s'il avait fait ça toute sa vie, avec une cuillère et un flingue. Il s'avère en fait que Mike et Lasseter ont fait parti d'un programme de recherche, et que Phoebe est en fait en charge de surveiller Mike pour qu'il ne quitte pas la ville.


Une ambiance digne d'une autre dimension. Des scènes à gros renforts de flingues, de fumigènes et d'explosions. Des agents sur-entraînés. Des agents du FBI et de la CIA qui veulent tirer la couverture à eux. Mike réagit au moindre stimuli. Phoebe, une fois démasquée, va aussi se montrer sous un angle de fighteuse de haut niveau.


Ma note: 4.75/5 une ambiance survoltée, en vase clos (la même ville, le même parking et les mêmes maisons). Un casting qui assure : chacun(e) est à sa place, dans un rôle plus ou moins à la masse. Une ambiance complètement barré.


A voir: si vous voulez voir Jesse Eisenberg (The social network) en looser qui gère au combat, pour Kristen Stewart (Blanche Neige et le chasseurSils Maria) avec des cheveux douteux qui débotte au combat

A zapper: si l'ambiance défoncé sur fond de loosers qui combattent à la petite cuillère ce n'est pas votre tasse de thé


vendredi 4 septembre 2015

"Divergente, raconté par Quatre" de Veronica Roth

Lors de sa cérémonie du choix, un jeune altruiste se dresse contre sa famille et sa faction: il rejoint les audacieux. Il choisit un nouveau destin, et devient Quatre. Mais ce qu'il découvre alors met en péril son avenir, et celui de la société tout entière.


Avant d'être Quatre, il était Tobias Eaton: sa mère Evelyn a été déclarée morte et son père Marcus n'était pas vraiment tendre... Il quitte donc sa faction, pour échapper aux coups et se rebeller. La paternel semble anéantit par cette décision... Mais qu'en est-il vraiment? Cela n'est pas développé mais l'absence de Marcus lors des jours de visite montre la non considération envers Tobias / Quatre.
Veronica Roth revient sur ce changement de faction et sur la formation. Il apparaît déjà la rivalité entre Quatre et Eric. Max va solliciter leur avis concernant l'évolution de la faction des Audacieux. Eric est assez virulent concernant des éliminatoires lors de la formation, Quatre se met à dos Max car il a une vision trop "édulcorée". Les priorités divergent: Eric, qui finit deuxième après Quatre, va obtenir un rôle très important dans la structure hiérarchique. Quatre a d'autres priorités: il a déjà des doutes quant à Jeanine Matthews et ses plans...
Et c'est aussi en finale l'arrivée de Christina et Béatrice / Tris, nouvelles recrues parmi d'autres, à l'issue de la cérémonie du Choix. Quatre ne se montre pas indifférent à Tris: tout d'abord elle vient de la même faction que lui et elle est la fille Prior, et il y a une sorte de magnétisme.

Ma note: 4.75/5 Veronica Roth apporte une histoire très complémentaire à la trilogie Divergente. Il y a déjà des doutes quant aux motivations des uns et des autres à l'intérieur de la faction Audacieux: Jeanine, Eric, Max... Cet opus se concentre introduit le premier livre de la trilogie Divergente.

mercredi 2 septembre 2015

"L'assassinat de Marilyn Monroe" de Jay Margolis et Richard Buskin

En cet été 1962, Marilyn Monroe, 36ans, est au sommet de la gloire. Et fourmille de projets. A 21h45, le dimanche 4 Août, elle devise gaiement au téléphone avec son ami et amant occasionnel, le scénariste José Bolanos. A 4 heures du matin, son coeur a cessé de battre.
Aucune trace de médicaments ne sera trouvée dans son estomac au cours de l'autopsie. Pourtant le rapport officiel affirme qu'elle a ingéré soixante-quatre somnifères, démontrant ainsi son suicide.

Jay Margolis et Richard Buskin réfutent cette thèse, ancrée depuis un demi-siècle dans l'inconscient collectif. Marilyn Monroe ne s'est pas suicidée: elle a été assassinée de façon préméditée. Par qui? Comment? Les auteurs ont rassemblé tous les témoignages sur l'affaire, y compris le rapport d'autopsie, reproduit en annexe de ce livre. Ils reconstituent, minute par minute, le dernier jour, les dernières heures de Marilyn.

Leur conclusion est sans appel. Le meurtre de l'icône est une affaire d'Etat... Les auteurs dévoilent dans ce livre le nom de l'assassin et de son célèbre commanditaire. Mieux: ils révèlent le mobile du crime. Pourquoi il fallait que Marilyn se taise... à tous jamais.


245 pages relatent des témoignages et des écoutes. Une vingtaine de pages regroupent: chronologie, rapport d'autopsie médecin légiste du comté de Los Angeles, rapport toxicologique, rapport sur le décès de Marilyn Monroe de la Police de Los Angeles, rapport complémentaire police de Los Angeles, nouvelles dépositions des personnes de l'entourage de Marilyn Monroe, notes et bibliographie.

Les sources semblent sérieuses. Margolis et Buskin se sont procurés des documents variés pour étayer la thèse de l'assassinat. Mais à prendre avec du recul: nous pouvons analyser de façons différentes les éléments fournis. Surtout que Marilyn Monroe est une légende, les doutes sont ancrés dans l'inconscient collectif. Mais les éléments apportés par les auteurs sèment quand même un doute récurrent sur la dimension politique.

Ma note: 4.5/5 un livre cohérent, dont les sources variées permettent d'accorder une certaine crédibilité à cette œuvre. Il y a forcément un préjugé sur la mort de cette icône, ce livre est tout de même à prendre avec des pincettes: même si la bibliographie est très fournie, il peut y avoir un parti prit.

mardi 1 septembre 2015

"Hitman: agent 47" de Aleksander Bach

Casting: Rupert Friend, Hannah Ware, Zachary Quinto, Ciaràn Hinds, Thomas Kretschmann, Angelababy, Dan Bakkedahl

Sorti au cinéma le 26 Août 2015

Interdit aux moins de 12 ans
 
L’histoire d’un assassin génétiquement modifié pour être la parfaite machine à tuer. Sa dernière cible est une multinationale dont l’objectif est d’obtenir le secret du passé d’Agent 47 pour créer une armée de tueurs dont les pouvoirs surpasseront même les siens. Faisant équipe avec une jeune femme qui détient peut-être un secret permettant d’affronter leurs puissants ennemis clandestins, 47 fait face à des révélations étonnantes concernant ses origines et se prépare à se battre avec son adversaire le plus redoutable.


Katia Van Dees est à Berlin. Elle fait des recherches sur un homme dont elle ignore l'identité, mais elle fait des recherches sur lui. Tendance à prendre des pilules pour dormir et légèrement parano sur les bords, Katia fait de violent cauchemars, qui ressemblent d'ailleurs à des flash-back.


Pendant ce temps, 2 agents ont sa tête pour contrat. L'agent 47 et John Smith (si si John Smith comme dans le film d'animation Pocahontas). La course poursuite va démarrer après que Katia ait quitté le bus la ramenant de la bibliothèque.


Katia va devoir faire un choix: en qui avoir suffisamment confiance pour partir en cavale? La véritable question: quel homme génétiquement modifié est le plus digne de confiance? L'agent 47 et John sont tous deux modifiés: ils ne ressentent ni peur ni douleur, une intelligence hors normes, des capacités physiques très avancées... Sauf que chacun est à un stade d'évolution différent.


Un film autour de 3 axes: Katie veut comprendre qui elle est, John est censé protéger Katie mais il attend d'elle de retrouver le patriarche, l'agent 47 semble avoir une dent contre Katie mais en fait semble plutôt vouloir la protéger.


La modification génétique appliquée aux humains: l'individu à l'origine du programme a finalement été pris de remords. L'arrêt du programme n'a pas empêché certaines personnes de tenter de reprendre cette idée. L'es 2 générations s'opposent au travers de l'agent 47 et de John. Mais la personne ayant impulsé le projet est toujours en vie et est la clef pour la nouvelle génération... Étant donné que les 2 agents sont en conflit pour Katie, Katie est donc la clef...

  
Une musique efficace. Un casting à sa place. Un scénario très bien ficelé. "Hitman: agent 47" s'avère riche en rebondissements et toujours en allant de l'avant. Les relations entre les personnages se révèlent petit à petit, et lorsque l'on croit vraiment tout avoir cerné, il reste encore une pierre à retourner: jusqu'à la fin.


Ma note: 4.75/5 un très bon film, avec une spirale dynamique digne d'un film d'action. Le puzzle se construit petit à petit. La tentative d'amélioration physique de l'être humain est développé dans sa forme la plus violente.


A voir: pour le concept OGM appliqué aux humains, pour une lutte personnelle avec le tiraillement entre pardon et savoir

A zapper: si les OGM alimentaires ça vous suffit déjà, si vous estimez que cela ressemble limite à de l'intelligence intartificielle