Sorties

Edito Novembre 2019

La Toussaint est passée, vous avez peut-être été en vacances et profité de lever le pied pour penser à vous. Nous nous tournons vers les préparatifs des cadeaux de Noël: les catalogues de cadeaux commencent à apparaître dans les boîtes aux lettres.

5/28/2017

French'Bricks 2017 à Villabé (77)

Retrouvez l'exposition French'Bricks à Villabé les 26, 27 et 28 Mai 2017 ! Sur place parking, tombola et buvette. L'exposition s'étale sur un étage, en rez-de-chaussée. 4€ l'entrée adulte et 2€ pour les -12ans. Les personnages aux articulations et mains particulières, qui ont été au cinéma (Lego la grande aventure et Lego Batman le film), s'exposent !


Les enfants ont 2 zones de jeux: les voitures et les briques. De quoi canaliser quelques instant l'impatience de ces chères têtes blondes ! (Quand ils ne veulent pas rester tranquillement assis dans la poussette) Et bien sûr encourager la créativité. Une façon de les faire participer à l'exposition, et pourquoi pas susciter une passion.


Pour les grands enfants, eux, déjà passionnés ou curieux, ils déambulent parmi les oeuvres. Un stand propose des Lego d'occasion, tandis qu'un autre propose des bijoux (boucles d'oreilles, pendentifs et boutons de manchettes) ainsi que des dessins sous formes de cartes postales que l'on peut avoir simple ou encadré.


Tous les styles sont représentés: le train modélisme, le Seigneur des Anneaux, les voitures... Cela va de la ville à la tirelire, au manège ou encore à une voiture et le personnage Mario. A taille humaine (grue, éolienne) jusqu'au petit modèle (tirelire, train) : l'ampleur du Lego est représentée.


Les créateurs sont là, et seront ravis de répondre à vos questions: mécanismes (éolienne qui tourne ou encore tracto-pelle), temps passé, nombre de pièces, budget... Même la mascotte est là pour mettre l'animation. Cela peut être l'occasion d'élargir ses acquisitions de Lego ou de commencer: les pièces d'occasion, l'échange avec les créateurs...


Si vous êtes passionnés de voiture, vous trouverez les modèles en deux tailles, dans un style vintage qui peut rappeler des souvenirs à certains visiteurs. Si vous êtes passionnés de films, de jeux vidéos: retrouvez les décors et personnages en briques. Bref, même si vous ne construisez pas, vous apprécierez voir les retranscriptions.


Certains créateurs affichent leur participation à des salons les années précédentes, certains proposent leur carte de visite (surtout pour les bijoux et cartes postales). Pourquoi ne repartirez-vous pas avec des boucles d'oreilles palmes de plongées, Mary Poppins ou Hermione en carte postale, ou même soyons fou une boîte de Lego?


Vous construisez des Lego, seul ou en famille? Brickonaute relate pas à pas des constructions.

5/27/2017

"James Bond 007 Goldfinger" de Ian Fleming

Junius Du Pont a été plumé au jeu par Auric Goldfinger... Et par le plus grand des hasards, Junius tombe sur Bond, James Bond, dans un aéroport, et saute sur l'occasion pour demander à l'agent d'enquêter. Sauf que l'agence, gérée par M, a justement un dossier sur le feu concernant Goldfinger.


L'agent secret, désormais à l'écran dans du sur mesure étant donné que tous les romans de Ian Fleming ont déjà été adapté, a eu différents acteurs pour camper Bond, James Bond. Ici, Auric Goldfinger ne se contente pas de tricher au jeu, et James va se retrouver dans un trafic de lingots d'or. Sauf qu'il n'est pas le seul sur le coup: une femme veut aussi la tête de Goldfinger, mais pas pour les mêmes raisons.

Un parcage d'hublot en plein vol, une attaque prévue pour Fort Knox (un des trois lieux bancaires réputés parmi les plus sécurisés), un vaccin qui n'en est pas un, les voitures: James attendra la fin de l'enquête pour profiter d'une femme. L'action a du niveau, avec suffisamment de descriptions pour s'imaginer les décors et personnages. Les enjeux sont bien mis en avant avec des angoisses, des sensations d'empressements.

Une première intrigue appelle le vrai cas: ce qui arrange bien l'agence, car James Bond a déjà eu un contact avec le mafieux et a pu déjà préparer le terrain en étudiant quelques méthodes de jeu de l'individu, ce qui donne un aperçu du personnage pour l'aborder par la suite.

Un couverture à l'ancienne: les couleurs sont passées, comme hors du temps. L'image de l'agent secret fait une piqûre de rappel sur l'allure du gentlemen au service de Sa Majesté. Le double zéro a quelques explications au fil des pages.

5/21/2017

"Plus fort que le doute" de Nicci French

Un tragique accident de la route vient de faire deux victimes. Au volant, un dénommé Greg Manning laisse derrière lui une épouse effondrée. L'autre mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'était pas seul dans le véhicule. Une mystérieuse jeune femme est morte à ses côtés. Pour son entourage, cela ne fait aucun doute, Greg avait une liaison. Pour Ellie, sa veuve, il y a forcément une autre explication. Son mari ne l'a pas trompée, elle en est persuadée ! Résolue à le prouver à la face du monde, elle se lance dans la reconstitution minutieuse de l'emploi du temps de Greg, les semaines qui ont précédé le drame. Aux grands maux les grands remèdes, elle change d'identité, s'immisce dans la vie privée de la défunte, ment à ses amis, se renferme sur elle-même et ne vit plus que pour découvrir la vérité. Elle n'imagine pas dans quoi elle vient de s'embarquer... Sans compter que son attitude commence à éveiller les soupçons.

Nous avons tendance à mettre l'autre sur un piédestal: ce n'est pas son style d'aller voir ailleurs, ce n'est pas son caractère de prendre une cuite... Mais quand Monsieur meurt avec une femme à côté, et que cette femme n'est pas l'épouse, forcément soit on nie soit on accepte l'évidence, sachant qu'il y a le processus de deuil à gérer. Alors au début le lecteur se dit que Madame a dû mal à accepter qu'elle dinera seule ce jour-là, ce couchera seule aussi ce soir-là, et ce jusqu'à la fin de ses jours. Sauf que l'entêtement va durer. La police, qui a clôturé le dossier, va alors la soupçonner cette femme d'avoir quelque chose à se rapprocher, en même elle fait tout pour attirer les ennuis: changement d'identité pour obtenir des informations, laisser son écharpe sur les lieux de l'accident...

Nicci French aborde ici le deuil de façon très forte: non seulement la veuve va s'entêter mais en plus elle devra répondre devant la police et les amis. Nicci French ne se contente pas de traiter une veuve dans son approche de deuil. Le lecteur arrive à se demander qui est le plus près de la vérité: la police / les amis ou bien la veuve. Car au fur et à mesure, tout fini par faire pencher la balance d'un certain côté.

5/15/2017

"Ne pleure pas" de Mary Kubica

"C'est la première fois que je vois cette femme en ville et aussitôt, je sais que c'est elle. Celle que j'attendais. L'étrangère dont je rêve depuis si longtemps, celle qui doit venir un jour bousculer la monotonie de ma vie". Esther et Quinn partagent un appartement à Chicago. Quand Esther disparaît, Quinn s'aperçoit qu'elle ne sait rien de sa colocataire. Elle laisse derrière elle un désordre qui ne lui ressemble pas. Une lettre, en particulier, sème le doute dans l'esprit de Quinn: "sainte Esther", comme elle la surnomme, n'est peut-être pas la personne qu'elle croit... A 70 miles de là, dans un petit port sur la rive du lac Michigan, Alex Gallo mène une vie bien trop paisible à son goût. Jusqu'à ce qu'il rencontre une mystérieuse étrangère. A mesure que Quinn accumule les indices inquiétants sur sa colocataire, Alex lui, s'attache à cette nouvelle venue charismatique et troublante.


Une couverture qui en dit long: un visage, en effet miroir, dont seul la couleur de la pupille permet de déterminer une différence entre les deux parties. La police qui tente de rassurer Quinn: la colocataire Esther reviendra, la plupart des gens qui disparaissent finissent par revenir entre 24 et 72 heures. Mais Quinn fouille, et va avoir un sérieux doute, qu'elle partagera à un ami commun à elle et Esther. Pendant ce temps là, un jeune homme tente de faire face à son père alcoolique, a refusé une bourse d'études et travaille en tant que serveur: ses perspectives vont changer lorsqu'une femme va arriver, une rencontre par hasard, une amitié qui se lie.

C'est aussi des fantômes du passé: une maison abandonnée, qui n'a jamais été vendue, même aux enchères personne n'a fait d'offre. La maison serait hantée, par une fillette de 5 ans, morte dans des conditions dramatique. La tombe de la fillette va finir ouverte. Simple coïncidence de l'apparition de la femme et de cette profanation de cimetière?

Mary Kubica tisse une histoire machiavélique. Connait-on vraiment les personnes avec qui nous vivons? Tandis qu'une personne veut simplement aller de l'avant, une autre personne ne l'entend pas de la même manière: et la confrontation n'est pas sereine, loin de là. On a tous nos squelettes dans un placard, certains sont plus ou moins risqué sur le long terme: Mary Kubica apporte ici un de ces squelettes qui a décidé de semer la zizanie, peu importe le prix à payer car il n'y a rien à perdre pour l'un des protagonistes.

5/14/2017

"Sharko (18)" de Franck Thilliez

Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics au 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons. Lucie n'a pas eu le choix: en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu: pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d'être confiée au 36, car l'homme abattu n'avait semble-t-il rien d'un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure. Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l'enquête et s'enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu'à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu'ils s'étaient efforcés de bâtir.


Franck Thilliez revient sur le couple qu'il affectionne et qu'il a crée: Henebelle et Sharko, avec les jumeaux qu'ils ont eu ensemble. Être en couple à la ville et au travail, lorsque l'on a un poste en contact avec des cas difficiles, réussir à mettre une barrière entre les deux mondes est délicat. Et cette bulle privée risque de voler en éclat lorsqu'Henebelle tue un homme, certes en légitime défense, mais sa présence à cet endroit n'était pas vraiment autorisé... Le couple va alors mener l'enquête sur ce meurtre (alors qu'ils connaissent la conclusion) et mener les collègues sur d'autres pistes. Mais ce jeu de dupes durera-t-il? Mais ils n'auront pas seulement le devoir de sauver leurs fesses: il faudra faire face à un réseau lié au transfert de sang.

Car ce nouvel opus n'est pas seulement sauver la peau de son conjoint et l'équilibre familial construit.  C'est une plongée ans le réseau des dons de sang, plaquettes et plasma. Car au-delà d'un simple meurtre d'un individu ayant un casier judiciaire lourd, il était mouillé dans un réseau de vampires underground. Et qui dit vampire, dit sang... Découverte d'un groupe sanguin rare (le Bombay), la traçabilités des dons effectués auprès de l'EFS.

Le sang est une identité à part entière: les enfants portent un code sanguin de l'un des deux parents, il y a des groupes qui déterminent les dons et les réceptions en cas d'accident, une trace qui partira en analyse en cas d'enquête policière, l'élément vital au corps humain... Les mythes sanguins ne manquent pas de sources: "Dracula" de Bram Stocker, Elisabeth Bathory, "Twilight" en livre et films, Anne Rice avec entres autres "Entretien avec un vampire" ou encore la saga littéraire "La Maison de la Nuit". Franck Thilliez ne part pas dans toutes les références vampiriques possibles et imaginables (il ne s'agit pas de faire un historique du vampirisme au fil des âges) mais s'en sert pour cerner l'inconscient collectif et l'application dans la réalité de ce que le vampirisme implique: et nous sommes loin d'une théorie fumeuse d'éternité, mais simplement de vivre le plus longtemps possible, aussi longtemps qu'un organisme sain: car c'est de ça dont il est question avec "Sharko" de Franck Thilliez, de système sain.

5/12/2017

"Metro 2035 (3/3)" de Dmitry Glukhovsky

2035. Station VDNKh. Artyom y est retourné vivre. C'est un héros brisé, obsédé par l'idée que c'est à la surface qu'est le salut de l'humanité. Les Noirs anéantis, un souvenir le taraude, celui de la voix qu'il a entendue sur une radio militaire, deux ans plus tôt, quand il était au sommet de la tour Ostankino avec les salers. Aussi, depuis son retour, remonte-t-il quotidiennement à la surface, escalade des gratte-ciel en ruines, pour tenter d'entrer en contact avec d'autres survivants. Tenu pour fou, la risée de certains, Artyom sombre peu à peu jusqu'à ce que l'arrivée d'Homère bouleverse la situation: le vieil homme, qui n'a de cesse que d'écrire son Histoire du métro, prétend en effet que des contacts radio ont déjà été établis avec d'autres enclaves...


Ce troisième opus apporte le tournant tant attendu: la montée, là-haut, à l'air libre, en dehors des stations de métro. Les appels radio portés jusque là prennent enfin sens: une zone, en périphérie de Moscou, permettait de brouiller les ondes, ce n'est sans compter sur une détermination d'un très petit nombre d'individus pour s'aventurer jusque là, et faire basculer alors la donne. Les révélations arrivent, coup sur coup, comme une chute de dominos, pendant que certaines zones de métro s'effondrent par inondation ou explosion. Moscou est désertée, du jour au lendemain, ce qui intrigue; les compteurs de radiations s'emballent comme à l'accoutumée: et pourtant, une nouvelle perspective s'ouvre.

Les personnes acceptant la vie en dehors du métro ont un meneur, ce dernier faisant la joie d'observateurs: arrêter de le surveiller. Il semblerait que le meneur ait pris la mission qui lui revenait de droit, mais en a-t-il vraiment conscience?

Dmitry Glukhovksy apporte ici la conclusion des deux premiers opus: la possibilité ou non de vie dans Moscou et ses alentours, mais aussi dans d'autres contrées. Les quêtes trouvent leur point final: chacun sait à quoi s'en tenir par rapport à la vie de métro, et peuvent choisir une autre voie, ce qui n'est pas aisée après une vingtaine d'année de vies en dessous.

5/11/2017

"Metro 2034 (2/3)" de Dmitry Glukhovsky

2034. La Sevastopolskaya produit de l'électricité qui aliment le métro moscovite, mais la dernière caravane d'approvisionnement n'est jamais revenue de la ligne circulaire, non plus que les groupes de reconnaissance envoyés à sa recherche... Ils seront trois à devoir résoudre cette énigme. Hunter, le combattant impitoyable revenu d'entre les morts, rongé de l'intérieur par les ténèbres; Homère, qui a tout perdu aux premiers instants de la guerre et projette d'ériger un mémorial à l'humanité disparue; Sacha, enfin, toute jeune fille qu'ils trouveront sur leur route dans une station où elle a vécu en exil avec son père.


Place à une intensité dans les relations humaines. Un lien particulier se tisse entre Sacha et un autre personnage: un échange de cadeaux a même lieu (un couteau contre un poudrier). Ils débattent autours de la beauté: Sacha pourrait faire des efforts en se lavant... Quand Sacha est absente, un malade se morfond: pour soigner le corps, il faut influer sur l'esprit.

Une solution contre la maladie est trouvée: les radiations. Un retour à la médecine d'avant drame: éliminer les cellules cancéreuses par les rayons. Là, c'est pareil, bien qu'il s'agisse d'une maladie non identifiée clairement, même le moyen de transmission n'est pas clairement déterminé. Mais comment faire entendre raison: ne pas tuer les infectés, et d'autres personnes dans le doute, mais les rapprocher de la surface pour les soigner?

C'est aussi la vision de Sacha qui n'a jamais foulé la terre à l'air libre, elle a toujours connu uniquement la vie dans le métro. Lorsqu'elle va s'échapper et voler quelques heures à la surface, c'est comme si le lecteur découvrait la ville comme un nouveau-né.

L'écriture survient, pour laisser une trace. Se marier c'est accorder à l'autre d'être le témoin de sa vie, avoir des enfants permet d'assurer une continuité et de raconter des anecdotes: mais dans un monde où presque plus rien ne reste, que faire? Les réseaux sociaux, la presse, un blog: rien ne peut permettre de dire "j'ai été là, j'ai vécu".

Du premier opus, Hunter est le personnage qui donne la continuité. Il a vu des choses qui permettent de mettre un ancrage nouveau dans ce deuxième livre: de nouveaux éléments. Mais il n'est pas le seul à apporter la pierre à l'édifice, bien qu'il apporte un fort questionnement quant au dénouement.

Un tournant par rapport au premier livre. Les voix entendus dans les couloirs ne sont plus d'actualité. L'humanité est plus au centre avec la volonté de vouloir sortir de la crise, de comprendre d'où vient la maladie et comment l'éradiquer, la salvation de l'un vient par la présence de Sacha...

5/08/2017

"Metro 2033 (1/3)" de Dmitry Glukhovsky

2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inhabitable, est désormais livrée à des monstruosités mutantes. Moscou est une ville abandonnée. Les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain, où ils sont tant bien que mal organisé des microsociétés de la pénurie. Dans ce monde réduit à des stations en déliquescence, reliées par des tunnels où rôdent les dangers les plus insolites, le jeune Atryom entreprend une mission qui pourrait le conduire à sauver les derniers hommes d'une menace obscure... Mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l'attendent.


Atryom va se confronter à ces sociétés souterraines, à quelques centaines de mètres les unes et des autres et pourtant avec un éloignement de croyances, de rythme de vie tellement variées. Un quatrième reich, un culte du Ver, le Seigneur Jéhovah avec la Bible et Satan, une extinction des feux à huit heures... Et des bribes de souvenirs qui reviennent à la surface, au moment les plus improbables: sa vie d'avant le métro. Mais surtout, Atryom va découvrir le sens à sa particularité psychique, qui consiste à entendre des bruits.

Chaque groupe a son culte, son rythme de vie (quand la lumière est plus ou moins forte pour marquer le jour et la nuit). L'alimentation est différente d'une station à l'autre selon l'accès aux animaux (porcs, poules, rats...). Des tours de garde sont organisées, des disparitions inquiétantes sont plus ou moins résolues. Les informations diffèrent d'une station à l'autre. Même le plan du métro moscovite ne semble pas être le même selon les individus.

Dmitry Glukhovsky réunit dans les souterrains des groupes d'individus qui vont s'organiser en fonction d'un culte, d'un rythme de vie (tours de garde ou bien les heures jour / nuit), de troc en cartouches, avec un accès à la nourriture différente d'un endroit à l'autre. Ce qui est non sans rappeler notre monde actuel: les cultures des différents continents, pays. En version souterraine, après un évènement apocalyptique: des personnes de chaque culture fait vivre ce avec quoi il a grandit.

Chaque chapitre a un logo représentant la situation géographique des prochaines pages: quelle partie du métro moscovite est concernée par les péripéties. Un plan large se trouve dans la couverture du roman: il aurait été original de proposer un marque page (détachable?) pour avoir la localisation sous les yeux, car le métro est assez spécial à cerner.

5/07/2017

House of Cards saison 1

Célébrités: Kevin Spacey, Robin Wright, Kate Mara, Michael Kelly, Corey Stoll, Kristen Connolly, Nathan Darrow, Sandrine Holt

L'échiquier politique - Chaises musicales - Tables de négociations - Alliances stratégiques - Changement de programme - Fin de la récréation - Faites vos jeux - Les copains d'avant - Tout compte fait - Rébellions - Descente en enfer - Echanges de bons procédés - La fin justifie les moyens


Le monde de requins: bienvenue en politique ! Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Coucher avec une journaliste par exemple, avec le consentement de Madame. Ou encore enfermer les participants à une négociation sur la loi Education. C'est aussi tenir tête au Président des Etats-Unis: refuser de modifier un texte de lois. Placer un ancien alcoolique drogué dans la course de Gouverneur, sans laisser le choix au Vice Président.


Le couple Underwood est lié par un accord tacite. Il n'hésite pas à coucher en dehors du lit conjugal pour obtenir les publications presses qu'il veut. Elle refile un programme qui peut créer des milliers d'emplois pour les 3 à 5 ans à venir. Une sorte d'association pour réussir. Même la demande en mariage souligne ce partenariat: il ne peut promettre d'enfants par exemple.


La manipulation des médias est plus que flagrante. C'est même la base pour réussir. Tweeter la mort d'un enfant par balle: le lendemain, face aux caméras, avec les parents, annoncer que si la grève des enseignants n'avait pas lieu, le drame n'aurait pas existé. Prendre une photo d'un politicien pile quand il reluque, quelques secondes, les fesses d'une femme qu'il croise.


Un vocabulaire cru, des scènes intimes à la limite du non censuré. Un sénateur qui explique à un confrère que sa place est à genoux pour lui tailler une pipe. Nous retrouvons Frank Underwood et Zoe Barnes en train de conclure une affaire sur un lit. Et tout le monde croit tirer les ficelles des autres, alors que les autres pensent tirer les intrigues.


Une première saison qui introduit des requins, avec un vocabulaire plus qu'imagé et des rapprochements plus ou moins physiques pour arriver à une finalité précise. Des partenariats se font et se défont selon les besoins, à coup de presse ou d'accidents (une brique traversant une fenêtre alors que le garde du corps boit tranquillement un café avec Madame: il se retrouve viré puis réembauché comme par miracle). Des informations se donnent discrètement sur un banc au musée, ou la nuit dans un coin de ruelle sombre. Un monde de marionnettes.


5/06/2017

Puissance Brick 100% Lego à Montereau (77)

Les 6, 7 et 8 Mai 2017, Montereau-Fault-Yonne accueille l'association Puissance Brick pour une exposition autours des constructions Lego. De quelques centimètres jusqu'à taille humaine, petits et grands ont rendez-vous pour se plonger dans le monde de la brique de construction.


Harry Potter, la Belle et la bête, Lucky Luke, Star Wars, trains électriques, aquarium, Mario: flânez parmi des ouvrages qui ont marqué la littérature, le cinéma, le jeu vidéo. Une grande partie des oeuvres sont soumis au vote "Coup de Coeur du Public". Vous passerez par quelques stands où vous pouvez acheter des boucles d'oreilles, des boutons de manchettes, des affiches...

Château de La Belle et la Bête

Une tombola permet de gagner des lots, en Lego Construction. N'oubliez pas de voter pour votre oeuvre préférée ! Des ateliers permettent des participer à une fresque géante, de faire ses propres créations. Une boutique propose des mugs et T-shirt à l'effigie de l'édition 2017. Un point restauration n'est pas oublié, le Starbricks Café.

Salle de base-ball

3 salles, sur 3 étages, permettent de s'émerveiller et d'échanger avec les membres de l'association Puissance Brick. Sur certaines oeuvres, il y a des panneaux d'indication sur le nombre de pièces et le temps passer au montage, comme par exemple le stade de base-ball compte 20 000 pièces et a demandé 120 heures de travail.. Peut-être repartirez-vous avec votre brique personnalisée? Ou une carte postale encadrée?

La Grande Salle, Poudlard, Harry Potter

Des places de stationnement sont disponibles à proximité de la salle. Des ascenseurs sont à disposition pour les personnes à mobilité réduite, les poussettes. Prix enfant 2€ et adulte 3€, le billet de tombola est à 1€.


Sans pour autant foncer dans des grandes créations, vous pouvez vous lancer dans de l'art déco avec des portraits de personnes que vous admirez: Marilyn Monroe, Mandela, Jack Sparrow... Un peu plus discret que le château de la Belle et la Bête, et une façon de mêler détente construction avec décoration d'intérieur.


Si ça vous intéresse de voir des articles sur des constructions de Lego, voici Brickonaute, qui couvre aussi quelques évènements autour de la célèbre brique.

5/05/2017

"La 5ème vague: la dernière étoile (3/3)" de Rick Yancey

1ère vague: extinction des feux. 2ème vague: déferlante. 3ème vague: pandémie. 4ème vague: silence. A l'aube de la 5ème vague... Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver.
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis d'abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes. En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontées au dilemme ultime: sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.


En tant que dernier tome annoncé de la 5ème vague, il y a une forte attente: que va-t-il advenir des Autres, de cette destruction de la planète, des quelques survivants? Le groupe se met en tête de rejoindre les grottes, mais ce qu'il vont y trouver va être mi figue mi raisin: un prête Silencieux qui a assassiné une cinquantaine de personnes, et de l'eau pour enfin se désaltérer et se laver. L'invasion ultime est prévue pour le solstice, quatre jours plus tard, mais le plan semble se mettre en place pour un jour plus tôt.

Il est question d'effacement de données d'Evan Walker ("effacement d'humain") car son programme a planté, et l'analysé d'Evan n'est pas concluante. C'est également l'implantation d'humains dans la campagne, ils se lancent dans la culture. Les Autres se montrent plus virulents, avec surtout des virées en hélicoptères fréquentes.

Plusieurs point sont décevants.
// Ni les Autres ni les Humains ne se démarque. Les deux groupes sont toujours vivants à la fin du roman: les dernières pages annoncent une bataille pour d'autres nébuleuses, au final rien n'est terminé. Cependant, la paix et la sérénité semblent être plus présents, ce qui laissent présager une prise de main des Humains survivants.
// Depuis le 2ème tome nous sommes dans l'attente de l'invasion finale des Autres, mais à la fin de ce 3ème livre nous attendons toujours la grande invasion. Les Autres tentent des incursions, des actions mais rien n'est vraiment tranché sur leur domination.
// Va-t-il y avoir une réunion avec d'autres survivants? Nous sommes toujours avec le même groupe. Certes nous les voyons évoluer, mais la confrontation de survie avec d'autres personnes permettrait d'élargir le sujet.
// Un des personnages se retrouve enceinte: que va-t-il advenir? Comment Sam, et les lycéens, vont-ils apprendre?

Ma note: 3,5/5 un dernier opus globalement décevant, bien qu'il y ait une évolution en faveur des humains non infestés.

5/04/2017

"Aux prises avec la mort" de Peter James

Ce matin-là, Carly Chase est encore un peu grisée après les excès de la veille. En retard à son rendez-vous, elle roule vite. Quand un vélo surgit devant elle, elle n'a pas le temps de réagir: c'est l'accident. Une collision dramatique impliquant également un van et un camion. Le jeun cycliste, étudiant à l'université de Brighton, n'en réchappera pas. D'abord traumatisée et en proie à un terrible sentiment de culpabilité, Carly est bientôt terrassée par la peur. Et pour cause: les deux autres conducteurs responsables de l'accident ont été retrouvés sauvagement assassinés. Aucun doute, le meurtrier crie vengeance et ne s'arrêtera qu'une fois sa mission menée à bien. Autrement dit: Carly est la prochaine sur la liste. Et d'ailleurs, le tueur n'est pas loin, il l'observe, l'attend, se prépare... Le commissaire Roy Grace n'a qu'une angoisse: arriver trop tard.


Un policier dont la femme est enceinte: la grossesse ne se passe pas aussi bien qu'espéré. Cet accident de la route qui surgit, où un jeune étudiant est fauché. Faut-il y voir un signe? Tout le monde doit rester concentrer, grossesse compliquée ou pas. Voire même appeler des renforts. L'enquête est assez intense: Carly s'en sort vivante mais avec une suspension de permis et une amende pour conduite en état d'ébriété, mais elle est dans le collimateur d'un chasseur de primes. Entre Angleterre et Etats-Unis, les personnages tissent des théories et tentent de faire parler les preuves pour comprendre les rôles de chacun dans l'accident ayant coûté la vie à l'étudiant et pourquoi les conducteurs impliqués sont en ligne de mire d'un tueur.

Peter James ("Comme une tombe") aborde ici un drame qui appelle un règlement de compte. Carly apparaît au tout début, est éclipsée quasiment les 2/3 de l'histoire au point que le lecteur se demande ce qu'il en est pour son cas, mais elle revient finalement pour le dernier tiers du roman: le lecteur comprend que Carly n'était pas vitale à cette partie de l'enquête.

Ma note: 4.75/5 un très bon agencement entre les personnages, les pays, l'apparition et suppression de preuves. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le tueur à gages et la naissance problématique (fille ou garçon? quel prénom choisi) pour me lier encore plus avec les personnages.

5/01/2017

"Feu de glace" de Nicci French

Alice Loudon mène une existence pleinement satisfaisante. Pourtant, il a suffi d'un échange de regards avec un inconnu croisé dans la rue pour qu'elle renonce à tout ce qui lui est cher. Lorsqu'elle se lance tête baissée dans sa liaison avec Adam Tallis, elle ne connait rien de lui, pas même son nom/ Sous l'emprise de la passion, elle quitte son compagnon pour aller vivre avec Adam et l'épouse dans les deux mois qui suivent leur première rencontre. Graduellement, à mesure qu'Alice découvre la personnalité complexe et tourmentée d'Adam, qu'elle s'efforce de percer ses secrets, sa curiosité initiale va virer à l'obsession, menaçant son couple, sa sécurité, son équilibre mental et jusqu'à sa vie...


Alice a tout pour être heureuse: un groupe d'amis, un bon travail, Jake, un appartement. Et pourtant, il fallu qu'elle croise cet inconnu sur un passage piéton pour qu'elle remette tout en question: elle va prendre cet inconnu pour amant, pour finalement larguer Jake et vivre avec cet homme dont elle ignore tout, jusqu'à son nom. Toutes ses tentatives pour en apprendre plus sur cet individu se solde par des disputes, des remarques acerbes. Et ce n'est que le début d'une relation qui va s'avérer toxique: intimité violente, contrôle sur sa vie...

Les descriptions plongent le lecteur dans le véritable Londres. Nous pourrions sentir les pots d'échappement, voir les bus et taxis crever les pages. En plus de visualiser les lieux de vies: bureau, appartement... Et les paysages où les personnages vont randonner.

Nicci French aborde un sujet qui me touche personnellement pour avoir connu quelqu'un de toxique: si je faisais du sport en salle et décide de faire un footing après 3 semaines sans extérieur "ah bah dit donc il était temps" ou encore sur une aire d'autoroute "tu ne vas quand même pas manger cette barre chocolatée?". Je me suis beaucoup retrouvée dans ce roman, qui est très réaliste (et j'ai un point de référence en la matière !).