Sorties

Edito Août 2018

C'est au tour des aoûtiens de se déplacer sur les routes, en train ou en avion. A moins que vous ne partiez avec un sac sur le dos, à vélo ou à pied, pour un tourisme autrement. Le 15, férié, est un mercredi: cela donne l'occasion d'un week-end prolongé, ou de poser une semaine de congés. La culture est toujours là ! PAL et PAV 2018 vous donne toujours une idée des points forts à rattraper, ou à redécouvrir. Sans oublier les articles de temps en temps sur une lecture ou une série télé.

dimanche 11 mars 2018

"Blackfish" de Gabriela Cowperthwaithe

Tilikum est un orque agressif. En captivité dans un parc aquatique, il a tué trois personnes. Avec l'appui d'images chocs, Blackfish fait intervenir des spécialistes qui luttent pour le maintien de ces animaux à l'état sauvage. En Face, SeaWorld, dont le nombre d'accidents et de décès s'élève à plus de soixante dix cas.


De nombreux parcs aquatiques utilisent orques, dauphins et otaries lors de spectacles. Tout a l'air d'aller pour le mieux: une complicité entre dresseur et animal, des numéros qui vont du toucher de ballon au pousser de dresseur. Mais des faits divers viennent jalonner ces parcs. SeaWorld est l'exemple pris dans "Blackfish".

1970, détord de Puget, Washington: captures d'orques à l'aide de hors bords, avions, bombes et filets de pêche. Seuls les petits intéressent, pour des questions de frais de port. Au final, 3 orques adultes vont mourir au court de cette capture: les marins ont pour ordre d'ouvrir les ventres, remplir de pierres, et d'attacher les queues; ainsi les cadavres sont envoyés par le fond.


Privation de nourriture en punition, ce qui entraînent des frustrations et donc de l'agressivité: des morsures apparaissent sur les corps de Tilikum, lorsqu'il est mis avec les femelles. Les animaux sont isolés la nuit. L'organisation est matriarcale, Tilikum est mis en contact avec les femelles uniquement pour de la reproduction.

Des visiteurs témoignent le 20 Février 1991 qu'elles ont eu l'impression de voir trois orques dans une piscine terne... Keltie tombe dans le bassin et a été entraînée vers le fond: pas de mémorial, les journaux parlent de mort accidentelle.

Shamu a un petit, Kalina. Lorsque Kalina a 4ans1/2, elle est séparée de sa mère. Shamu devient agressive, s'isole.
Tasatka a aussi un petit, Takara: même scénario. Les sons émis par Tasaka sont analysée: des ultrasons haute portée. Elle cherche à localiser et à contacter son petit Takara.


70 accidents au moins à SeaWorld entre des orques et des dresseurs. Tilikum est lié à trois morts de dresseurs, et pourtant il est toujours là à faire des spectacles: il est un excellent reproducteur, son sperme a une valeur inestimable.

Le 7 Juillet 1999 le corps d'un fugitif est retrouvé dans un bassin d'orque. Vu la sécurité (vidéosurveillance et gardes), comment a-t-il pu ne jamais être interpellé? Au-delà des nombreux décès parmi les dresseurs, c'est aussi un problème parmi les orques eux-mêmes: en 1988 un orque a été percuté par un congénère, il a fini la mâchoire fracturée et une artère perforée: l'animal s'est vidé de son sang.

Loro Parque, sur l'île Canarie, voit arriver quatre orques des Etats Unis. Comment s'est passé le transport? Nous ne voyons rien: y a-t-il quelque chose à cacher ou non? Bref, les orques montrent rapidement des problèmes de santé et de comportements. Suite à la mort d'un des dresseurs, un représentant de SeaWorld niera tout lien entre SeaWorld et Loco Parque: une réelle ignorance ou des choses à cacher?


Dans l'habitat naturel, moins de 1% des orques ont la nageoire dorsale arquée. SeaWorld affirme que cela tourne autours de 30%. De plus, la compagnie certifie que la vie de ces mammifères est de 25 à 30, ce qui est beaucoup plus que dans la nature, et ce grâce aux soins apportés dans les parcs aquatiques: or leur espérance de vie avoisine celle des hommes.

Ces mammifères ont été étudiés dans le milieu naturel et certes en laboratoire. Aucun homme n'a été attaqué par un orque. Chaque communauté d'orques a son répertoires de sons, de vocalises. L'hyper agressivité apparaît lorsque les orques n'ont pas grandit au sein d'un groupe. L'animal nage 160km par jour sans problème, que dire dans un bassin en béton?


Faut-il enfermer ces animaux dans ce type de structure, y aurait-il une autre alternative? L'inspection du travail a ordonné qu'il y ait une séparation physique entre les dresseurs et les orques.

SeaWorld n'a pas souhaité s'exprimer sur ce film.

1 commentaire:

  1. Hi friends, pleasant post and pleasant urging commented here, I am in fact enjoying by these.

    RépondreSupprimer