Sorties

Edito Octobre 2018

Déjà Octobre... Nous avons été au Danemark, une semaine, en Septembre, coupure hors vacances scolaires. En octobre, nous restons à la maison, donc: séries télé, lecture et cinéma, le rythme habituel. La fête des morts est là, à la fin du mois, de quoi nous faire peur avec Paranormal Activity par exemple?

jeudi 2 août 2018

"La soeur de l'ombre" de Patricia MacDonald

Quand ses parents meurent dans un accident de voiture, Alex se retrouve seul au monde. Jusqu'à la lecture d'une lettre que lui remet le notaire où elle apprend l'incroyable secret que cachait sa mère: bien avant Alex, elle a donné naissance à une fille, confiée à une famille adoptive.

Sous le choc, Alex part sur les traces de cette "soeur de l'ombre". Elle la découvre en prison, accusée d'une meurtre dont elle se déclare innocente. Prenant fait et cause pour elle, Alex décide de l'aider et de mener sa propre enquête. Mais peu à peu, les doutes l'assaillent, et quand tout à coup, c'set sa vie qui se trouve en danger, il lui faut se résoudre à affronter les secrets obsédants du passé.


Après avoir lu Message sans réponse, où une fille fait la sourde oreille aux appels à l'aide de sa mère, nous voici dans ma soeur cette inconnue depuis trente ans. Les parents meurent tragiquement, et voici une soeur Dory dont elle ignorait l'existence qui surgit: premier choc. Mais Alex n'est pas au bout de ses peines: voici que Dory est en prison, elle s'est accusée d'un meurtre qu'elle n'a pas commis.

Les parents adoptifs sont plus que peu coopératifs, surtout la mère. La famille voisine semble adorable, un couple avec une fille. Une première preuve, un ticket de caisse, laisse une porte ouverte vers une possible révision du procès, mais les parents avancent toujours les quatre fers en avant, surtout Elaine la mère: ils faut un coupable, et Dory est idéale pour le rôle, vu la jalousie viscérale avec la victime Lauren, fille biologique.

Au-delà du drame familial, il y a la sexualité. Lauren était sur le point de percer dans le monde musical de la country, et l'homosexualité est idéale pour être sur la touche immédiatement. Or Lauren était en couple avec un homme pour sauver les apparences: elle aimait une femme. Mais peut-on vraiment s'épanouir en jouant des apparences? Car ce n'est pas de tout répit: des gestes peuvent semer le doute.

Au final, Patricia MacDonald joue sur les parents rancunier et une fille adoptive taciturne pour faire croire au lecteur et aux enquêteurs que l'affaire n'a as besoin d'être révisée, quand bien même une preuve sérieuse remet en question le jugement, qui sera d'ailleurs cassé, mais l'enquête ne sera pas forcément meilleure désormais. En effet, tout porte à croire que Dory a agressé sa soeur Alex... Les apparences sont trompeuses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire