Sorties

Edito Août 2018

C'est au tour des aoûtiens de se déplacer sur les routes, en train ou en avion. A moins que vous ne partiez avec un sac sur le dos, à vélo ou à pied, pour un tourisme autrement. Le 15, férié, est un mercredi: cela donne l'occasion d'un week-end prolongé, ou de poser une semaine de congés. La culture est toujours là ! PAL et PAV 2018 vous donne toujours une idée des points forts à rattraper, ou à redécouvrir. Sans oublier les articles de temps en temps sur une lecture ou une série télé.

mercredi 27 juin 2018

« Sang d’encre » de Jill Dawson

Lorsque, au milieu des années 1960, la romancière Patricia Highsmith s’installe dans un petit cottage dans le Suffolk, en Angleterre, c’est pour s’isoler et se donner le temps d’écrire, mais également pour protéger son intimité: elle entretient en effet une liaison avec Sam, une femme mariée qui vit à Londres. Cependant Patricia est convaincue que quelqu’un l’observe, la surveille, et cette sensation ne fait qu’augmenter avec l’arrivée d’une jeune journaliste qui multiplie les intrusions dans le sanctuaire où elle espérait trouver la quiétude. Lorsque Sam vient la rejoindre pour une escapade amoureuse, les choses ne tardent pas à tourner au drame...


Une journaliste un peu trop fouineuse et un peu trop envahissante, sur fond de bourgade dans la campagne anglaise. Une demeure un peu austère, qui a son coin feu de cheminée, un lieu qui n'est pas équipé ni du téléphone ni de la télévision. Et l’écrivaine dont l’univers est le meurtre et qui est obsédée par les escargots. Le problème de surface : l’inspiration pour son nouveau roman. Le problème de fond: l’alcool, une mère qui ne s’est jamais cachée de ne pas avoir voulu d’enfant.

Voilà le cadre, qui prend 1/3 du roman à se mettre en place. Entre écrire sur un meurtre et commettre un meurtre, il y a une différence. Pas si mince que ça : une crise de couple et un coup de meuble avec insistance.  Évacuer le corps semble beaucoup plus compliqué dans la réalité que sur papier, nous n’avons pas le temps d’écrire et réécrire le scénario: l’arme, le lieu, la place des témoins plus ou moins gênants... C’est ce à quoi va se confronter Pat et son amante Sam. L’événement va d’ailleurs en pâtir après cette nuit là.

Il s’agit aussi et surtout de couples: être avec un homme et un enfant alors que l’on est homosexuelle. Le mari qui se doute d’une liaison mais avec un homme et non pas une femme, gérer sa fille face à la mort du père, une journaliste entreprenante... Comment gérer le meurtre, faire la paix avec une mère spéciale et vivre en couple ? Comment garder sa contenance face aux policiers? Comment trouver l’inspiration quand son esprit est à tout sauf l’écriture ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire