Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

samedi 9 décembre 2017

"Sherlock Holmes: le chien des Baskerville" de Conan Doyle

Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d'une lande sauvage: quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c'est la mort. Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville, les hurlements lugubres qui s'échappent parfois du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent la sinistre légende. Dès son arrivée à Londres, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme: "Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande." Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall, en compagnie de Sherlock Holmes et du fidèle docteur Watson.


Voilà le lecteur plongé dans l'ancienne Angleterre, où les contacts se flanquent de "Sir" et de "Miss" ainsi que d'un vocabulaire très ampoulé. Sherlock Holmes charge John Watson de rester auprès du Sir Baskerville, d'être ses yeux et ses oreilles, pendant qu'il reste à Londres officiellement pour des enquêtes.

Le style alterne le côté roman, épistolaire et journal intime: cela varie la distance entre le lecteur et la trame. Les points de vues se complètent, les visions se rejoignent. Le lecteur mène l'enquête au fur et à mesure des rencontres et indices soulevés. Baker Street reste le point de départ et de retour, Mrs Hudson restant très en retrait.

La technique du chien-démon semble assez avancée pour l'époque de l'histoire, sans être complètement farfelue. Les marécages, la brume donnent un effet oppressant, douteux, où tout le monde peut être suspect.
Deux visions s'opposent: le côté cartésien et le côté superstition. D'autant qu'à l'époque de l'histoire, nous sommes encore au temps des carrioles tirées par des chevaux, l'Angleterre profonde. Les individus sont tentés par l'obscurantisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire