Sorties

Edito Novembre 2018

La fin d'année sonne à grands pas, dans moins de deux mois les fêtes sont là ! Un coup de froid s'abat sur le pays: un plaid, un thé, son chat et un bon livre ou une série télé. Continuons le sport, avec le bon équipement (Guillaume Néry / Teddy Riner / Rich Roll... vous trouverez bien un coach !).

vendredi 7 septembre 2018

"Lumière noire" de Lisa Gardner

472 jours: c'est le temps qu'a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n'espérer qu'une chose: survivre. Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l'une d'elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu'un prédateur court les rues de Boston, qui s'assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière...


Lisa Gardner fait partie du paysage littéraire, et l'inspectrice D.D. Warren fait déjà partie du décor: Les morsures du passésLa maison d'à côté ou encore Preuves d'amour. Le lecteur suit l'évolution de D.D. au fil des enquêtes, et celle-ci marque une nouvelle approche du travail: blessée à l'épaule, elle a pu reprendre le travail après plusieurs mois d'arrêts mais en mode light (ce qui pose problème: D.D. a quelques difficultés à lever le pied).
Des disparitions de jeunes femmes, entre 15 et 30 ans, sans lien apparent entre elles, va donner du fil à retordre aux policier. Sans oublier qu'une survivante a décidé de mener sa Vendetta...

Les enquêtes? "Un cadre empoisonné? Convoquez son associée sexy et ancienne maîtresse. Il y avait rarement besoin d'être un génie pour savoir qui avait fait le coup. (...)  Et puis il y avait les affaires comme celle de Florence Dane. Où vous aviez devant vous un animal à sabot et rayures et qui pourtant n'était pas un zèbre". Une hargne pour trouver le fin mot de l'histoire: les lieux, les femmes choisies de façon aléatoires, apporter une réponse aux familles détruites... Mais ne pas oublier de prendre soin de soi: elle est en restriction de poste, ses collègues ne manquant pas de lui rappeler de façon directe.

La vie de famille? "(...) et sprint pied au plancher vers la cuisine et les pancakes en forme de dinosaures. (...) il fallait reconnaître que Jack les adorait. Les pancakes étaient indiscutablement deux fois meilleurs quand ils ressemblaient à des brontosaures." Un mari, un enfant: D.D. Warren se rend compte qu'elle, jusque là, n'était pas emballée par la vie de famille: dorénavant, les gazouillis de son fil et l'inquiétude du mari, le cocon, l'atmosphère l'a prise. Mais D.D. Warren reste concentrée sur son travail, elle arrive à cloisonner.

Lisa Gardner mélange pointes d'humour, vie de famille, enquête et survie des victimes. Nous plongeons dans des cassures familiales, de kidnapping. Des cachoteries, comment gérer l'absence, comment survivre face à son ravisseur, assurer au travail en étant diminuée dans ses tâches suite à une blessure... Captive, si vous avez ni mal ni froid ni faim: c'est que tout va bien. Nous voyons toutes les personnes touchées par la disparition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire