Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

10/30/2016

"Deepwater" de Peter Berg

Casting: Mark Wahlberg, Dylan O'Brien, Kate Hudson, Kurt Russell, John Malkovich, Gina Rodriguez, Brad Leland, J.D. Evermore

En salles le 12 Octobre 2016

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
 
D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire.

La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, il sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser... Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

Un démarrage par un enregistrement original du témoignage d'un survivant. Une plongée le long des canalisations, qui commencent déjà à montrer des signes de faiblesse. Une famille se retrouve autour de la table, dans la cuisine. Une voiture a des difficultés à démarrer. L'acheminement de l'équipe en hélicoptère, 45 minutes de transfert. Sur la plateforme, le changement d'équipe se passe un peu en bras de fer. Une conversation Skype qui va donner l'alerte sur le drame en court, et inquiéter la famille à terre. Le film se clôture par les noms des 11 personnes décédées lors de cette tragédie, et quelques images d'archives.


L'introduction et la conclusion donnent une dimension particulière à ce film, tiré d'un fait réel ayant eu lieu en 2010. Évènement qui a provoqué la plus grande marée noire dans le golf du Mexique, endeuillé des familles. L'appel, à l'issue de l'évacuation, montre une équipe soudée, où l'on tient aux collègues.


Ma note: 5/5 un film prenant: l'évolution de la plateforme offshore, la mise en place des brigades d'interventions, le sauvetage des survivants. Dommage que l'on ne suive pas plus l'attente des familles, mais les retrouvailles sont poignantes. Des scènes à couper le souffle et une bande-son exceptionnelle donnent à "Deepwater" une profondeur à ce drame.


A voir: pour un film inspiré de faits réels qui s’appuie sur des documents originaux

A zapper: si vous ne voulez pas revivre ce drame


10/22/2016

"Quand reviendras-tu" de Mary Higgins Clark

Désespérée par l'enlèvement de son petit garçon dans Central Park deux ans plus tôt, Alexandra "Zan" Moreland, belle et talentueuse architecte d'intérieur, se voit avec effroi soupçonnée d'avoir elle-même kidnappé l'enfant. Traquée par la police et les médias, Zan n'arrive pas à comprendre qui a intérêt de la faire accuser. Malgré la peur, malgré les doutes, la jeune femme, persuadée que son fils est toujours vivant, se lance dans une enquête qui pourrait bien mettre en péril sa vie et celle de ses proches...


La baby-sitter avait accepté de garder l'enfant, le temps du rendez-vous de Zan, quelques heures, malgré un rhume et la fatigue. L'assoupissement de la baby-sitter, dans le parc, va permettre au ravisseur de kidnapper Matthew. Sauf qu'une photo va tout remettre en question: un touriste a pris en photo un couple, et en arrière plan, nous pouvons voir une femme prenant Matthew dans la poussette, et cette femme est Zan. Est-ce vraiment Zan? Si c'est bien la mère, a-t-elle un dédoublement de la personnalité? Mais Zan clame qu'il s'agit de son sosie. Que croire?

Mary Higgins Clark dévoile le dénouement de l'histoire dès les premiers chapitres, dans le sens où le kidnappeur est révélé. Mais le lecteur connaît le commanditaire de l'action qu'à la fin du roman, dans la trentaine de pages finale. Le lecteur croit dur comme fer en une certaine théorie, mais cherche à en connaître l'envers du décor. Comme Zan, la police, les voisins, la presse, l'ex-mari.

Ma note: 5/5 le lecteur connaît toutes les trames de protagonistes: Zan qui fait face aux accusations et tente de continuer à travailler, la concurrence, ce qui s'est passé le jour de l'enlèvement, les témoignages contradictoires, le point de vue de la personne affirmant avoir enlevé Zan...

10/20/2016

"Miss Peregrine et les enfants particuliers" de Tim Burton

Casting: Eva Green, Samuel L Jackson, Asa Butterfield, Judi Dench, Rupert Everett, Allison Janney, Ella Purnell, Terence Stamp, Chris O'Dowd

En salles le 5 Octobre 2016

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
 
À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs…  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre "particularité" peut sauver ses nouveaux amis.


La mort violente du grand-père provoque une rupture familiale: Frank n'était pas proche de son père et est plutôt joyeux lorsqu'il vide la maison, alors que Jacob est tellement affecté qu'il finit en consultation chez une psy. Quelques flashbacks, sur les histoires racontées par papi, les moqueries des camarades de classe, la non crédibilité portée par Frank à ces histoires. Pour calmer les tensions générales, la psy suggère un voyage en Écosse: Jacob pourra aller visiter l'école, tandis que Frank tentera de retrouver l'inspiration pour son roman.
Mais le pensionnat n'est plus qu'une ruine, depuis que l'établissement a été détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale. Sauf qu'au détours d'un étage, Franck va rencontrer les pensionnaires et faire un bon dans le temps...

Frank va alors voyager dans les sphères temporelles entre le pensionnat et son père. Sauf que les choses ne vont pas se passer comme prévu, puisqu'un traqueur va menacer la quiétude établie par Miss Peregrine. Frank va s'avérer avoir un don, très utile pour tenter de sauver les enfants et la Miss. Les incidents ne vont pas seulement se produire au pensionnat, mais aussi dans l'île en réel.


Une plongée en apnée sur une épave, pour se mettre loin des tumultes. Une diffusion de rêves, souvent prémonitoires. Des enlèvements. Des personnages très hauts en couleurs: des jumeaux dignes de peluches, une fillette qui a une bouche derrière la tête, un garçon invisible, une fille qui s'envole à moins de porter des chaussures en plomb...


Les personnages se complètent. Des menace sont clairement définies, tandis que d'autres surgissent. Le film joue sur deux tableaux: ce qui se passe sur l'île au retour de Frank, et l'action avec les pensionnaires, en restant majoritairement centré autours du pensionnat.


Ma seule véritable déception vient de la finale du film. Le grand-père a conscience de ce qui s'est passé. Mais que devient le père, resté sur l'île, face à un cadavre mutilé, sur la plage: est-il inquiet de la disparition de son fils, va-t-il être une victime des traqueurs?


Une fable sur la mise en marge de certains individus. Le vieillissement problématique dans une société standard: est-ce vraiment justifié? Après tout, le pensionnat se situe en pleine Seconde Guerre Mondiale, où certaines catégories de personnes sont pointées du doigt.


Ce n'est pas la première collaboration entre Tim Burton et Eva Green, souvenez-vous "Dark Shadows" avec Johnny Depp. Dans ce dernier film, elle incarnait une sorcière. Ici, elle est Miss Peregrine, une femme capable de se transformer en oiseau et devant assurer une vie à un certains nombres d'enfants, et assurer la sphère temporelle.


Ma note: 4.5/5 dommage pour la finale, mais le film est bien mené: musique, décors, rythme. La différence entre les époques (nos jours vs 1940's) est très bien marquée. Les personnages sont hallucinants: problème de gravité, invisibilité, mettre le feu ou faire chauffer une bouilloire grâce à ses mains, faire pousser les plantes à vitesse fulgurante...


A voir: par les inconditionnels de Tim Burton, pour voir un mélange de personnages variés en un seul film

A zapper: si vous ne supportez pas le style Tim Burton, si trop de personnages bizarres réunis dans un même film vous semble too much


"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano

- Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.
- Une quoi?
- Une routinite aiguë. C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes: baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude...
- Mais ... Comment vous savez tout ça?
- Je suis routinologue.
- Routino-quoi?

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps: elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves.


Un roman qui ressemble un peu à "Mange Prie Aime" d'Elizabeth Gilbert: une aspiration à autre chose. Sans aller aussi loin que Liz (l'Inde et l'Italie), il s'agit d'une rencontre en rase campagne après une panne de voiture. Camille arrive chez un couple, qui accepte tout de suite de l'aider: quelques appels, un thé bien chaud, des biscuits. Et un lien va changer Camille, au fil de rendez-vous toutes les deux ou trois semaines. A chaque étape franchie, Camille reçoit un pendentif charms en forme de lotus.

Une évolution axée autours d'un ménage intérieur et extérieur, pour trouver un équilibre où l'on se sent bien, où l'on peut s'affirmer, où l'on peut dialoguer sans provoquer une dispute. Chaque nouveau coup de balais est expliqué: des cercles, un vertueux et un vicieux, permettent de cerner le travail de bas; pardonner à une personne pour être plus indulgent envers soi-même...

Ma note: 4.5/5 Raphaëlle Giordiano apporte un renouveau et un regard sur une vie. Un sujet à élargir à sa vie personnelle. La trame est assez concise, étant traitée sur 217 pages: mais les challenges ne nécessitent pas une quête exceptionnelle, il suffit de regarder en soi et autours de soi. L'auteure donne des pistes de réflexions. La chute est assez inattendue.

10/19/2016

"Le croisière de Noël" de Mary et Carol Higgins Clark

Mary Higgins Clark et sa fille Carol vous accueillent à bord du Royal Mermaid. Comme Avlirah Meehan et Regan Reilly, leurs héroïnes préférées, vous ne risquez pas d'oublier cette croisière de Noël. Disparitions, menaces, détournements... Le voyage s'annonce mouvementé !


Un voyage offert: chambre, nourriture, boissons... Il se déroule entre Noël et le Nouvel An, dans les Caraïbes, au départ de Miami. C'est l'occasion rêvée pour des malfrats de quitter le continent américain, et profiter de la destination pour échapper au procès et éviter l'extradition. En même temps, les passagers veulent profiter du paquebot. Comment la croisière va-t-elle se passer?
Des personnes affirment avoir vu le fantôme de MacDuffie, un membre d'équipage va tomber lors de l'inauguration du mur d'escalade, deux costumes de Père Noël manquent à l'appel, le commandant souhaite jeter les cendres de sa mère pendant la croisière, un passager fini à l'infirmerie et manque de s'y faire assassiner.

Le côté croisière n'est pas assez développé. Le lecteur sait simplement qu'il y a des cabines avec ou sans balcon, le service peut se faire en chambre, qu'il y a des buffets accessibles assez tôt et des repas à table. Et les animations? A part le mur d'escalade et un tapis de course, le paquebot semble assez léger en activités. Pas de massages, de spa?

Ma note: 4/5 Un petit 313 pages, des chapitres courts (5 à 8 pages). Les personnages sont hauts en couleurs. Le lecteur est plongé dans les différentes trames: les fuyards qui se planquent, les passagers, les membres d'équipages. L'ensemble est captivant: nous nous prenons à retenir notre souffle lorsque les fuyards se déplacent, ou lorsqu'un membre d'équipage touche du doigt un indice crucial.

10/18/2016

"Testament mortel" de Karen Harper

... Sarah, vous êtes là ? Vous allez bien?
Pas de réponse. Lentement, Kate poussa la porte et actionna l'interrupteur d'une main tremblante. Devant elle, près de la commode, Sarah était étendue sur le ventre, sa tête blanche, auréolée de sang écarlate...

Employée et amie de la très riche Sarah Denbigh, Kate Marburn est sous le choc à la mort de celle-ci. D'abord parce que cet "accident",survenu dans des conditions inexpliquées, éveille les soupçons de la police à son égard. Ensuite parce que la jeune femme découvre avec stupeur que Sarah lui a légué une vaste fortune immobilière - provoquant ainsi la fureur des héritiers légitimes.
Éprouvée par les menaces de procès de ces derniers, Kate part s'installer à Shaker Run, un village où se trouve une partie des biens dont elle a hérité. Mais alors qu'elle croit pouvoir comment là une nouvelle vie, elle manque d'être renversée à deux reprises par une mystérieuse Packard noire. Puis ce sont les enfants de Sarah qui sont mortellement blessés par le même véhicule. Pour Kate, une évidence s'impose alors: son héritage recèle un secret que l'auteur de ces crimes, quel qu'il soit, tient à préserver à tout prix.


Une communauté qui veut faire revivre l'âge d'or de la ville de Shaker Run: une vie à l'ancienne, seul un baptême permet d'élargir la communauté car il s'agit d'une fraternité de frères et de sœurs, l'utilisation des plantes pour les soins. Kate y voit en Shaker Run l'endroit où se reconstruire, après que son mari se soit fait la malle à l'issu d'un procès retentissant, que la belle-fille se montre taciturne et que Sarah ait été retrouvée morte. Visiblement, une nébuleuse bouge autours de Kate. Tous ces évènement sont-ils des coïncidences?
Ce n'est pas improbable que l'ex-mari / la belle-fille et la mort de Sarah soient deux évènements ayant aucun lien entres eux. Mais l'ex-mari a disparu de la circulation ! Vraiment? Après tout, son corps n'a jamais été retrouvé. Quel est donc cet inconnu que voit Sarah, décrit comme un peu vieux par le serveur?

Tout s'enchaîne depuis la mort de Sarah et le testament litigieux. Kate semble s'épanouir à Shaker Run: l'entretien des roses, découvrir la médecine naturelle, l'accueil est plus ou moins chaleureux selon les individus mais nous ne pouvons par plaire à tout le monde. Mais des ombres planent et se rapprochent petit à petit. Paranoïa? Fatigue?

Ma note: 5/5 Deux trames se dessinent, deux enquêtes vont aboutir. D'un côté la belle-fille Sarah, et de l'autre la communauté de Shaker Run. Plus le roman avance, plus le lecteur se demande si Sarah est vraiment appelée pour s'occuper des roses: après tout, seul le baptême permet d'élargir la communauté, et il y a un vif désir de relancer la ville.

10/16/2016

"Captain America, le soldat de l'hiver" d'Anthony et Joe Russo

Casting: Chris Evans, Scarlett Johansson, Anthony Mackie, Samuel L Jackson, Cobie Smulders, Franck Grillo, Emily VanCamp, Hayley Atwell

Après les événements cataclysmiques de New York de The Avengers, Steve Rogers aka Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s'adapter au monde moderne. Mais quand un collègue du S.H.I.E.L.D. est attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d'intrigues qui met le monde en danger. S'associant à Black Widow, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l'étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et Black Widow sollicite l'aide d'un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi - le Soldat de l'Hiver.


Sam et Steve (Captain America) font de la course à pied. Ils parlent de choses et d'autres, jusqu'à ce que Captain America reçoive un texto, et quelques secondes plus tard la Veuve Noire le récupère en voiture. Survol de l'Océan Indien, des otages, un bateau, Captain America qui saute sans parachute, la Veuve Noire qui veut absolument caser Captain America.

Débat houleux au siège sur le fait qu'il y ait eu 2 missions sur le bateau. Captain America désapprouve les nouveaux engagements de la structure. Il visite le musée qui lui est dédié. Une visite à Peggy, avec ses questionnements quant à sa place: faire le bon choix, servir, obéir aux ordres, rester ou non au SHIELD.


Un débat de hauts représentants sur l'intervention du bateau. S'en suit une embuscade entre Nick et de faux agents de police. Que reste-il d’opérationnel de la voiture de Nick: la climatisation. Course poursuite. C'est à ce moment là que surgit le Soldat de l'Hiver. Il s'avère avoir des capacités physiques hors normes... Que se cache-t-il derrière cet individu? Comment enrayer ce phénomène? Sur quels appuis compter? Captain America et la Veuve Noire se retrouvent à décrypter une clef USB au milieu d'un centre commercial, dans le centre d'entraînement de Captain America qui s'avère être une ancienne base du SHIELD.


N'ayant pas vu le premier Captain America, je ne sais pas du tout de quoi il retourne sur ces évènements cataclysmiques, mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier ce film d'action. Certains sous-entendus ont très bien pu m'échapper, les alchimies des personnages et le dynamisme des scènes ne manquent pas de me captiver.


Ma note: 4.5/5 l'origine du Soldat de l'Hiver tient bien la route, sans oublier les tiraillements internes de ce personnages mais aussi des autres. Une dimensions science-fiction, action qui n'oublie pas la dimension humaine.


A voir: par un fan de Marvel

A zapper: si les tenues moulantes sont très peu pour vous


King's Game spiral (saison 4) 3, de Nobuaki Kanazawa

Trop confiante, Natsuko manque d'être découpée vive, mais elle est secourue in extremis par un ange gardien inattendu, Mai ! De son côté, Kentarô continue à croire que l'union fait la force: il regroupe donc l'essentiel des survivants pour chercher une solution, malheureusement la discussion dégénère quand Tsuyoshi se jette sur le jeune homme... pour le forcer à le poignarder !


Un policier entre dans le lycée, où il y fera une macabre découverte. La presse campe alors à proximité de l'établissement, un élève passant par là décide alors de parler de ce qui se passe, avec comme preuve à l'appui les textos dans son téléphone portable.

Un site internet recense, petit à petit, les ordres du Roi, et les photos montrent les tenants et aboutissants: que ce soit l'exécution de l'ordre ou la conséquence s'il n'y a pas obéissance. Au début, les personnes clament au scandale, demandent la fermeture du site, mais petit à petit les adeptes s'accroissent. Qui est derrière ces diffusions?
La puissance des images rendent accroc. Les voyeurs veulent savoir ce qui va se passer après, alors qu'en même temps les élèves veulent survivre et perdent de leur humanité. D'un côté il y a le sensationnel. De l'autre, tenter de comprendre et de survivre.

En même temps, un élève va mettre le doigt sur une question légitime: et si ce n'était que le prémisse du jeu? Et si le jeu était étendu au pays, au monde? Il est argumenté qu'avant l'homme, il y avait abondance d'espèces animales, et que l'homme a déjà détruit certaines espèces et d'autres sont en danger d'extinction. Et si les différentes salves envers les élèves n'étaient que des tests pour affiner le jeu, avant d'élargir?

10/15/2016

"L'Odyssée" de Jérôme Salle

Casting: Audrey Tautou, Lambert Wilson, Pierre Niney, Laurent Lucas, Benjamin Lavernhe, Vincent Heneine, Tibault de Montalembert, Roger Van Hool

Sorti au cinéma le 12 Octobre 2016

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier. 



Tout le monde connait Cousteau, avec son bonnet rouge, son bateau, son impact dans le monde de la plongée. Mais l'envers du décors? Le film commence par le crash en avion du fils Philippe. Retour dans la fin des années 1940, les vacances en famille, Cousteau père avec sa femme Simone et les deux enfants, Philippe et Jean-Michel très jeunes.


L'évolution de l'histoire évince Jean-Michel, qui a suivi un cursus d'architecte et monté sa propre entreprise. Par contre, Philippe suit les traces du paternel, ce qui semble attirer les faveurs du patriarche. Bien qu'il suive, quelques instants, ses propres aspirations en s'engageant dans un aspect écologique.

C'est aussi lever des fonds auprès d'un organisme à New York: Cousteau s'engage à produire douze films, et l'argent sert à entretenir le bateau et le matériel. Mais ce n'est pas si évident que cela en a l'air. La famille survivra-t-elle à ces tournages aux quatre coins du monde? Aux aspirations des uns et des autres?


Le matériel semble archaïque, comparé à ce que nous connaissons maintenant: pas de gilet stabilisateur, la bouteille est limite libre dans le dos, masque unis. L'équipement de tournage sous-marin, manipulé par Philippe ou autre, est assez imposant.
"L'Odyssée" s'axe sur le biopic de Cousteau, avec quelques plongées. Certains aléas sont juste portés en dialogue, comme par exemple les paliers de décompression (avant la plongée avec les requins) ou l'équilibrage des tympans (débat homme versus robot) : ce n'est pas montré en réel, alors que cela pourrait se faire.


Les paysages sont superbes, tant sous l'eau que sur l'eau: plongée sous banquise, rencontre avec requins et une tortue... Le Calypso va essuyer une tempête de grande ampleur. La vie à bord, avec ou sans les caméras de tournages (pour les commandes de films ndlr), évolue au fur et à mesure des crises familiales ou de l'impact des périodes en mer.


Ma note: 4.75/5 j'aurais apprécié un peu plus le passé de Jacques-Yves Cousteau: le film attaque directement par la maison qu'il s'est acheté grâce à la création du détendeur et du bloc. Quelques minutes sur ce sujet, et ç'aurait été parfait. Le casting apporte sa propre griffe.

Les deux heures de film passent très bien car le scénario donne une rythmique très bien gérée: relations sur le bateau, levées de fonds et licenciements, rapports familiaux. La musique est impeccable, elle souligne tantôt le côté nature tantôt le côté houleux des débats.


A voir: par les passionnés de plongée, que vous voulez voir un autre Jacques-Yves Cousteau et famille, pour plonger au sec, que vous sachiez nager ou non

A zapper: si vous préférez boire l'eau qu'être dans l'eau (quand bien même vous êtes assis dans une salle de cinéma), si le mal de mer s'obtient même en regardant un film


10/13/2016

"L'assassin qui rêvait d'une place au paradis" de Jonas Jonasson

Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé Le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite: il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin...


Après "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" et "L'analphabète qui savait compter", Jonas Jonasson propose un parcours de repentir croisant le chemin de deux opportunistes. Les deux opportunistes se sont rencontrés dans un parc, le repentant à l'hôtel où les opportunistes ont leur quartier général. Sauf qu'avant de se repentir, le trio a trouvé un équilibre qui plaisait à tout le monde. Mais une rencontre fortuite fait tout capoter. Il faut alors réadapter les perspectives.

Jonas Jonasson propose ici un trio qui se complète, qui se réinvente, qui doit faire attention à chaque action. Pendant que des malfrats sont à leurs trousses, que la presse couvre certaines de leurs inventions et que leurs visages soient sujets à reconnaissance.

Ma note: 4/5 des noms imprononçables que ce soit pour les personnages ou la presse locale, une cavale originale, des planques particulières. Jonas Jonasson propose une trame qui se tient, qui sort de ce qui a été lu jusque là tout en conservant le même humour.

10/07/2016

"Les morsures du passé" de Lisa Gardner

Dans la pièce, cinq corps. Ceux des membres d'une même famille. Une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D.D Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît: sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés... Une deuxième famille sera assassinée, quelques heures plus tard, dans des conditions aussi suspectes. Une jeune femme, travaillant en institut spécialisé pour enfants déséquilibrés, a vécu la mort de sa famille: père, mère, frère et soeur tués, elle a été épargné.


Une femme qui essaye de se reconstruire, un chaman, une enquêtrice pugnace, un couple déchiré à cause de leur fils déséquilibré. Se racheter de la mort de sa famille en se dédiant aux enfants à problèmes? Un homme qui quitte Wall Street, la voiture de luxe, pour influencer les énergies chez des personnes en trouble du comportement, après avoir soigné par le toucher un homme? Ozzie est-il violent parce qu'il a été un bébé né précoce?
D.D Warren essaye quant à elle de créer un lien suivi avec la gente masculine, avec le même individu tant qu'à faire. Mais le biper rappelle toujours à l'ordre, alors que la soirée au restaurant se passait comme un gant: elle aurait pu conclure. Les deux familles assassinées va amener D.D Warren à plonger dans la violence enfantine et parmi des éducateurs qui tentent eux-mêmes de gérer leurs failles.

L'institut gère des jeunes enfants: l'une est calme tant qu'elle se comporte comme un chat, un autre veut faire manger n'importe quoi aux éducateurs... Des journées longues: un service s'étend de sept heures du matin à dix-neuf heures, et le service de nuit sur l'autre créneau. N'importe quoi peut perturber un enfant et entraîner une débâcle générale. Sauf qu'une fillette sera justement retrouvée pendue, alors que les policiers interrogent le personnel. Il faut réussir à obtenir les témoignages, éclaircir les zones d'ombres, face à des adultes fatigués physiquement et psychologiquement. Peut-on faire confiance aux aides soignants?

Ma note: 3.5/5 Un roman difficile à suivre, des assemblages de personnages nébuleux et hasardeux: j'ai eu des difficultés à établir mes propres hypothèses. Attendre vingt-cinq ans pour se venger: pourquoi, alors qu'une enfant opposerait moins de résistance? Les deux familles assassinées ont un lien avec un éducateur, une façon de continuer le rappel de son familicide pour mieux accroître la fracture psychologique.

10/03/2016

Meurtres au paradis, saison 4

Casting: Kris Marshall, Sara Martins, Danny John-Jules, Elisabeth Bourgine, Gary Carr

Humphrey Goodman est un inspecteur gaffeur mais terriblement perspicace. Loin de son Londres natal, il travaille sur l'île de Sainte Maris pour aider la police locale. Dans ses enquêtes, il pourra compter sur la détective Camille, une équipière au charmes ravageur et dotée d'un caractère bien trempé. Cette quatrième saison marque l'arrivée d'une nouvelle recrue féminine.

Episode 1: L'entrepôt aux esprits. La célébration des morts bat son plein en ville, pendant que dans une distillerie de rhum Johnson (tourné à la Distillerie Séverin), une réunion pour évoquer l'esprit d'une servante Mama Beth tuée lors de cette soirée dans les années 1800.
Camille et Humphrey se retrouvent pour un film d'horreur, type de film que Camille n'avait jamais regardé. Le commandant se mêle à l'enquête.

Épisode 2: Un bon jour pour mourir. Un cours de surf sur le sable, avant de passer à l'eau. Un problème de dos, est-ce que les médicaments font effet. Un coup de feu retentit dans le cabanon où le matériel est stocké: Jake, le directeur de l'école de surf, est retrouvé mort. La porte était verrouillée.
Humphrey se remet à la course à pied. Une nouvelle recrue vient remplacer Fidel.


Épisode 3: Recette mortelle. La société historique de Sainte Marie organise une répétition de la découverte de l'île. Un bruit suspect va inquiéter Francis, qui appellera Humphrey. Ce dernier apparaît alors que la nuit est tombée, mais Francis est mort, alors que tout le reste du petit groupe est malade. Intoxication alimentaire, comme tout le monde semble penser? Mais pourquoi Francis aurait-il appelé, inquiet, Humphrey juste avant le repas?
Humphrey décide de répéter sa déclaration d'amour, pendant que le lézard assiste à la scène en mangeant un insecte. Camille a reçu une proposition de mission à Paris.

Épisode 4: Un mot de trop. Une future mariée avec ses demoiselles d'honneur, sur une plage, à jouer à des questions / réponses: où a eu lieu le premier baiser... Monsieur a déjà répondu aux questions, ses réponses défilent dans une vidéo. Une fiesta le soir même. Un lever de soleil. Il est temps de préparer la valise, de se faire un bain pour cuver la soirée. Il est l'heure de quitter la chambre, mais la future mariée ne répond pas au téléphone...
Camille n'arrive pas à décider si elle accepte la mutation à Paris ou non. Ce qui met Humphrey en position délicate: arrivera-t-il à la laisser partir, à avouer ses sentiments?


Episode 5: Une morte rock'n'roll. Stevie, un vocal papy rockeur britannique un peu taciturne en studio d'enregistrement. Il quitte le micro, et les musiciens haussent le ton. Stevie profite d'une piscine en extérieur avec vue sur l'océan. Le batteur enregistre ses rythmiques. Une coupure de courant. Est-ce la chute d'un ampli qui a provoqué la mort du chanteur? Une mauvaise coïncidence, dû à une vis cassée? Ou autre chose?
En même temps, le commissariat fait face à une nouvelle recrue, car Camille est partie à Paris. JP fait du zèle (ou ne sait pas trop par où commencer): il prélève tout ce qu'il est possible de prélever dans la chambre de la victime, à savoir bain de bouche, brosse à dents ou encore fil dentaire.

Épisode 6 : Joueuse vedette. Une partie de beach volley, à deux contre deux, dans le cadre du championnat insulaire. Le commandant de la brigade de Police est dans les gradins, en tant que spectateur. Deux femmes profitent d'une bouteille de champagne au bord du piscine, pendant que deux femmes font des longueurs. L'entraineur, une volleyeuse, mais il manque le binôme Shelly, pourtant la Jeep est là sur le parking... La coéquipière va alors faire une macabre découverte dans le coffre: Shelly Kennedy, poignardée, avec son téléphone portable dans la main. Le challenge: le ménage de la chambre de Shelly a été fait à 8 heures, un peu tôt selon Humphrey. Tout le monde a un alibi solide, entre le départ de la Jeep à 7h40 et la découverte du corps à 6 kilomètres de là, un quart d'heure plus tard.
Camille est toujours à Paris, mais personne ne semble se demander comment cela se passe pour elle, là-bas, ou un manque sentimental d'Humphrey...


Épisode 7 : Travail d'équipe. Un groupe, issu d'une même entreprise, sont en période de boot-camp. Au milieu de la nuit, un déluge. Une femme se foule la cheville. Annette, la patronne, est retrouvée morte dans sa cahute, d'une balle dans la poitrine. Dominic se retrouve accusé du meurtre d'Annette: les empreintes sur le pistolet, retrouvé sur le lieu du crime, correspondent. Sauf qu'Annette était déjà morte lorsqu'il lui a tiré dessus... Dominic se retrouve avec une simple inculpation de tentative de meurtre. Vraiment?
Dwayne essaye de former JP à une certaine approche d'enquête de terrain, sans vraiment trop de succès, d'autant plus que JP réussit plutôt bien. Un autre épisode sans Camille, mais toujours aucune extériorisation apparente sur un manque...

Matthew Lewis, connu pour son rôle de Neville Londubat dans la saga ciné Harry Potter, obtient un rôle dans cet épisode. Neville, ce personnage gauche dont les parents sont devenus fous à cause de Bellatrix.
Nous retrouvons aussi l'acteur Gary Lewis, vu dans le film "Billy Elliot": il jouait un mineur, et le père de Billy. Dans ce film, il désapprouve la passion de Billy pour la danse classique.


Épisode 8: Condamnation sans appel. Le papa d'Humphrey est en route. Pendant qu'Humphrey et son équipe arrivent au tribunal. Sauf que l'alarme incendie se déclenche, le prisonnier doit être transféré... Mais il est retrouvé mort, dans la cellule qui lui servait de salle d'attente avant le jugement. Humphrey s'est décidé à investir dans un bloc-note, mais n'a pas de stylo.
Le paternel va rencontrer le lézard. Il va argumenter que Sally aime encore Humphrey, bien qu'elle soit sur le point d'épouser un avocat médiocre, qu'Humphrey devrait retourner à la civilisation, s'excuser auprès de Sally. Il ira même jusqu'à parler avec le commandant, mettant en avant qu'Humphrey est en phase de recoller les morceaux avec l'ex-femme et donc il faudrait libérer Humphrey le plus tôt possible de ses fonctions de l'île.


Une quatrième saison qui chamboule un peu les effectifs de la Police de Saint Honoré. Elle mêle aussi une commémoration historique qui ne fait pas l'unanimité, de la musique rock qui dénote avec la musique locale, la célébration d'un futur mariage: des thèmes variés, comme les saisons précédentes. Les personnages continuent de se compléter.

James Fox, qui a joué le père de Veronica Salt dans "Charlie et la chocolaterie" et magnat des fèves de cacao, fait quelques apparitions dans ce dernier épisode, en tant que paternel d'Humphrey. C'est aussi Matthew Lewis qui est présent dans les 8 Harry Potter, et Gary Lewis vu dans "Billy Elliot" qui a révélé Jamie Bell.


Une saison qui laisse partir Camille vers de nouvelles opportunités à des milliers de kilomètres de son île natale; mais un départ qui semble provoquer un peu de tristesse seulement au moment du départ. Une courte rencontre familiale, du côté d'Humphrey. Un mélange de sport avec boot-camp et volley, de rétrospective historique, de mariage.


"Demain les chats" de Bernard Werber

Pour nous, une seule histoire existait: celle de l'humanité. Mais il y a eu la rencontre. Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée.


Bastet rencontre son nouveau voisin chat, Pythagore. Après avoir snobé Baster, une relation se tisse. Mais Pythagore n'est pas n'importe quel chat, il a un Troisième Oeil: une prise USB. Au fur et à mesure de leurs échanges, le monde des Humains s'effondre: la guerre civile est dans les rues, dans Paris. Comment les chats vont-ils réussir à sauver quelques humains? Quelles sont les perspectives possibles face à une invasion de rats, à des chiens redevenus sauvages, à l'épidémie de peste?

Bernard Werber propose un roman d'anticipation autour de la survie humaine, une survie possible grâce à une autre espèce vivante. L'ensemble tient parfaitement la route: le culte et le désamour des chats au fil des siècles pourrait permettre de penser que ces animaux pourraient être une aide. Pourquoi pas les animaux en général?

La musique classique et la télévision ont une part importante. La diffusion de sons, d'images influencent l'état d'esprit des humains, et entrainent un certain comportement des chats: regarder un match de foot détend, les informations stressent etc. Le lecteur découvre les effets de la ronronthérapie.

Ma note: 4.75/5 Bernard Werber a précisé en fin de roman: aucun animal n'a été maltraité pour obtenir les scènes réalistes et quelle musique a été écouté pour aider à l'écriture. L'approche de l'écrivain lors de la rédaction confirme les trames du roman: puiser dans de l'observation, et tester l'influence de la musique.

