Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

dimanche 27 août 2017

"La planète des singes: suprématie" de Matt Reeves

Casting: Andy Serkis, Woody Harrelson, Steve Zahn, Terry Notary, Amiah Miller, Karin Konoval, Judy Greer, Michael Adamthwaite

Dans cet ultime volet de la trilogie, César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L'issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèces, mais aussi l'avenir de la planète.


Ce qui m'intrigue énormément au départ du film, et tout autant à la fin: il s'agit d'une confrontation finale entre singes et humains, or César, sur l'affiche, a une fillette sur le dos. La rencontre, fortuite, au court du chemin de César vers le Général, est muette: la majorité des singes parlent et/ou comprennent le langage des signes, ce qui est l'occasion pour la fillette de développer cette capacité. Mais au final du film, elle se retrouve seule humaine parmi les singes: un peu déroutant. Mais elle est celle qui peut témoigner de la bataille, de la reconstruction. Face à qui? Aux singes, qui pourront continuer l'histoire aux nouvelles générations. Quant à l'avenir de la fillette, à moins qu'elle trouve un humain, la reproduction de l'humain n'est pas garantie. Après tout, peut-être qu'il y a des survivants à la bataille ou que toutes les forces humaines n'ont pas été envoyée (ou désertion).


Un allié inattendu surgit au détour d'une route enneigée: un survivant, qui en connait un rayon sur le côté ennemi, et ne veut surtout pas y retourner, mais au final il va se joindre à la compagnie et apporter des petites touches d'humour grâce à ses mimiques. Sa contribution n'est pas si inutile que ça, au-delà de l'humour: il aidera au plan final.


Le spectateur est plongé dans les deux camps: au début surtout celui des singes, puis ensuite du côté des hommes pour la bataille finale, et clôturer avec une porte entrouverte sur la reconstruction possible.


Ma note: 4.5/5 la boucle est bouclée pour certains personnages. Une volonté de légitimer sa présence sur la planète tout en voulant croire en l'humanité: sinon pourquoi vouloir sauver une fillette? Les confrontations sont assez violentes, tant sur le côté dialogues que physique.


A voir: pour fermer l'histoire de "La planète des singes", voir la confrontation entre singes et humains

A zapper: si vous sentez un cliché animaliste (la revanche)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire