Sorties

Edito Mai 2019

Voici Mai fait ce qu’il te plait ! La météo de ce début du mois de Mai n'est pas si beau que cela, idéal pour rester au chaud à lire et regarder des films. Nous le phénomène annuel du festival de Cannes du 14 au 25: quel sera le cru de cette année ? Le 8 nous aurons un troisième Hellboy, dont les deux premières aventures remontent à 2004 et 2008. Pikachu devient détective au cinéma.

mardi 29 mai 2018

"La disparition de Stéphanie Mailer" de Joël Dicker

30 Juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l'Etat de New-York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu'une passante, témoin des meurtres. L'enquête, confiée à la police d'Etat, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l'appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.

Mais vingt ans plus tard, au début de l'été 2014, une journaliste du nom de Stéphanie Mailer affirme à Jesse qu'il s'est trompé de coupable à l'époque. Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses. Qu'est-il arrivé à Stéphanie Mailer? Qu'a-t-elle découvert? Et surtout: que s'est-il vraiment passé le soir du 30 Juillet 1994 à Orphéa?


Joël Dicker, notamment auteur du roman Le livre des Baltimore, se penche ici sur un fait divers, comme il y en a dans de nombreuses villes, plus ou moins grandes. Sauf que lorsque vingt ans après les faits et le procès bouclé avec un coupable, quelqu'un affirme qu'il y a eu erreur: cela jette un pavé dans la marre. Surtout le doute pour le policier bientôt en retraite, qui s'est occupé de l'enquête à l'époque.

Nous nous lançons dans des méandres où tout le monde aurait pu en vouloir au maire, et pourquoi pas même à la joggeuse (bien que ce soit moins évident pour elle). Stéphanie Mailer disparaît dans la foulée de sa révélation: il ne peut y avoir de coïncidence... Quant à l'évidence que la journaliste souligne, cela est tellement évident qu'il faut les 3/4 du roman pour commencer à comprendre qu'il y a bien eu erreur. Si nous comprenons qui était réellement visé, le motif et le meurtrier le sont moins.

Le lecteur fait face à l'enquête de l'enquête, mais aussi à de nombreux suspects, à de multiples scénarii. Sans compter des drames qui se tissent en même temps: la maîtresse qui joue au chantage, au mari entraîné dans une spirale de la tromperie, à l'écrivain raté qui voit l'occasion de se faire connaître grâce à la réouverture de l'enquête...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire