Sorties

Edito Mai 2019

Voici Mai fait ce qu’il te plait ! La météo de ce début du mois de Mai n'est pas si beau que cela, idéal pour rester au chaud à lire et regarder des films. Nous le phénomène annuel du festival de Cannes du 14 au 25: quel sera le cru de cette année ? Le 8 nous aurons un troisième Hellboy, dont les deux premières aventures remontent à 2004 et 2008. Pikachu devient détective au cinéma.

dimanche 29 janvier 2017

"L'ascension" de Ludovic Bernard

Casting: Ahmed Sylla, Alice Belaïdi, Kevin Razy, Nicolas Wanczyski, Waly Dia, Maïmouna Gueye, Denis Mpunga, Fadila Belkebla, Umesh Tamang

Sorti au cinéma le 25 Janvier 2017

« Pour toi, je pourrais gravir l’Everest !» Samy aurait mieux fait de se taire ce jour-là... D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant… Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le Toit du monde. Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c’est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire mais amoureux. A la clé, un message d’espoir : à chacun d’inventer son avenir, puisque tout est possible.


Le 9.3, 50% de chômage parmi les 16-25ans, un black qui kiffe une rebeu: voilà le point de départ de cette aventure. Samy se retrouve propulsé dans une cordée pour gravir l'Everest. Sachant qu'à part monter les quelques étages du bâtiment de sa cité, il n'a absolument pas le profil de marcheur... Et le voilà à s'atteler au toit du monde ! Autant dire que ça ne risque pas de manquer de piquant mais un peu plus aussi.



Le dépassement de soi (l'Everest excusez-moi du peu), les perspectives (avoir la nana): voilà les deux axes principaux. Samy va avoir de nombreuses opportunités de baisser les bras, mais la rencontre avec le sherpa "Johnny" (qui ne porte que des T-shirts de Johnny Halliday sans avoir écouté une seule des chansons) va le bouleverser et le guide Jeff qui va très bien comprendre qu'il a affaire à un kéké ayant du potentiel.


Je vous entends d'ici. Mais c'est un film sur un banlieusard, black, qui a eu une lubie. On a tous des lubies ! Et il y a eu "Everest" l'année dernière, sur cette fois des personnes préparées à l'ascension du toit du monde: c'est bon quoi ! Détrompez-vous !

// L'histoire est inspirée d'un fait réel de 2008. Un franco-algérien a été en haut de l'Everest sans aucune expérience de randonnée. Il y a donc des prises de liberté quant à la trame et aux dialogues, mais la base est réelle.

// Des répliques chocs (donner un Régalad à un buffle ou encore apprendre le verlan au sherpa), avec des prises de consciences (ne pas y arriver), sur fond de paysages à couper le souffle (les crevasses ainsi que les campements et Katmandou).

// Les décors et costumes sont d'un réalisme à couper le souffle: l'arrachement du montagnard, les banderoles de tissus, les piliers qui marquent le chemin, les buffles, les ponts suspendus... La musique s'inspire de l'ambiance tibétaine.


// L'évènement va diviser et rassembler les gens. La radio locale couvre l'évènement, l'absence de nouvelles va faire craquer certaines personnes. Plus Samy approche du but, plus les fans sont présents: même la presse va s'intéresser au phénomène Samy.


Ma note: 5/5 une pépite à ne manquer sous aucun prétexte ! Le scénario jongle sur l'humain avec les rencontres et le dépassement de soi, les paysages qui sembleraient tous droits sortis d'un documentaire. Le spectateur est plongé dans tous les aspects de l'histoire: l'attente des proches, les informations qui relayent des nouvelles, l'évolution de Samy ainsi que du groupe.


A voir: pour une histoire hors du commun très bien narrée

A zapper: si le coup du fait divers porté à l'écran ne vous convint pas à la base


samedi 28 janvier 2017

"Un employé modèle" de Paul Cleave

Christchurch, Nouvelle-Zélande. Joe Middleton, contrôle les moindres aspects de son existence. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, il travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d'être au fait des enquêtes criminelles en cours.  En particulier celle relative au Boucher de Christchurch., un serial killer sanguinaire accusé d'avoir tué sept femmes dans des conditions atroces. Même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu'une de ces femmes n'a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu'il est le Boucher de Christchurch.


Il m'a fallu trois ou quatre chapitre avant de me mettre dans l'ambiance du serial killer, de la vie au commissariat, des personnages qui gravitent ici et là. Passé ces quelques pages, il est difficile de se détacher de ce roman. Pourquoi?

// Joe gère sa double personnalité comme un chef: limite attardé mental lorsqu'il est en poste d'homme de ménage et avec sa mère, psychopathe en puissance lorsqu'il ferre la proie. Une sorte de barrière se forme lorsqu'il franchit une porte.

// Tel est pris qui croyait prendre: Joe va se faire prendre à son propre jeu, par une femme qu'il pensait tuer. Il y perdra d'ailleurs une partie de sa dignité (son testicule gauche). Ce qui lancera sa perte: Sally, qui lui viendra en aide, va commencer à avoir de sérieux doutes sur Joe.

// Joe va garder un oeil sur l'évolution de l'enquête sur sa personne. Il va commencer à basculer du mauvais côté face à la concurrence féminine et l'aide de la collègue. Mais surtout Joe découvrira des éléments accablants sur un collègue en charge de l'enquête... Que faire?

// Joe a beau être un psychopathe manipulateur, il est attachant lorsqu'il s'occupe de ses poissons rouges et sauve un chat. Le lecteur en oublierait presque le fond machiavélique de ce personnage. Une double personnalité est installée.

Ma note: 5/5 mis à part les premiers chapitres durant lesquels il faut se mettre dans l'ambiance, Paul Cleave propose ici un jeu du chat et de la souris. Une enquête, garder la tête froide et l'avance sur l'enquête, brouiller les pistes: machiavélique !

"La grande muraille" de Yimou Zhang

Casting: Matt Damon, Jing Tian, Pedro Pascal, Willem Dafoe, Zhang Hanyu, Lu Han, Andy Lau, Numan Acar, Eddie Pang

Sorti au cinéma le 11 Janvier 2017

Entre le courage et l’effroi, l’humanité et la monstruosité, il existe une frontière qui ne doit en aucun cas céder. William Garin, un mercenaire emprisonné dans les geôles de la Grande Muraille de Chine, découvre la fonction secrète de la plus colossale des merveilles du monde. L’édifice tremble sous les attaques incessantes de créatures monstrueuses, dont l’acharnement n’a d’égal que leur soif d’anéantir l’espèce humaine dans sa totalité. Il rejoint alors ses geôliers, une faction d’élite de l’armée chinoise, dans un ultime affrontement pour la survie de l’humanité. C’est en combattant cette force incommensurable qu’il trouvera sa véritable vocation : l’héroïsme.


Alors que William et Pero tente de chercher l'arme ultime, la "poudre noire", ils se retrouvent pourchassés dans les collines et se retrouvent face à un choix: être entre les mains des poursuivants ou bien se retrouver prisonniers de l'armée de la Grande Muraille... Sauf que le binôme a quelque chose qui intéresse l'armée: la patte d'un monstre ancestral... Monstre qui revient chaque 60ans à l'attaque. Pourquoi? Si les bestioles parviennent à passer la muraille, ils auront accès à la capitale et donc à un garde-manger conséquent, et ensuite ce sera la porte ouverte au monde entier. La mission de l'armée de la muraille: à défaut de les éradiquer, il faut réussir à les stopper. William et Pero vont faire preuve d'imagination, de débrouillardise pour non seulement rester en vie mais permettre à cette armée de trouver des solutions.


L'apparition d'un aimant va changer les perspectives: il permettrait d'anéantir les capteurs sensoriels des monstres. Et la Reine, étant à l'origine des ordres grâce à des ondes, est à tuer pour prétendre stopper l'invasion des bestioles. Sauf qu'un monstre a été capturé, et doit être offert à l'Empereur: peu de temps après le transfert, l'armée se rend compte qu'une brèche a été créée dans la Muraille... Pendant que Pero s'obstine à vouloir acheminer la poudre noire, mais que William a changé son fusil d'épaule (enfin plutôt son arc d'épaule).


Matt Damon est difficilement reconnaissable au début du film, avec les cheveux mi-longs et la barbe assez longue. Il n'y a pas à dire: il est mieux rasé, les cheveux légèrement long ça passe plutôt bien. Ce look mis à part, les costumes sont réussis: nous nous retrouvons dans la Chine ancienne, avec des tenues de combattants. Chaque corps de combattant ayant un code couleur et un rôle spécifique: archer, lanceur de boules en feu, combat au corps à corps, musicien (qui consiste à taper sur un gros tambour en fonction des actions à mener)...


Le générique de début donne le ton par la musique qui sonne asiatique, et un petit mémento sur la durée de la construction de la Grande Muraille et les légendes qui entourent cette construction. Des passations de pouvoir, des changements de priorités, sauver le monde: un rythme soutenu, une action mise en place dès les premières minutes du film, des lieux assez vites vus (la Grande Muraille pour les 3/4 du film) mais à des moments de la journée et météo différentes.


Ma note: 4.75/5 dommage que nous n'en sachions pas plus sur la création de la poudre noire, c'est trop succinct. Tout s'enchaîne avec un très bon rythme, logiquement, avec des personnages qui sont attachants et qui apportent chacun quelque chose de particulier. Une ébauche sur l'origine des monstres laisse un côté mystique à l'histoire: la suspicion face à la stratégie de défense.


A voir: pour une autre vision de la Grande Muraille, pour Matt Damon qui a été tête d'affiche de Jason Bourne et en quasi solo dans Seul sur Mars, pour un côté authentique

A zapper: si vous préférez vous en tenir au côté historique


dimanche 22 janvier 2017

Salon de la plongée Janvier 2017

Le 19 salon de la plongée, en cette année 2017, s'est déroulé du 6 au 9 Janvier 2017 à Paris Porte de Versailles. L'occasion de trouver du matériel, se renseigner pour des séjours plongée. Avez-vous prévu le maillot de bain? C'est parti !


Le salon de la plongée, c'est l'occasion de plonger au sens subliminal du terme. En effet, une retrospective de la prise d'image sous-marine: Le grand Bleu ou encore Atlantis, Titanic... Comment les techniques ont-elle évoluer? Comment filmer à plus ou moins de profondeur?


Mais c'est aussi l'occasion de découvrir de nouvelles technologies, comme le I-Bubble, disponible pour 2018: la caméra qui vous suit sous l'eau, vous pouvez l'appeler à distance. Un petit budget tout de même si ça vous tente (2 000€ environ le joujou) !


Qui dit plongée, dit bassin. Les vestiaires sont à disposition, hommes et femmes séparés. L'occasion de découvrir, à très petite profondeur, l'effet de l'immersion. Sachant qu'il faisait froide dehors (5 degrés environ au meilleur de la journée), il fallait prévoir le bonnet.


Les animations étaient aussi au rendez-vous. Danses haïtiennes avec musique traditionnelle et le Haka ont rythmés la journée. Concernant la pause repas, des sandwicheries étaient à disposition, ou sinon vous prévoyez votre casse-croûte (ça passe à la sécurité d'entrée).


Au final, vous n'oubliez pas de dénicher du matériel: compas, pochette pour documents, ordinateur, lampe torche, stab, détendeur... Les conseillers s'adaptent en fonction de votre niveau acquis et celui en préparation. Vous pouvez également obtenir une combinaison sur-mesure: vos mensurations sont prises sur place, dans une cabine d'essayage. Pourquoi pas un séjour d'une semaine en Guadeloupe, Réunion ou l'île de Bréhat: plus ou moins loin et pour tous les budgets.


"Assassin's Creed" de Justin Kurzel

Casting: Marion Cotillard, Michael Fassbender, Jeremy Irons, Brendan Gleeson, Charlotte Rampling, Michael K. Williams, Denis Ménochet, Ariane Label

Sorti au cinéma le 21 Décembre 2016

Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.


L'Andalousie 1492. Les Etats-Unis en 1986, une mère assassinée, le père qui demande au fils de fuir. Ce même fils en 2016 dans une institution pénitentiaire: son dernier jour, il reçoit la visite d'un prêtre, avant de passer par l'injection létale. Mais il rouvrira les yeux dans une salle blanche, en présence d'une femme. Et c'est parti pour l'Animous, les plongées contre son gré dans l'Espagne du temps de l'Inquisition  pour trouver la Pomme, qui contient la structure permettant d'éradiquer la tentation, la violence. Quête ultime de Sofia, la doctoresse qui le suit.


En 3D, ça fait un peu mal à la tête parfois, concernant les scènes d'action qui bougent beaucoup. Les intrigues s'enchaînent très bien: l'origine du groupe en 1492, le meurtre de la mère, la récupération de Callum, les contradictions entre la volonté de Sofia et les questions de Callum. Ce dernier est le cobaye idéal pour l'expérience: il a l'ADN de son ancêtre. Mais sera-t-il coopératif, ou bien ses aspirations prendront-elles le dessus?


Des scènes d'actions qui mélangent la salle de projection avec l'Animous et l'Espagne de l'Inquisition. Les costumes respectent les codes: l'ancienne Espagne, le centre médical, les Templiers, les religieux... La musique n'est pas surdosée. Le spectateur est plongé dans un film d'action, nous n'avons pas l'impression d'avoir un film tiré d'un jeu vidéo (contrairement à Warcraft dont les personnages sont en synthèse).



Marion Cotillard frigide, Michael Fassbender tiraillé, les patients du centre d'études qui vont se rebeller. La technologie qui plonge Callum dans le passé est assez bluffant: connexion neurologique, les scènes sont retranscrites en couleurs dans la tête de Callum mais en brume grisâtre dans la salle de projection, la surveillance est en plasma, les hallucinations...



Ma note: 4.75/5 dommage que certains passages soient très agités et donnent donc mal à la tête. La trame est simple à suivre: pourquoi Callum a été sélectionné, l'objectif de Sofia, la différenciation entre l'Inquisition et notre époque. J'aurais apprécié un peu plus de développement sur l'Animous.



A voir: que vous soyez aficionados de jeux vidéos ou pas, si vous appréciez une des personnes au casting, pour voir la transposition du jeu vidéo en film

A zapper: si vous avec un problème avec le casting, si vous avez été déçu par Warcraft tiré aussi d'un jeu vidéo



jeudi 19 janvier 2017

"Robe de marié" de Pierre Lemaitre

Son mari n'est plus que l'ombre de lui-même. Les vertèbres ont dû être salement touchées. Il doit maintenant peser dans les quarante-cinq kilos. Il est tassé dans son fauteuil, sa tête maintenue à peu près droite par une minerve. Ce n'est qu'un des évènement jalonnant la vie de Sophie. Est-elle folle, ou quelqu'un agit-il dans l'ombre?


Pierre Lemaitre démarra avec une première partie du point de vue de Sophie. Elle perd la mémoire, ses repères, les morts jalonnent sa vie et elle s'en accuse (tout porte à croire que Sophie est responsable). Et vient ensuite une seconde partie du point de vue de Frantz: la même histoire, la même chronologie de Sophie mais d'un point de vue extérieur. Et enfin une troisième partie qui confronte les deux personnages: Sophie va enfin comprendre ce qui se passe, elle peut mettre le doigt sur les défaillances de sa vie.

Tout porte à croire que Sophie est la source des problèmes. Mais plus nous avançons, plus les doutes se mettent en place et les accusations se transposent sur un autre personnage. Du coup, à l'issue des parties 1 et 2, le lecteur vacille entre plusieurs hypothèses: est-ce que Sophie est démonte, ou est-elle manipulée par un obsédé?

Pierre Lemaitre apporte une femme aspirée dans une spirale qui se veut tantôt destructrice tantôt battante. Parfois Sophie se laisse aller, elle veut comprendre, laisser tomber, remonter la pente, essaye de se soigner... Mais au final la solution sera extrême.


Ma note: 5/5 Pierre Lemaitre manipule, déroute le lecteur et Sophie. Puis retourne sa veste dans la deuxième partie, pour enfin conclure. Les trois parties sont très violentes: le lecteur ressent les pressions psychologiques et physiques des personnages.

mercredi 18 janvier 2017

"Laëtitia" d'Ivan Jablonka

Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, Laëtitia Perrais a été enlevée à 50 mètres de chez elle, avant d'être poignardée et étranglée. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Elle avait 18 ans. Ce fait divers s'est transformé en affaire d'Etat: Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a reproché aux juges de ne pas avoir assuré le suivi du "présumé coupable", précipitant 8 000 magistrats dans la rue.

Ivan Jablonka a rencontré les proches de la jeune fille et les acteurs de l'enquête, avant d'assister au procès du meurtrier en 2015. Il a étudié le fait divers comme un objet d'histoire, et la vie de Laëtitia comme un fait social. Car, dès sa plus jeune enfance, Laëtitia a été maltraitée, accoutumée à vivre dans la peur. Ce parcours de violences éclaire à la fois sa fin tragique et notre société tout entière: un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer.


Une couverture: un fond noir, un prénom. Comme les nombreux anonymes victimes de violences. Sauf que l'affaire Laëtitia, comme il est évoqué par Ivan Jablonka, a remué la sphère politique. Laëtitia rejoint de nombreuses autres personnes affichées: les enfants disparus et jamais retrouvés, une femme en prison pour avoir tué son mari violent... Pourquoi ce pencher sur Laëtitia?

// Une enfance cassée. Les parents biologiques et la famille d'accueil: à chaque période de la vie, Laëtitia et sa jumelle ont fait face à des sévices, comment s'en sortir? Comment réussir à valider des formations, se concentrer au travail? Comment Jessica, la jumelle, a-t-elle pu vivre les tiraillements entre l'envie d'avoir une famille, la mort de sa jumelle Laëtitia?

// Certains évènements sont l'objet de reportages lors de journaux télévisés, d'affichages dans les supermarchés, d'Alertes Enlèvements, de marches blanches. Mais Laëtitia a entraîné un marasme politico judiciaire d'ampleur importante: grèves, utilisation à des fins politiques.

// Pour voir un des envers d'un évènement qui a marqué. Ivan Jablonka semble avoir potassé les tenants et aboutissants, avec ce que l'on a pu dire et taire. Mais on parle de fouilles, battues, d'étangs asséchés, d'interrogatoires... Les étapes d'une enquête.

// Ce fait divers peut toucher tout le monde. Comme d'autres faits divers me direz-vous. Mais comme il est écrit dans ce livre: tonton, tata, parent, grand-parent... Nous pouvons nous dire que tout le monde est au dessous de tout soupçon. Loin de là devenir parano. Mais ce qui est sur le profil psychologique, les gestes qui sont toujours en privés: c'est assez effroyable, difficile d'y croire. Il y a  le côté exister en publique et en privé sans témoin: il est facile de tromper son monde. Ivan Jablonka développe ces deux côtés

En fin d'ouvrage, Ivan Jablonka rappelle les sources sur lesquelles il s'est basé pour monter ce livre. Cela donne une légitimité, une approche la moins ératique possible.


Ma note: 5/5 Ivan Jablonka retrace la vie chez tous les parents qui ont eu un lien avec les jumelles, tente d'éclairer sur la trame du drame, l'engrenage judiciaire, l'implication des marches blanches. Il approche les différents éléments d'une affaire: les proches, les enquêtes, les relations publiques, le suivi des jumelles, les accusations, les défenses, les fragilités... Tout est là, avec les informations qu'Ivan Jablonka a pu obtenir. Tout en respectant les individus.

mardi 10 janvier 2017

"Le serment des limbes" de Jean-Christophe Grangé

Quand on traque le diable en personne, jusqu'où faut-il aller? Il semblerait que Luc ait tenté de se suicider. Mais Matthieu va vite comprendre qu'il s'agit bien plus qu'une simple tentative de suicide, qu'il ne s'agirait peut-être pas de ça...



Luc et Matthieu ont un passé en commun : ils ont voulu entrer dans les ordres. Mais un élément a provoqué une discordance: l'un s'est passionné pour le Malin, sujet de thèse. Tandis que Luc est entre la vie et la mort, Matthieu va alors découvrir que la thèse de son acolyte a été plus loin que la simple étude : une confrontation réelle. Et si Luc avait franchit la ligne?

Jean-Christophe Grangé apporte ici une enquête longue (652 pages), nécessaire pour comprendre. Matthieu va faire le chemin emprunté par Luc, et faire des découvertes techniques qui nécessites des explications.

// Comment des corps, de personnes disparues quelques heures seulement auparavant, peuvent montrer des signes de décomposition avancés (de plusieurs semaines)? C'est une plongée dans le corps médical mais de façon abordable. Chaque animal est lié à une étape de la décomposition: pourquoi, lieux où ils se trouvent...

// C'est aussi l'insertion dans un groupe religieux qui s'intéresse aux personnes ayant connus une Expérience de Mort Imminente Négative: la rencontre avec le Malin. Prises de sang, IRM: y a-t-il quelque chose qui différencie ces individus, comme pour la présence d'un virus ou d'une déviance d'ADN?

Tout cela se mélange, Matthieu va perdre les pédale et risquera de perdre la raison, sa vie également. La conclusion sera d'autant plus perturbante que les éléments ne désignent pas, de façon évidente, le coupable et la raison de l'attitude de Luc.

Ma note: 5/5 un pavé à lire mais captivant. Le lecteur est plongé dans un monde qui veut expliquer plusieurs cas médicaux (la décomposition des corps et l'EMI), mélangé aux croyances: une approche cartésienne, Dieu et le Mal. Un trio puissant, très bien développé. La technique est expliquée. Chaque croyance semble justifiée.