10/02/2016

King's Game Spiral (saison 4) 2, de Nobuaki Kanazawa

Alors que les élèves de Seconde 4 cèdent à la panique, un nouvel ordre tombe: celle qui de Mai ou de Nana aura perdu le plus de poids en 24 heures recevra un gage ! Mais le pire est encore à venir, car le neuvième ordre est sans appel: "chaque élève doit tuer au moins un de ses camarades de classe". Le temps de la confiance est révolu, désormais, tout le monde représente une menace...


Certains binômes essayent de se soutenir, quitte à se jeter du haut du toit d'un bâtiment ensemble ou s'accuser du meurtre d'un camarade pour se faire tuer. Les idées ne sont plus claires, les alliances peuvent plus ou moins tenir, essayer de trouver une tactique pour faire tomber le Roi ne porte pas ses fruits. Ce n'est pas pour maintenant la fin du Jeu du Roi où plusieurs élèves sortent vainqueur !

La saga King's Game, qui compte déjà 3 saisons complètes et démarre la saison 4, propose une confrontation entre élèves au travers de la technologie. Ce qui pose les questions suivantes: dans quelle mesure l'instinct de survie peut-il être réveillé, quel stimuli peut être provoqué par les téléphones portables (les ordres sont envoyés par texto ndlr).

Ma note: 4.5/5 les ordres restent toujours à un bon niveau par rapport au reste de la saga, ce qui démontre un Jeu de Roi constant. Ce second opus de saison 4 propose des éliminations un peu moins gore que les autres livres.

"Radin !" de Fred Cavayé

Casting: Dany Boon, Laurence Arné, Noémie Schmidt, Patrick Ridremont, Karina Marimon

En salles le 28 Septembre 2016

François Gautier est radin ! Économiser le met en joie, payer lui provoque des suées. Sa vie est réglée dans l’unique but de ne jamais rien dépenser. Une vie qui va basculer en une seule journée : il tombe amoureux et découvre qu’il a une fille dont il ignorait l’existence. Obligé de mentir afin de cacher son terrible défaut, ce sera pour François le début des problèmes. Car mentir peut parfois coûter cher. Très cher… 


Nous commençons par voir quelques bribes de l'enfance de François, puis adulte en tant que professeur de violon. Un écart de 3 centimes à la caisse de l'hypermarché, se substituer à une quête pour offrir un cadeau pour le départ en retraite qu'un collègue, provoquer l'alarme incendie pour éviter de payer l'addition: tout est bon pour François pour payer le moins possible. Le rendez-vous chez le banquier se transforme en séance psy ! Mais l'arrivée de sa fille, dont François ignorait totalement l'existence, va quelque peu chambouler ses plans: en effet, la mère a monté un mensonge énorme sur l'origine de son attitude économe... Deux évènements vont faire changer la vision de François.


Tout le monde connait les bons de réduction, et utilise ces bons de façon plus ou moins occasionnelle. Nous pouvons faire attention à la consommation d'énergie en éteignant les lumières lorsque nous quittons une pièce de la maison. Certains restaurants peuvent proposer le "doggy bag" pour emporter ce que nous n'avons pas mangé. Mais lorsque tout les éléments possibles, sources d'économies, sont mis bout à bout? Comment cela est-il vécu? Et lorsque la vérité est enjolivée, la chute est d'autant plus dure...


Dany Boon a vraiment le profil de l'emploi. Il essaye de se dépêtrer d'un quiproquos qu'il n'a pas voulu, tout en voulant plaire à une femme qui lui plaît énormément. L'émotion fini par prendre le dessus en toute fin du film, lorsqu'il a envie de sauver une personne qui lui est proche mais que l'argent ne peut rien faire: un don de soi brutal qui sera nécessaire pour entamer un début de rédemption.

"Radin !" surfe sur les clichés, mais les répliques et la mise en scène permettent de très bien faire passer ce comportement de radin. Du post-it en veux-tu en voilà, dîner lorsque les lumières de la rue sont allumées, limiter la durée de la douche, ne jamais prendre de bains...


Ma note: 4/5 Un très bon scénario et un casting excellent. Cependant cela tourne un peu en rond vers la fin, 1h30 mais il n'aurait pas fallu plus. Dany Boon joue au radin, avec humour, mais n'en oublie pas une sensibilité que je ne lui avais encore pas vue: le voir pleurer quand même, cela n'est pas dans "Bienvenue chez les Ch'tis" ni chez "Supercondriaque".


A voir: pour un bon humour à la Dany Boon, si comme beaucoup de monde vous utilisez des bons de réductions et tentez de réduire la facture d'électricité

A zapper: si vous avez peur de vous retrouver dans l'attitude de payer le moins possible à l'extrême