Sorties

Edito Mai 2019

Voici Mai fait ce qu’il te plait ! La météo de ce début du mois de Mai n'est pas si beau que cela, idéal pour rester au chaud à lire et regarder des films. Nous le phénomène annuel du festival de Cannes du 14 au 25: quel sera le cru de cette année ? Le 8 nous aurons un troisième Hellboy, dont les deux premières aventures remontent à 2004 et 2008. Pikachu devient détective au cinéma.

jeudi 29 juin 2017

"Nuit" de Bernard Minier

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kristen Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne de la base off-shore. Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kristen découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. L'absent s'appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Etrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié. Kristen lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant. Au dos, juste un prénom: Gustav. Pour Kristen et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.


Bernard Minier reprend les personnages de Martin et Hirtmann pour ce nouveau roman. Ce qui laisse présager un certain dénouement: soit Martin se retrouve encore balloté dans tous les sens soit il arrivera à mettre la main sur cet individu et mettre un terme aux agissements. Mais c'est sans compter sur l'imagination de l'auteur, qui va mettre un nouvel élément: Gustav est-il le fils biologique de Martin, et si oui, qui est la mère? Les éléments laissés derrière Hirtmann semblent trop évident, vu le mode opératoire habituel du meurtrier: faut-il aller dans cette brèche?

La menace est constante, des premières pages aux dernières. Car il ne s'agit pas simplement d'un règlement de compte entre le policier et le meurtrier. D'autres personnes veulent mettre "des points sur les i" vis-à-vis du meurtrier, en minimisant les dommages collatéraux comme par exemple Gustav.

mercredi 21 juin 2017

"Misericorde" d'Adler Olsen

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case...


Les noms nordiques jalonnent ce roman d'Adler Olsen. Lorsque l'on est dans la politique, forcément, beaucoup de gens vous détestent. Mais pour la disparition de Merete, les suspects manquent à l'appel. Même son cadavre n'est pas là. Les témoignages ne mènent à rien. La création du Département V tombe plutôt bien car c'est ce cas qui est rouvert. Et la vérité va être mise à jour: un drame, il y a des années de cela, où des personnes avaient perdue la vie, sont au coeur d'une vengeance de grande ampleur.

Adler Olsen apporte ici une histoire où les blessures ne se referment jamais, mais avec 2 alternatives: soit l'on essaye de se reconstruire avec les fantômes, soit la vengeance anime l'individus. Une compensation financière ne peut ramener des proches à la vie, ou aider à supporter un handicap survenu à la suite d'un accident: comment vivre avec ce rappel quotidien, de ce jour où tout à basculer?

Les enquêteurs pataugent, tout comme le lecteur: tout le monde essaye d'y voir clair mais au final personne n'y voit grand chose. L'étude du dossier est finalement reprise entièrement à zéro, et c'est à partir de là que des défaillances sont pointées du doigts et réexaminées: une attitude qui ne plaira pas à tous, mais qui au final va porter ses fruits.

Adler Olsen souligne ici les conséquence d'un accident de désaturation, typique de la plongée, transposé au milieu terrestre: le problème des endroits sous pression, comment assurer un retour à la normale pour l'organisme.

dimanche 18 juin 2017

"Wonder Woman" de Patty Jenkins

Casting: Gal Gabot, Chris Pine, Connie Nielsen, Robin Wright, Danny Huston, David Thewlis, Elena Anaya, Lucy Davis

Sorti au cinéma le 7 Juin 2017

C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattantes invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abris des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliance aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs... Et son véritable destin.


Une très forte attente vis-à-vis de ce film, forcément, car il s'attaque à l'une des légendes: tout comme il y a eu Captain America, Spiderman, Batman et j'en passe; Wonder Woman fait partie des monstres. Et c'est quitte ou double: soit ça passe soit ça casse.


La petite Diana vit sur une île où il fait toujours beau. Sa mère, la reine, refuse catégoriquement qu'elle ne se batte, du fait que Diana ne soit pas n'importe quelle Amazone, et forcément Diana va désobéir: la tante va s'occuper de la former, loin de tout regard, mais bien sûr la mère va découvrir le pot aux roses. Diana deviendra la meilleure guerrière de l'île. Et le jour où cet homme se retrouve là, traqué et provoquant une bataille sur la plage, le destin de Diana va se définir: elle partira. Après tout, les Amazones sont des guerrières, et il y a la guerre chez les hommes.


La confrontation des visions va provoquer quelques bonnes répliques. Comment une femme peut-elle se battre en robe? Est-ce qu'un corset est l'armure utilisée chez les hommes? Qu'est-ce que le mariage? Par exemples. Diana, Steve seront accueillis à Londres par la secrétaire de Steve, puis ils rencontreront des compagnons de troupe pour mener à bien la mission: trouver Arès, dieu de la guerre, et l'éliminer.


Cependant je suis très déçue par le film. Certes de bonnes répliques qui font sourire, les costumes sont réussis et la musique est excellente.

// Les Amazones sont censées être des guerrières, et s'entraînent ardemment à cela, et pourtant elles restent sur leur île pendant que la guerre fait rage parmi les hommes. Seule Diana semble avoir l'idée d'accomplir ce pour quoi elles existent. Même si Diana a grandit avec des histoires (les enfants et les contes) et que tout n'est pas véridique, et que certaines femmes ont combattu par le passé, pourquoi cela serait-il différent des années plus tard? La guerre est loin d'être facile à vivre, mais pourquoi vivre reclus à s'entraîner pour ne pas utiliser ses capacités?

// Le synopsis se veut plus biographie: Diana avant d'être Wonder Woman, sous entendu le spectateur va suivre sa transformation, l'affirmation de soi, la compréhension des combats et du monde. Elle apprendra qui est son père, mais restera trop dans le monde des Bisounours: bien qu'elle comprendra que l'homme a un côté bon et un côté sombre, elle restera persuadée que l'amour est la clef de tout.

// Elle va quitter son île, sa patrie, mais à aucun moment du film nous ne saurons si cette enclave a été affectée par la découverte des allemands. Après tout le pilote a entraîné une invasion: est-ce que les protections de l'île ont été affectuée? Comment ont-elles été mises en place? Le retour du pilote pose des questions parmi l'armée, mais l'armée va-t-elle tenter une expédition sur le lieu du crash pour en apprendre plus sur cette île inconnue?


Ma note: 2.5/5 décors, costumes et musique réussis. Cependant il manque beaucoup de choses. Et au final peu d'actions alors que Diana / Wonder Woman se mélange aux combats, elle veut encore croire en l'amour de son prochain comme clef: comme quoi, elle n'a pas vraiment compris la complexité de l'Homme, qui est fait de sentiments qui se contredisent.


A voir: pour décors, costumes et musique

A zapper: pour éviter de voir des lacunes


jeudi 15 juin 2017

"Pirates des Caraïbes: la vengeance de Salazar" de Joachim Roaning & Espen Sendberg

Casting: Johnny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaites, Kaya Scodelario, Geoffrey Rush, Keira Knighley, Orlando Bloom, Kevin McNally

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s'acharner lorsqu'un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s'échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots... Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. A la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu'il ait jamais eu à affronter...


Javier Bardem a été blond platine pour "James Bond - Skyfall", le voilà en fantôme, avec ses cheveux flottant au vent même s'il n'y a pas de vent, et son crâne partiellement absent. Il est le reflet de son équipage, certains membres ont seulement la moitié du visage par exemple. 


C'est aussi Johnny Depp qui, dans quelques flashbacks, est montré en Jack jeunot, vingt ans à tout casser: à cette époque, c'est lui qui a envoyé le navire de Salazar dans le Triangle du Diable, et ainsi mis fin à ce règne sans merci sur les mers.


Côté surprises, je continue: Will Turner est toujours en servitude sur le Hollandais Volant, mais c'est sans compter sur son fils Henry passablement têtu pour le retrouver (le Hollandais Volant est quand même immergé tout comme l'équipage). Un dizaine d'année plus tard, la rencontre avec Jack et Carina va être l'opportunité pour Henry de lever la malédiction et ainsi retrouver son père (et accessoirement réunir son pirate de père Will avec sa terrienne de mère Elizabeth Swann). 


Le début de film vraiment tiré par les cheveux (Jack veut piller une banque mais part littéralement avec la banque), ce qui m'a inquiétée: j'ai cru revoir la daube "La fontaine de Jouvence" 4ème du nom Pirates des Caraïbes. Mais une fois que les alliances sont formées, que Salazar prend la mer avec les catastrophes qui s'en suivent, le film est plutôt bien réussi.


// Une femme astronome très érudite sur la question: elle est considérée comme une sorcière. Si en plus elle s'associe avec Jack, cela donne une sorcière érudite avec un pirate alcoolique. Et au duo se rajoute Turner junior qui en veut à son père de ne pas être là. Donc une sorcière érudite avec un pirate alcoolique et un jeunot intéressé. Déjà, le trio se complète au niveau des caractères.

// Salazar et son équipage: tout simplement flippant. Le design est d'un réalisme bluffant. Nous sommes à mi parcours entre le fantôme et l'être humain. Nous retrouvons le côté fantômatique du premier Pirates "La légende du Black Pearl" où les pirates virent squelettes à la lumière de la lune, sauf que là c'est permanent, mais plus près de l'humain que des lambeaux.

// Le Jack jeune est le portrait craché du Jack adulte, un copier collé. Bien loin du Jack alcoolisé que nous connaissons, mais déjà déterminé. Henry, enfant, ressemble aussi à son père Will, et même le Henry adulte a un air de famille. Ce côté miroir est réussi.

// Le film explique en temps voulu le parcours de Salazar: son passé de marin sanguinaire vis-à-vis des pirates, son lien avec Jack. Will et Elizabeth ont eu un enfant, sachant que Will ne peut venir à terre qu'une fois tous les 10ans à cause de la malédiction (membre du Hollandais Volant ndlr), il a fallu que le couple soit très efficace, mis à part cette petite particularité, le spectateur se prend à espérer que le Trident tombe entre de bonnes mains pour que la famille soit réunie.

// Le vrai côté maritime est mis en avant avec Poséidon, dieu des mers et océans. L'objectif est de trouver le spectre associé à ce nom, pour lever ou asseoir les malédictions. Sans eau, les pirates n'ont pas vraiment lieu d'être et s'il n'y a pas de pirates il n'y a pas de joutes maritimes...


Ma note: 4/5 "La fontaine de Jouvence" était un accident de parcours: ce cinquième opus est réussi. Il redonne un nouveau souffle avec de nouvelles perspectives dans le film et à la fin. La cohérence est là du fait de personnages déjà connus, et toujours avec le même casting et les mêmes tempéraments. La signature musicale change un peu mais le thème se retrouve sporadiquement ici et là, surtout au générique de fin.


A voir: pou se réconcilier avec la franchise après la douche froide de "La fontaine de Jouvence", pour voir si Elizabeth et Will vont être réunis,

A zapper: si vous ne voulez pas aller plus loin avec la douche froide de "La fontaine de Jouvence"


PAL et PAV 2017

La fin d'année 2017 est là, l'occasion de regarder en arrière sur les évènements culturels qui ont marqué ces mois. Voici ma sélection, dans des styles variés: vous trouverez forcément quelque chose à voir ou à lire (ou les deux).

PAL 2017 (Pile à Lire)

L'année 2017 a été marquée par deux décès: Simone Veil et Jean d'Ormesson, l'une connue pour entres autres la loi IVG, l'autre de l'Académie Française ayant écrit et tourné dans des films. Deux livres retracent, chacun à sa façon, leur existence, leur empreinte sur cette terre.



Didier Van Cauwelaert est à nouveau sur la scène littéraire avec Le retour de Jules: le chien Jules se retrouve condamné car jugé dangereux après avoir attaqué un enfant; Alice et Zibal vont faire le tout pour le tout pour Jules. Un livre qui se lit facilement, remplis d'émotions. Il s'inscrit dans la continuité de "Jules".


En découverte littéraire, que j'ai affecté à "Coup de coeur littéraire", voici Le Bureau des Jardins et des Etangs de Didier Decoin: une veuve de pêcheur se voit attribuer la mission d'honorer une commande, au nom de feu son mari, à savoir livrer des carpes pour des bassins royaux de la Cité Impériale. Un peu naïve, elle va faire de drôles de rencontres au fil de son chemin.


Encore en découverte, en catégorie mathématiques, j'ai nommé Théorème Vivant de Cédric Villani, homme qui a reçu un prestigieux prix en mathématiques: il raconte son parcours qui a remis à plat un théorème. Les formules sont incompréhensibles mais le cheminement est très intéressant. Les pages de formules peuvent se lire en diagonale, ces éléments étant plus à titre informatif (ouverture d'esprit) qu'à analyser (à moins d'être un expert dans le domaine).


Elle a été connue par un roman adapté au cinéma, Paula Hawkins revient sur le devant de la scène littéraire avec un deuxième roman Au fond de l'eau: Nel appelle sa soeur Julia, le lendemain le corps sans vie de Nel est retrouvé dans un cours d'eau. Que se cache-t-il derrière ce drame familial? Paula Hawkins créée ici une autre atmosphère que "La fille du train" mais toujours avec un côté de brèche dans les personnalités.



Jo Nesbo, aussi, revient dans les rayons littéraires avec La Soif. Une jeune femme assassinée après un rencard, avec des morsures. Un deuxième corps est découvert, avec également des morsures. Cela fait revenir Harry Hole dans les enquêtes: il a un lien particulier avec ce type de cas. Jo Nesbo propose à nouveau un roman très noir, où des fantômes hantent les personnages.



L'édition de roman est un monde particulier: David Foenkinos plonge le lecteur dans cette ambiance avec Le mystère Henri Pick, en Bretagne un bibliothécaire accepte les livres refusés par les maisons d'édition. Parmi ces ouvrages, une éditrice tombe sur un roman qui lui semble être une vraie réussite et en fait son cheval de Troie.


Un deuxième roman de David Foenkinos, Charlotte, retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à 26ans alors qu'elle était enceinte. Enfance à Berlin, camp de concentration: une vie tragique racontée sous forme épistolaire, les rimes en moins. 


En catégorie roman drame, j'ai nommé Lisa Gardner avec Le saut de l'ange. Par une nuit noire et pluvieuse dans le New Hampshire, au détour d'une route, Nicole fait une violente embardée et ne se souvient de rien, sauf que sa fille, qui était dans la voiture, a disparu, mais le mari prétend qu'ils n'ont jamais eu d'enfants... Femme battue, enfant qui a disparu il y a 22ans ou autre chose?


Enfin, L'ultra marathon pour la vie de Rich Roll donne une vision de l'alimentation végétale avec du sport de haut niveau: à l'aube de ses 40ans, il peine à monter un escalier de 8 marches et opte un tournant radical, à savoir renouer avec le sport et adopter une alimentation végétale. Sans forcément partir aussi loin dans le sport, il s'agit d'une source d'inspiration pour porter un autre regard sur la corrélation'alimentation et santé physique.


PAV 2017 (Pile à Voir)

Le quatrième opus remontait à 2012, revoilà en 2017 le nouvel opus: Underworld Blood Wars avec toujours Kate Beckinsale dans le rôle de Selene la vampire. Des années se sont écoulées, sa fille est cachée, Selene ne sait pas où elle est pour la protéger et se protéger des Lycans et Vampires, ces clans l'ayant trahie. La guerre entre les deux clans va-t-elle trouver son point final?



Dans la rubrique film d'action avec de l'humour, nous avons le tant attendu deuxième volet des personages complètement barrés: je parle bien sûr des Gardiens de la Galaxie Vol.2, qui réunit notamment Racoon et Baby Groot. Filiation partielle de Peter Quill, sur fond de règlement de comptes entre ennemis intergalactiques. Un opus aussi déjanté que le premier, avec de l'action au rendez-vous, mais aussi beaucoup de dimensions humaines: bullying de Baby Groot ou encore la quête du père. Un deuxième film qui jongle parfaitement entre action, humour et émotions.


En continuant sur la lancée film d'humour et d'action, nous avons Kingsman 2: le cercle d'or. Déjà, le casting donne un niveau élevé: Halle Berry, Julianne Moore, Colin Firth, Mark Strong, Channing Tatum et Jeff Bridges. Souvenez-vous, à la fin du premier film, Galahad tombait d'une balle dans la tête. Et le revoilà ! Comment cet exploit est-il possible? A voir par vous-même ! Plusieurs bombes détruisent le réseau, il n'y a que deux survivants. Un partenariat se crée avec l'agence américaine Statesman pour faire face à la menace d'une femme, qui est à la tête d'un réseau international de drogue.


Dans le registre du film fantastique, nous avons Valérian et la cité des mille planètes, signé Luc Besson avec Cara Delevingne et Dan DeHaan, sans oublier une performance de Rihanna dans le rôle de Bubulle. Luc Besson a misé gros sur ce blockbuster. Au 28ème siècle, Valérian et Laureline sont un binôme d'agents d'action de terrain, ils vont faire face à une force obscure représentant une menace pour la Cité des Mille Planète, vivant jusque là en parfaite harmonie. Des rencontres avec des personnages hauts en couleurs, une musique qui tombe à pic.

Une performance à couper le souffle dans ce film psychologique et psychotique, ce film donne la chair de poule: dans Split James McAvoy campe un homme qui a 23 personnalité et dont la 24ème est sur le point de surgir. Ce film est d'autant plus prenant qu'il s'inspire d'un fait réel. James McAvoy se fond dans les personnalités comme si c'était naturel.


Le troisième volet La planète des singes: Suprématie a marqué la saison estivale. L'affrontement final entre humains et singes va déterminer qui restera sur la planète Terre... César, à la tête de la confrérie des singes fera face à des humain armés jusqu'aux dents. Qui aura la suprématie terrienne?


Côté émotions au rendez-vous, Mes vies de chien répond présent ! La même âme canine se réincarne dans différentes races, et vit avec différents maîtres pour finalement revenir auprès de son premier propriétaire. Un film qui mêle la vision et le réflexion du chien, en parallèle des hommes. Les confrontations avec les différentes vies sont tantôt naïves, tantôt rigolotes.


Cette année 2017 aura eu son film catastrophe avec Geostorm. Abbie Cornish et Gérard Butler sont entres autres du casting dans ce film qui propose une avancée météorologique: contrôler les intempéries depuis l'espace. Sauf que bien sûr rien ne va plus le jour où le programme va dégénéré: bug ou détournement?


Pour terminer le cinéma, dans la rubrique âme d'enfant en film d'animation tout public, Le grand méchant renard et autres contes se base sur des oeuvres de Benjamin Renner: un renard papa de poussins, une cigogne qui ne peut pas livrer un bébé et un conte de Noël. Un film tout public, qui fait réfléchir et en même temps détend.


Emotion et réflexions au rendez-vous pour le film d'animation Coco: lors de la nuit des morts, Miguel se retrouve au Pays des Morts, à tenter de comprendre sa place dans la famille, le passé et son possible futur de musicien.


Côté séries télé, il y a Downton Abbey qui bénéficie d'un coffret avec l'intégralité des saisons. L'histoire commence au lendemain du naufrage du Titanic en 1912 et s'étend jusqu'après la Première Guerre Mondiale. L'anglais so british, les codifications de la haute société, la vie dans un manoir entre famille et serviteur: la série brosse une Angleterre à l'ancienne.


Toujours dans la lancée séries télé, nous retrouvons Sherlock saison 4 qui est sous le signe des drames familiaux: le trio Sherlock / John / Mary ne sera plus comme nous l'avons connu, le clan Holmes va vivre une révélation sur une probable troisième filiation (frère ou soeur? je vous laisse découvrir).


En Mai, il y a eu deux expositions Lego d'amateurs, avec possibilité de faire quelques achats sur place: occasions, bijoux, cartes postales... Un partage de passion pour la célèbre brique. Une occasion pour compléter sa collection ou pour faire ses premiers pas.



A voir également, le spectacle de danses chinoises Shen Yun, qui propose des tableaux traditionnels: tambours, manches longues...  Paris, Nice, Montpellier étaient les villes au rendez-vous pour la tournée entre Mars et Mai. Chaque scène était présentée en français, anglais et chinois. Un entracte n'est pas oublié, durant lequel les spectateurs peuvent acheter quelques objets typiques.


En exposition, il y a Mômes et Cie à la Cinémathèque Française: elle met en avant les enfants au cinéma. Harry Potter, Marry Poppins, des croquis, quelques objets (pas assez à mon goût mais un choix intéressant). Le tour se fait en 1h. Du 29 Mars au 30 Juillet 2017.


Michael Gregorio est en tournée avec "J'ai 10ans", il est notamment passé à Bercy. Un one little man music show en tournée en France, sans oublier certaines îles. Un hommage à Johnny Haliday. Des passages parmi les spectateurs. Il entraîne le public dans sa dynamique de folie, de rythme, d'émotions.


Enfin, les plongeurs se sont régalés avec la 19ème édition du salon de la plongée à Paris Porte de Versailles qui s'est déroulé en Janvier. L'occasion de voir de nouvelles technologies comme le E-Bubble, de dénicher du matériel, de découvrir la prise d'images sous-marines.


J'ai aussi découvert le Parc du Petit Prince, à Ungersheim, en Alsace. Un parc à taille humaine: en une journée, vous avez le temps de faire les attractions. Un parc familial: à part l'aérobar, tout est accessible dès le plus jeune âge. La restauration propose viande, pâtes, poissons: il y en a pour tous les goûts. Un prix abordable: pour une quinzaine d'euros, vous pouvez entrer. Les animations sont autours d'oiseaux, moutons, chiens et renards.


mardi 13 juin 2017

"Le bureau des Jardins et des Etangs" de Didier Decoin

Empire du Japon, époque Hein, XIIème siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n'empêche pas Katsuro de se noyer. C'est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu'à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa. Chaussée de scandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendues ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forets et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l'eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l'homme qu'elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu'il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Etangs.


L'ancien Japon est à l'honneur et le vocabulaire, les relations, les rituels semblent en effet venir d'un temps ancien. Des annotations en bas de page permettent de comprendre le contexte: divinités du shintoïsme, l'heure (du tigre, / du serpent / du chien...), les unités de mesure (koku / shaku / kin...), les vêtements (haori) ou encore la gastronomie (mochi). Un côté authentique du fait du vocabulaire, des tenues, influencé par des codifications et des mythes comme par exemple se courber pour saluer ou encore les rajouts -san ou -senseï pour marquer le respect, le rang.

L'histoire peut sembler simple au premier abord: une veuve assure la commande passée à son défunt époux. Mais au fil de son périple, les individus ne seront pas pleins tous de bonnes intentions, ce qui, ajouté à une certaine naïveté, rend les situations touchantes et révoltantes à la fois: abuser d'une femme limite inculte, face à des individus qui savent tirer la couverture à leur avantage.

Didier Decoin ne se contente pas de narrer l'histoire d'une femme accomplissant une dernière commande et les traditions du Japon du 12ème siècle: l'intimité n'est pas oubliée. Mais nous ne sommes pas dans un roman d'EL James "50 nuances". Certes, les descriptions sont là, et sans équivoques. Mais oubliez le côté olé-olé flanqué de pratiques peu orthodoxes: ici, l'intimité semble être un élément assez prude.

Ma note: 5/5 Didier Decoin va au-delà de la simple livraison de carpes pour un temple, il propose des traditions japonaises, des relations humaines et des croyances ancestrales. Les descriptions sont suffisantes pour saisir la portée des interactions, et pour avancer dans la trame.

mercredi 7 juin 2017

"Le retour de Jules" de Didier Van Cauwelaert

Alice et moi n'avons pas su protéger notre couple... Il nous reste vingt-quatre heures pour sauver notre chien.


Jules et Victoire vont se faire la malle. Un chien anciennement guide d'aveugle puis détecteur de crises d'épilepsie, avec une femelle formée dans l'armée en tant que détecteur d'explosifs: autant dire que leur vadrouille va poser des questions, surtout celle de savoir où il veulent en venir à parcourir la France en utilisant tantôt leurs pattes tantôt les transports.

Pendant ce temps, Alice et Zibal tentent de dépêtrer Jules d'un arrêt de mise à mort pour avoir attaqué un enfant, et par la même occasion ils vont régler leurs comptes. Ils vont souligner l'importance des chiens guides d'aveugles, leurs rôles dans l'armée ainsi que donner un aperçu des formations.

Des pointes d'humour, tout en légèreté: "J'ai revu, au-dessu des jardins du Palais-Royal, la salle d'attente Second Empire où, entre un hamster dépressif, un chihuahua parano et un perroquet autiste, j'avais traîné l'année précédente ce labrador pot de colle (...)" ou encore "Un mois plus tard, Victoire donnait le jour à deux curieux prototypes, bas du cul mais portant beau".

Une belle suite de "Jules", qui pousse plus loin la tentative de compréhension de la gente canine: la perte de repère, la quasi impossibilité de rompre avec ce pour quoi un animal a été entraîné... Didier Van Cauwelaert jongle entre l'animal et l'humain: ces deux dimensions ont leurs problèmes, chacune va dépeindre sur l'autre.

samedi 3 juin 2017

"Théorème vivant" de Cédric Villani

De Kyoto à Princeton, de Luon à Hyderabad, entre des échanges de mails enflammés avec son collaborateur, les chansons fredonnées au fil des équations et les histoires de Cédric Villani raconte à ses enfants, on suit la lente et chaotique élaboration d'un nouveau théorème, qui vaudra à ce jeune chercheur la plus prestigieuse distinction du monde des mathématiques. Théorème Vivant est un chant passionné qui se lit comme un roman d'aventures, jalonné de portraits de quelques-uns des plus grands mathématiciens et parsemé de vertigineuses et fascinantes équations.


Bon, autant être honnête, certaines pages ont été lues en diagonale: des formules mathématiques à la pelle. Je me suis concentrée sur les explications, l'avancée pas à pas, l'impact sur la vie de famille, les conférences, les nuits passées à travailler, les conséquences publiques de son prix... Bref, les neurones qui cogitent mais aussi la vie à côté des formules pour comprendre comment un individu aussi jeune en est arrivé à obtenir le prix Fields et les conséquences.

Il n'y a pas que les mathématiques et les théorèmes à craquer. Cédric Villani n'oublie pas la vie: quelques mois ou semaines ici et là. Avec le passage sur RER B qui est criant de vérité: "(...)on peut dire qu'il tombe en panne tous les jours ou presque, et qu'il est parfois bondé jusqu'à minuit ou une heure du matin. (Il faut être juste, il a aussi ses qualités: il veille à ce que ses usagers aient une activité physique régulière, en les faisant souvent changer de train en cours de route; et il prend soin de leur agilité intellectuelle, en maintenant le suspense quant aux horaires d'arrivée des trains et aux stations desservies.)"

Théorème Vivant montre le dynamisme qui entoure ce type de recherches: les mails, les références à des illustres théoriciens, les voyages à l'étranger, les idées qui vont et qui ne viennent pas, les nuits courtes, l'aboutissement de centaines d'heures passées à tout mettre bout à bout et à réécrire. La démarche est intéressante.