Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

lundi 15 mai 2017

"Ne pleure pas" de Mary Kubica

"C'est la première fois que je vois cette femme en ville et aussitôt, je sais que c'est elle. Celle que j'attendais. L'étrangère dont je rêve depuis si longtemps, celle qui doit venir un jour bousculer la monotonie de ma vie". Esther et Quinn partagent un appartement à Chicago. Quand Esther disparaît, Quinn s'aperçoit qu'elle ne sait rien de sa colocataire. Elle laisse derrière elle un désordre qui ne lui ressemble pas. Une lettre, en particulier, sème le doute dans l'esprit de Quinn: "sainte Esther", comme elle la surnomme, n'est peut-être pas la personne qu'elle croit... A 70 miles de là, dans un petit port sur la rive du lac Michigan, Alex Gallo mène une vie bien trop paisible à son goût. Jusqu'à ce qu'il rencontre une mystérieuse étrangère. A mesure que Quinn accumule les indices inquiétants sur sa colocataire, Alex lui, s'attache à cette nouvelle venue charismatique et troublante.


Une couverture qui en dit long: un visage, en effet miroir, dont seul la couleur de la pupille permet de déterminer une différence entre les deux parties. La police qui tente de rassurer Quinn: la colocataire Esther reviendra, la plupart des gens qui disparaissent finissent par revenir entre 24 et 72 heures. Mais Quinn fouille, et va avoir un sérieux doute, qu'elle partagera à un ami commun à elle et Esther. Pendant ce temps là, un jeune homme tente de faire face à son père alcoolique, a refusé une bourse d'études et travaille en tant que serveur: ses perspectives vont changer lorsqu'une femme va arriver, une rencontre par hasard, une amitié qui se lie.

C'est aussi des fantômes du passé: une maison abandonnée, qui n'a jamais été vendue, même aux enchères personne n'a fait d'offre. La maison serait hantée, par une fillette de 5 ans, morte dans des conditions dramatique. La tombe de la fillette va finir ouverte. Simple coïncidence de l'apparition de la femme et de cette profanation de cimetière?

Mary Kubica tisse une histoire machiavélique. Connait-on vraiment les personnes avec qui nous vivons? Tandis qu'une personne veut simplement aller de l'avant, une autre personne ne l'entend pas de la même manière: et la confrontation n'est pas sereine, loin de là. On a tous nos squelettes dans un placard, certains sont plus ou moins risqué sur le long terme: Mary Kubica apporte ici un de ces squelettes qui a décidé de semer la zizanie, peu importe le prix à payer car il n'y a rien à perdre pour l'un des protagonistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire